TOUS LES ARTICLES RAP

Horrorcore !

Playlist #45 : C’était 2015

01 — REAL LIES — Side­trip­ping
02 — A PLACE TO BURY STRANGERS — Now it’s over
03 — EXTRAVAGUE — Coeur noir
04 — LEBANON HANOVER — Moor
05 — MARCHING CHURCH — Liv­ing in doubt
06 — DER BLUTHARSCH — Inno­cent
07 — HANGMAN’S CHAIR — Drip­ping low
08 — JAMES FERRARO — Thrash & esca­late
09 — 40000 GANG — Bre­som
10 — THE EGYPTIAN LOVER — Zom­bies
11 — TZUSING — 4 floors of whores
12 — MOLECULE — Hébrides
13 — KAARIS — Comme Gucci Mane
14 — FREDDIE GIBBS — Pronto
15 — BOOBA — Zer
16 — YOUNG DOLPH — What­ever
17 — PNL — Loin des hommes
18 — MAIN ATTRAKIONZ — Shoot the dice
19 — THE GARDEN — Devour
20 — PRAYERS — Love is the enemy
21 — PICTUREPLANE — Esoter­ror­ist
22 — CARPENTER BRUT — Par­adise war­fare
23 — THE BEAUTIFUL ONES — Exhale (room 312)
24 — TITLE FIGHT — Mur­der your mem­ory
25 — COMMUNIONS — For­get it’s a dream

JUST TERROR (N STUFF)

Playlist #44 : France80

01 FRANCOIS FELDMAN — En transe comme les Dj’s (1980)
02 THIERRY PASTOR — La fille du Nordica (1982)
03 PLAISIR — Fou de toi (1982)
04 ALEC MANSION — Main­tenant (1983)
05 MICKY MILAN — Cham­pion (1983)
06 ÉLÉGANCE — Jamais de risque (1983)
07 DIDIER MAKAGA — Watcha (1984)
08 KATIA — La pin-up des pick-up (1984)
09 BIBI FLASH — Vie privée (1984)
10 RAOUL PETITE — Oh! Louise (1984)
11 DEE NASTY — Délirer un peu (1984)
12 B-SIDE — Paris-taxi (1985)
13 LE PRÉSIDENT SHÛ-SHAN — Boum! Un coup d’matraque (1985)
14 CREOLE STAR — Funky dance (1985)
15 KRAFTCHIK — C’est l’enfer (1985)
16 MARTIN CIRCUS — Pourquoi tu m’laches pas ? (1985)
17 MANUEL GELIN — J’te cherche partout (1985)
18 ABSOLUTE FANTAISIE — Dans tes bras (1986)
19 KEVIN MORANE — Vic­time (1986)
20 ISABELLE — Fun safari (1986)

NO MIX, NO SCRATCH, JUST PURE IMPACT !

“Une his­toire orale du boo­gie français” : À lire dans la revue Audi­mat #3

Micky Milan : l’interview défini­tiveà lire sur Noisey.

Skyy.


LIRE LA SUITE

2014 après la chute de New York

2014, la Troisième Guerre mon­di­ale est ter­minée depuis vingt ans. La Terre est désor­mais soumise à la tyran­nie de la Trap qui impose avec une poigne de fer sa loi à tous les sur­vivants. New York n’est plus qu’un champ de ruines, peu­plé de mal­heureux rappeurs irradiés. Les Ras­taks et leurs chas­seurs s’y intro­duisent par­fois pour cap­turer cer­tains de ces mutants afin de les utiliser comme cobayes dans des expéri­ences dédiées à la pro­duc­tion. L’humanité affronte un drame ter­ri­ble : suite aux quan­tités déli­rantes de crack qui ont été répan­dues sur Terre, plus aucun rappeur n’est fer­tile… Le Migos Gang, une organ­i­sa­tion rebelle, cap­ture Young Scooter, un aven­turier, et le force à se ren­dre à New York afin d’y trou­ver des rescapés, sup­posés être cachés quelque part dans cette dan­gereuse cité…


YOUNG SCOOTER — Road­run­ner 2 (Street Lot­tery 2) LIRE LA SUITE

Pimpfork


LIRE LA SUITE

Nickatina

LIRE LA SUITE

The Infamous

1. GENESIS

Albert “Prodigy” John­son naît le 2 novem­bre 1974 à Hemp­stead, Long Island, au sein d’une famille dédiée au monde du spec­ta­cle. Grand-père célèbre jazzman apprit à lire à Quincy Jones, Grand-mère jadis danseuse au Cot­ton Club et matronne d’une fameuse école de danse New-Yorkaise et Maman qui chan­tait dans The Crys­tals en 1962. Il était évi­dent que le petit Prodige n’allait pas finir maçon. LIRE LA SUITE

Housse de Racaille

“Bad Cow­boy” prouve une 7ème fois (dis­ques de rue com­pris) l’indétrônable humour pro­tache du Doc­teur Punch­line alias SETH GUEKO, le gitan qui en fait n’en est pas un. Recon­verti au look “Agnos­tic Front” depuis sa virée aux States, le duc de St Ouen L’Aumône est partout et vous cause main­tenant de Thaï­lande. LIRE LA SUITE

Infini Business

« Alors for­cé­ment, en épou­sant fidèle­ment l’idéologie de l’hyperclasse “Seuls les forts sur­vivent” (Mobb Deep), le rappeur (du mois) est le plus con­damné de toute l’industrie musi­cale à devoir rester au top de l’actualité médi­a­tique (sites inter­net, blogs, réseaux soci­aux, etc) pour ne pas devenir rapi­de­ment démodé: soit env­i­ron six mois, durée de vie d’un album rap de nos jours, ce qui, ramené à l’échelle du corps humain, pour­rait être com­paré à celle d’un sper­ma­to­zoïde ! LIRE LA SUITE