L’ultime selfie

« Dans la période où se déroule le roman, Patrick Bateman appartenait déjà au 1 % qui n’avait pas encore été nommé ainsi, comme il en ferait partie aujourd’hui. Mais vivrait-il ailleurs, avec des intérêts différents ? Est-ce que les progrès de l’expertise médico-légale – pour ne pas mentionner les caméras de Big Brother virtuellement à chaque coin de rue – l’empêcheraient de se tirer sans dommage des meurtres qu’il confesse avoir commis au lecteur, ou bien l’expression de sa rage prendrait-elle une autre forme ? Hanterait-il les réseaux sociaux en tant que troll utilisant des fausses identités ? Aurait-il un compte Twitter pour se vanter de ce qu’il a accompli ? Présenterait-il sur Instagram sa richesse, ses abdominaux, ses victimes potentielles ?

LIRE LA SUITE

From Rhône-Alpes to Traplanta

Co-fondateur du magazine Gasface qui a régné en riant sur la décennie 2000, co-réalisateur et co-scénariste pour Arte (New-York Minute, Helltrain) ou Dailymotion (Lookin4Galt), Mathieu Rochet a signé son premier projet solo en 2019, Lost in Traplanta, une plongée à la fois real et drôle au cœur de la nouvelle capitale du rap. Il y a quelques semaines, on s’est posé ensemble pour passer sa vie en revue (et surtout caler sa tête dans le Red Bulletin), de ses débuts vandales à Lyon à son pèlerinage à Atlanta en passant par Londres, New-York, la Suisse, les scandales, Madlib et David Ginola.

LIRE LA SUITE

David Geffen : démon ou génie ?

« Les géants de l’industrie de l’entertainment américain viennent souvent des finances, des banques, fréquemment de la télévision ou des agences de talents, parfois du cinéma, presque jamais de l’industrie du disque. Sauf David Geffen.

Avec Motown, Berry Gordy a su vendre la pop music aux teenagers blancs, en rendant la musique noire « hip ». David Geffen va faire mieux : il va rendre le rock « soft » et la pop « cool ». Ce passage du « hip » au « cool » est un tournant important pour l’entertainment.

Si Berry Gordy est né noir, David Geffen est né pauvre. « En Amérique, la plupart des riches ont commencé par être pauvres », explique Tocqueville, en une formule célèbre. Issu d’une famille juive européenne émigrée de Tel-Aviv (alors encore en Palestine), Geffen a grandi dans les années 1940 dans le quartier juif de Brooklyn à New York. Autodidacte, il n’a jamais fini ses études universitaires, même s’il s’invente un diplôme de UCLA, l’université publique de Californie, pour obtenir un premier job à vingt ans chez l’une des « talent agencies » d’Hollywood, William Morris. Il commence à distribuer le courrier dans les bureaux et observe les gens parler au téléphone. « Je les écoutais parler et je me suis dit : je peux faire ça moi aussi. Parler au téléphone. »

LIRE LA SUITE

Playlist #50 : Salut les années 2010

LES 101 TITRES DE LA DÉCENNIE :

  1. Gatekeeper – Chains
  2. Jimmy Edgar – My Beats
  3. Class Actress – Careful What You Say
  4. Led Er Est – Port Isabel
  5. Martial Canterel – You Today
  6. Automelodi – Schéma corporel
  7. Dernière Volonté – Peut-être
  8. Blessure Grave – The Cycle
  9. Odd Future – Splatter
  10. Tense – Sin Realite
  11. Trust – F.T.F
  12. Wild Gemini – Golden Haze
  13. Cult Of Youth – The Dead Sea
  14. Kurt Vile – In My Time
  15. Spectrals – Get a Grip
  16. Turnstile – Death Grip
  17. Iceage – White Rune
  18. Die Selektion – Du Rennst
  19. John Maus – Cop Killer
  20. Wugazi – S.R.E.A.M.
  21. LIRE LA SUITE

