Classic.

« J’ai vu Rintintin à la télévi­sion et je me suis dit que si un chien arrive à le faire, il n’y a pas de rai­son que je n’y arrive pas. »

« J’aime bien tourner dans des west­erns parce qu’au moins les chevaux n’oublient pas leur texte donc on ter­mine à l’heure et je peux aller à la can­tine plus vite. »

« Pour moi, l’essentiel c’est que je ren­tre dans le plan sans rien ren­verser, puis j’en ressors. »

« Si on m’engage sur un film, je ferme les yeux, on peut me pein­dre les yeux sur mes paupières et je le joue. »

Robert Mitchum par André Wilms, SoFilm #67, 2019.

La Chute de l’empire américain

Les Prédicateurs et les Compatissants

« Il y a des prédi­ca­teurs de la mort et la terre est pleine de ceux à qui il faut prêcher de se détourner de la vie.
La terre est pleine de super­flus, la vie est gâchée par ceux qui sont beau­coup trop nom­breux. Qu’on les détourne de la vie, ces gens, au moyen de la « vie éter­nelle » !
« Jaunes » : c’est ainsi que l’on nomme les prédi­ca­teurs de la mort, ou « noirs ». Mais, moi, je veux vous les mon­trer sous d’autres couleurs.
Il y a ceux qui sont ter­ri­bles, qui promè­nent en eux la bête de proie et n’ont pas de choix, à moins que ce ne soient les plaisirs ou la mor­ti­fi­ca­tion. LIRE LA SUITE

Février du cinéma français

- Mar­ion et Ben, trente­naires, font con­nais­sance sur Tin­der. C’est à peu près tout ce qu’ils ont en com­mun ; mais les con­traires s’attirent, et ils déci­dent au petit matin de leur ren­con­tre de par­tir ensem­ble en vacances mal­gré l’avis de leur entourage. Ils par­tiront finale­ment… en Bul­garie, à mi-chemin de leurs des­ti­na­tions rêvées : Bey­routh pour Mar­ion, Biar­ritz pour Ben.

- Alain dirige une célèbre mai­son d’édition, où son ami Léonard, écrivain bohème pub­lie ses romans. La femme d’Alain, Séléna, est la star d’une série télé pop­u­laire et Valérie, com­pagne de Leonard, assiste vail­lam­ment un homme poli­tique. Les rela­tions entre les deux cou­ples vont se compliquer.

- La vie de Wanda va à vau-l’eau depuis qu’elle a une phlébite. Cette man­nequin jambes se retrouve au chô­mage tech­nique. En vacances à la mon­tagne, elle ne peut pas skier. Son mari ne la com­prend plus. Ses enfants non plus. Mais son vrai prob­lème porte un nom : le syn­drome du moni­teur de ski. LIRE LA SUITE

BOOM !

2019 !

UGC Illimité 11

OUI

3 Bill­boards, Mar­tin McDon­agh.
Der Haupt­mann, Robert Schwenke.
Dog­man, Mat­teo Gar­rone.
First Reformed, Paul Schrader.
Hered­i­tary, Ari Aster.
Phan­tom Thread, Paul Thomas Ander­son.
Sophia Antipo­lis, Vir­gil Vernier.
The House That Jack Built, Lars Von Trier.
Under The Sil­ver Lake, David R. Mitchell.
Utoya, Erik Poppe.
LIRE LA SUITE

Les meilleures et les pires pochettes de 2018

Bandcamp Warfare

1. MINDFORCE — Excal­ibur (New York)
2. HEATSEEKER — Demo (Florida)
3. EKULU — S/T (New York)
4. TURNSTILE — Time & Space (Mary­land)
5. KING NINE — Death Rat­tle (New York)
6. EXISTENCE — Into the Fur­nace (Swe­den)
7. DOMINANT FORCE — We Don’t Want (FL)
8. BALANCE — Brief Encounter (Eng­land)
9. WARHEADS — Demo (Eng­land)
10. BIG CHEESE — Aggra­vated Mop­ery (Eng)
11. NO BRAINER — Don’t Try (Aus­tralia)
12. BLUESBREAKER — Palais idéal (Ukrainia)
13. BIB — Mosh­pit (Nebraska)
14. CANDY — Good To Feel (Vir­ginia)
15. FUNERAL CHIC — Super­sti­tion (NC)
16. LOWEST CREATURE — Mis­ery (Swe­den)
17. BATTLE RUINS — Glo­ri­ous Dead (Mass)
18. SICK THOUGHTS — S/T (Louisiana)
19. LURK — Hi-Fi (Illinois)

A heavenly dose of reality

« I loved how the Smiths cnnected with their audi­ence and I enjoyed watch­ing their emer­gence. One rea­son for my delight was the way they chal­lenged the main­stream ver­sion of what great pop music was. To me, they seemed like the antithe­sis of the likes of Duran Duran. As in every era, episodes of Top of the pops fea­tured a mix of music and you’d occa­sion­ally get a real gem, per­haps two, but gen­er­ally in the early 1980s, the pro­duc­ers and the pre­sen­ters turned each episode into a head­less, over-lit and cheesy office party. In this con­text, when the Smiths were on the show per­form­ing ‘This Charm­ing Man’ or ‘What Dif­fer­ence Does It Make ?’ they were like gate­crash­ers from another planet, bring­ing with them a heav­enly dose of reality.

When I inter­viewed John Tay­lor of Duran Duran, I told him all this, even though I felt a big mean doing so. I did know that when he was a teenager in the 1970s, he’d liked a lot of the same music Mor­ris­sey and Marr had, includ­ing Bowie and Mick Ron­son, of course, but their tastes and their bands had diverged. I told him that every time I got a glimpse of a Duran Duran video, with the band and a load of half-dressed women all aboard a yacht in the Indian Ocean or what­ever, in an era of ris­ing youth unem­ploy­ment and the min­ers’ strike, I just couldn’t cope. It was a weird jux­ta­po­si­tion. I told him there’s a lot I like about Duran Duran now, but back then we needed the Smiths. John was very under­stand­ing and very gen­tle­manly about it; ‘I know, Dave. I appre­ci­ate what you’re saying. »

Sonic Youth Slept On My Floor, Dave Haslam, 2018.

Plus de Dave Haslam ici.