TOUS LES ARTICLES INDUS/NOISE

Playlist #45 : C’était 2015

01 — REAL LIES — Side­trip­ping
02 — A PLACE TO BURY STRANGERS — Now it’s over
03 — EXTRAVAGUE — Coeur noir
04 — LEBANON HANOVER — Moor
05 — MARCHING CHURCH — Liv­ing in doubt
06 — DER BLUTHARSCH — Inno­cent
07 — HANGMAN’S CHAIR — Drip­ping low
08 — JAMES FERRARO — Thrash & esca­late
09 — 40000 GANG — Bre­som
10 — THE EGYPTIAN LOVER — Zom­bies
11 — TZUSING — 4 floors of whores
12 — MOLECULE — Hébrides
13 — KAARIS — Comme Gucci Mane
14 — FREDDIE GIBBS — Pronto
15 — BOOBA — Zer
16 — YOUNG DOLPH — What­ever
17 — PNL — Loin des hommes
18 — MAIN ATTRAKIONZ — Shoot the dice
19 — THE GARDEN — Devour
20 — PRAYERS — Love is the enemy
21 — PICTUREPLANE — Esoter­ror­ist
22 — CARPENTER BRUT — Par­adise war­fare
23 — THE BEAUTIFUL ONES — Exhale (room 312)
24 — TITLE FIGHT — Mur­der your mem­ory
25 — COMMUNIONS — For­get it’s a dream

JUST TERROR (N STUFF)

JfK

Welcome to Paul Chain

Paolo Catena, mag­gior­mente noto col nome d’arte Paul Chain (Pesaro, 27 giugno 1962), è un musicista, pro­dut­tore discografico e pit­tore ital­iano, attivo, per quanto riguarda la car­ri­era musi­cale, prima come chi­tar­rista e organ­ista nel gruppo metal Death SS e in seguito come can­tante e polistru­men­tista solista. Per un breve peri­odo fu anche mem­bro dei Boohoos, band garage rock marchigiana.

PAUL CHAIN VIOLET THEATRE — Occultism (1984) Detach­ing from Satan EP

PAUL CHAIN VIOLET THEATRE — Never Cry (1986) High­way to Hell EP

PAUL CHAIN VIOLET THEATRE — In The Dark­ness (1986) In the Darkness

PAUL CHAIN VIOLET THEATRE — Bath-chair’s Mary (1987) Opera 4th

PAUL CHAIN — Ded­i­cated to Jesus (1989) Vio­let Art of Improvisation

PAUL CHAIN — Vio­lence of the Sun (1991) Les Temps du Grand-Frère EP

PAUL CHAIN — Sand Glass (1995) Alka­h­est

Imposing Elitism

Mate mes Chrome

CHROME — Feel it like a sci­en­tist (2014, Kings of Spades)

Playlist #43 : France70

01 — VISITORS — Terre-larbour
02 — PHILIPPE BESOMBES — Les cos­mo­nautes
03 — HELDON — Baader-Meinhof blues
04 — PATRICK VIAN — Tun­nel 4, Red noise
05 — LARD FREE — Pale vio­lence under a rever­bere
06 — MICHEL POLNAREFF — The rapist
07 — ZNR — Seynete
08 — HYDRAVION — Met­ro­pol­i­tain
09 — VERTO — Car­ton acidulé
10 — CERRONE — Make-up
11 — SPACE ART — Nous savons tout
12 — RICHARD PINHAS — Indi­catif radio
13 — JEAN SCHWARZ — With no J

[Sym­phonie pour le jour où brûleront les cités]

Pour en savoir plus sur l’underground musi­cal français, une inter­view d’Eric Deshayes ici.

Esoterra : Super Sized Satanic

EsoTerra est un mag­a­zine améri­cain qui a sévi durant la majeure par­tie des années 90 et assur­ait la col­lu­sion entre l’occulte et la pop cul­ture, en pleine ère rave et col­orée. A tra­vers 9 numéros, Chad Hens­ley, entouré d’acolytes triés sur le volet, a réuni des inter­views et arti­cles puis­sants, puisant dans la musique extrême, l’art mor­bide ou la magie noire. Salué par Adam Par­frey, un livre rétro­spec­tif de 320 pages con­tenant les meilleures choses parues dans le zine a été pub­lié il y a quelques temps par Cre­ation Books. Sa ver­sion française devrait être dispo chez Camion Noir en juin prochain alors que Chad est en train de pré­parer le le numéro 11 de la revue. Je l’avais inter­viewé en 2012, il venait alors de se manger un énième cyclone en pleine face, et m’avait répondu en direct de son pré­fab­riqué de la Nouvelle-Orléans, sur une con­nex­ion DIY de for­tune.

UNE INTERVIEW PARUE DANS LE N° V8N2 DE VICE MAGAZINE.

LIRE LA SUITE

YOUTH CODE : Mosh EBM

Youth Code est un duo élec­tron­ique formé en 2012 dans les flammes du chaos à L.A. Ryan George et Sara Tay­lor for­ment un cou­ple sur scène comme à la vie et sont le pre­mier groupe à avoir sorti un disque sur l’obscur label de Psy­chic TV, Angry Love Pro­duc­tions. Leur pre­mier album, sobre et bru­tal, est sorti en sep­tem­bre dernier sur Dais Records. Depuis, ils n’arrêtent pas de jouer et vien­nent de ren­trer d’une tournée améri­caine de 20 dates. EBM, Mosh, 2014 : voici leur interview.

La ver­sion en français est sur NOISEY.
LIRE LA SUITE

Rien n’est vrai, tout est permis

Car­los Peron, Die Schwarze Spinne (1984, Milan)

Posh Isolation : Whip not speak

Posh Iso­la­tion est un label de Copen­h­ague qui existe depuis 2008. Il est lié de près ou de loin à tout ce que le pays a sorti de bien ces 5 dernières années (Iceage, Sex­drome, March­ing Church, Lower, Lust For Youth, Vår, etc). Le dernier pro­jet extrait de leur cave humide : Croa­t­ian Amor, un duo ambiant d’europop bruitiste. En plus de son inter­view à lire en français sur NOISEY, Loke Rah­bek m’a pro­posé une playlist musique sans paroles que vous pou­vez écouter plus bas. Avec un fouet ou pas.
LIRE LA SUITE