50 films OK de la décennie

’71 (2014, Yann Demange)
A Most Violent Year (2015, J.C. Chandor)
A.C.A.B. (2012, Stefano Sollima)
Bacurau (2019, Kleber Mendonça Filho)
Bullhead (2011, Michaël R. Roskam)
Dallas Buyers Club (2014, J.M. Vallée)
Der Hauptmann (2018, Robert Schwenke)
Dragged Across Concrete (S. Craig Zahler)
Everybody Wants Some (Richard Linklater)
First Reformed (2018, Paul Shrader)

LIRE LA SUITE

Les meilleures et les pires pochettes de 2019

Bandcamp Warfare 2019

1. AGE OF APOCALYPSEThe Way (NY)
2. M.A.D.Mutually Assured Destruction
3. HIGH COMMANDBeyond the Wall (MA)
4. INHUMAN NATURES/T (England)
5. ABSENCE OF MINESmile! … (California)
6. RED DEATH – Sickness Divine (D.C.)
7. DEAD HEATCertain Death (California)
8. RHYTHM OF FEARRitual Dementia
9. ENFORCEDAt the Walls (Virginia)
10. INCLINATIONWhen Fear Turns… (KY)
11. FORCED NEGLECTNeed to Feed (AL)
12. DON’T TRUST A SOULDemo (NY)
13. ADRENALINES/T (Maryland)
14. ABUSE OF POWERWhat On Earth…
15. FURYFailed Entertainment (CA)

LIRE LA SUITE

Les Gens de la pluie

Qui est Coppola en 1968, l’année où est tourné The Rain People ? C’est déjà un cerveau qui déborde. En 1962, poursuivant un cursus cinéma à l’UCLA, il en profite pour réaliser des petits films d’horreur et un western softcore inititulé L’Ouest sauvage et nu. Sacré nom. Il devient ensuite l’assistant du célèbre Roger Corman qui lui demande d’abord de recouper des films étrangers pour les USA, avant de le laisser diriger son premier long-métrage d’horreur, le culte Dementia 13. Coppola va ensuite se débrouiller pour s’installer durablement dans la profession, via notamment un job fixe de scénariste pour le puissant Sevent Arts. Quelques scripts, un teen movie et une comédie musicale ratée plus tard, Francis n’a pas encore 30 ans et est déjà vacciné de son expérience avec les gros studios. C’est dans ces circonstances que se tourne le premier film 100% Coppola (écrit, réalisé et produit par) : The Rain People, dont son ami George Lucas tirera le documentaire Filmmaker.

LIRE LA SUITE

6 livres pour Noël

Pour les mamans fans :

DEPECHE MODE, Faith and Devotion (Ian Gittins, Palazzo)

Ce n’est pas par son graphisme que ce livre brille – une préoccupation qui ne semble pas être le fort de cet éditeur – mais c’est avant tout pour la quantité de photos inédites du plus grand groupe pop des 40 dernières années, oui, parfaitement. Au fil des récits et anecdotes piochées dans un nombre incalculable de sources, l’ouvrage couvre l’ensemble de la carrière de DM et régale avec des clichés qui se suffisent à eux-mêmes pour analyser la trajectoire du groupe. Des débuts new wave en sandales et coupes hérissons aux tenues SM de Martin Gore en passant par la phase cow-boy/grunge de Dave Gahan, aucun détail esthétique du groupe de Basildon n’est laissé au hasard durant près de 250 pages. A feuilleter en regardant l’excellent docu de Jeremy Deller Our Hobby is Depeche Mode, voire même pour les extrémistes Spirits in the Forest d’Andrew Corbijn, sorti cette année. Dernière chose : U2 can suck it.

LIRE LA SUITE

The Italianman

Dans le Schnock #33 qui sort aujourd’hui, passez outre le faciès un peu trop aged de Lino Ventura sur la couv’, sa carrière récèle encore bien des anecdotes et des contradictions (saviez-vous qu’il avait refusé Apocalypse Now et devait tourner avec Al Pacino et Robert de Niro avant de mourir ?). Outre la succulente interview de son fils ou une analyse étonnante de La Bonne année de Claude Lelouch, vous pourrez y lire aussi (rien à voir hein) mon entretien « 50 ans de carrière » avec Yves Simon, le boomer préféré des millenials.

LIRE LA SUITE