TOUS LES ARTICLES AVEC Streetlife

L’Âme des guerriers

Après avoir bossé durant des années pour les autres, notamment sur les premiers films de Geoff Murphy (Goodbye Pork Pie, Utu, Le Dernier survivant), véritable pierre angulaire du cinéma néo-zélandais, Lee Tahamori enfile enfin la casquette de réalisateur en 1994. A partir d’un livre du journaliste Alan Duff paru en 1990, Tamahori dresse un portrait crasseux de la société de l’époque, considéré par nombre de ses compatriotes comme le meilleur film néo-zélandais de tous les temps.

La suite sur Somewhere Else.

Trottoirs mouillés

1200 battements par minute

La Croix et le Poignard (1970)

Soleil cherche futur




Method of Groove (1990-1995)

Move it motherfuckers.

1990
BIOHAZARD – Wrong side of the tracks
1991
HATE FORCE – Step off
SUB ZERO – Waiting
THE ICEMEN – The harsh truth
LAMENT – Interreaction
LEEWAY – Who’s to blame
NOBODY’S PERFECT – Forceful tactics
1992
DMIZE – Soul search
ONLY LIVING WITNESS – Twitching tongues
WORLDS COLLIDE – Absolute
SICK OF IT ALL – The shield
1993
MERAUDER – Besiege the masses
25 TA LIFE – Separate ways
BULLDOZE – The truth
NEXT STEP UP – Heavy
LIFE OF AGONY – Method of groove
1994
MADBALL – Set it off
VISION OF DISORDER – D.T.O.
1995
ELEMENTS DEC – The game ain’t the same
CROWN OF THORNZ – Mental masquerade
KRUTCH – My way
THE SPUDMONSTERS – Bloodline
SECTION 8 – Chapter 11
KICKBACK – Start of the end

STRINGER (1999)

null
null

Le face à face Burt Reynolds/Elie Semoun, vous en aviez rêvé ? Klaus Biedermann lui se l’est payé, en direct, à New York. 15 ans après Taxi Driver, 15 ans avant Night Call, le réal (entre autre) derrière certains épisodes d’Extrême Limite, Julie Lescaut et Femmes de Loi a voulu documenter la vie des stringers, « ces mercenaires de l’info qui traquent le scoop, la mort, la folie » comme le dit l’affiche. Et qui choisir de mieux, dans un rôle à contre-emploi total, que le Travis Bickle des Hauts-de-Seine. LIRE LA SUITE

Polar80 : Appel à Centrale


LIRE LA SUITE

Lower East Class

Ash Tayer est une photographe et « artiste multimédia » basée à Los Angeles. Dans les années 90, elle traînait ses guêtres dans les rues du Lower East Side. Elle en a compilé un tas de photos regroupées sous le projet This Land, un témoignage vivant et vécu de la vie des squatteurs de Manhattan avant que la Grosse Pomme ne finisse par se transformer en musée. Installée avec eux, elle documente ce mode de vie alternatif au fil de leurs actions, en gardant en permanence la PMA. Vingt ans plus tard, elle a recomposé la bande-son de cette époque, où se bousculent aussi bien Nirvana, Minor Threat que Judas Priest. Ash Tayer cherche actuellement un éditeur pour publier ces photos (et aussi une galerie à Paris pour les exposer). Allez jeter un oeil directement sur son site : ashtayer.net

VERSION FRANCAISE ICI

ENGLISH VERSION BELOW
LIRE LA SUITE

Iceberg Slim: Talking Jazz

De son vrai nom Robert Lee Maupin, Iceberg Slim fut, est, et restera l’archétype du mac modèle, qui engendrera, bien malgré lui, générations de voyous. Il aura suffit d’un livre, un seul: PIMP, the story of my life sorti en 1967 pour installer la légende. Une autobiographie violente, glauque, sans espoir, et sûrement aussi un peu mytho. Des contes du racisme et du sexisme ordinaire. 20 ans à arpenter le turf, de 1940 à 1960, 20 ans à renifler des noires et de la blanche, de Milwaukee à Chicago en passant par Rockford, Illinois. Il raccrochera le manteau de vison pour écrire sa vie… sans se douter qu’il ne sera pas au bout de ses soucis…

LIRE LA SUITE