TOUS LES ARTICLES PHILOSOPHIE

Les Prédicateurs et les Compatissants

« Il y a des prédi­ca­teurs de la mort et la terre est pleine de ceux à qui il faut prêcher de se détourner de la vie.
La terre est pleine de super­flus, la vie est gâchée par ceux qui sont beau­coup trop nom­breux. Qu’on les détourne de la vie, ces gens, au moyen de la « vie éter­nelle » !
« Jaunes » : c’est ainsi que l’on nomme les prédi­ca­teurs de la mort, ou « noirs ». Mais, moi, je veux vous les mon­trer sous d’autres couleurs.
Il y a ceux qui sont ter­ri­bles, qui promè­nent en eux la bête de proie et n’ont pas de choix, à moins que ce ne soient les plaisirs ou la mor­ti­fi­ca­tion. LIRE LA SUITE

Horizombre

« Au-delà du jeu­nisme de Canal+, nous pou­vons voir sur nos écrans défiler l’après-midi des pub­lic­ités trai­tant de baig­noires sécurisées, de fuites uri­naires et d’assurances obsèques. Nous vivons dans un monde idéologique­ment dom­iné par l’âge, dans lequel les jeunes sont incités à se préoc­cu­per de leur retraite avant même d’avoir trouvé un emploi. Bien loin d’avoir des vieux qui restent jeunes d’esprit, les sociétés les plus avancées fab­riquent des jeunes pro­gram­més pour le vieil­lisse­ment, qui veu­lent par exem­ple le plus vite pos­si­ble acheter un loge­ment – c’est un com­plé­ment de retraite – et con­tribuent ainsi, en faisant mon­ter les prix, à la diminu­tion de leur pro­pre sur­face hab­it­able. Pour com­pléter le tableau, « l’État social des classes moyennes et des vieux » n’investit plus vrai­ment dans la con­struc­tion de loge­ments. LIRE LA SUITE

La Vérité

Com­ment favoriser en nous cette sorte de délivrance ? Tout est para­doxal chez l’homme, on le sait bien. On assure le pain de celui-là pour lui per­me­t­tre de créer et il s’endort, le con­quérant vic­to­rieux s’amollit, le généreux, si on l’enrichit, devient ladre. Que nous impor­tent les doc­trines poli­tiques qui pré­ten­dent épanouir les hommes, si nous ne con­nais­sons d’abord quel type d’hommes elles épanouiront. Qui va naître ? Nous ne sommes pas un chep­tel à l’engrais, et l’apparition d’un Pas­cal pau­vre pèse plus lourd que la nais­sance de quelques anonymes prospères.

L’essentiel, nous ne savons pas le prévoir. Cha­cun de nous a connu les joies les plus chaudes là où rien ne les promet­tait. Et nous ont laissé une telle nos­tal­gie que nous regret­tons jusqu’à nos mis­ères, si nos mis­ères les ont per­mises. Nous avons tous goûter, en retrou­vant des cama­rades, l’enchantement des mau­vais souvenirs.

Que savons-nous, sinon qu’il est des con­di­tions incon­nues qui nous fer­tilisent ? Où loge la vérité de l’homme ?

LIRE LA SUITE

La faculté de se détacher de tout

« Il est grand temps main­tenant de nous poser la ques­tion cap­i­tale et de chercher la cause de cette expres­sion morne et ten­due, cette expres­sion de hâte et de fièvre – cette expres­sion à la fois si apathique et si anx­ieuse, d’où sont absentes la joie de vivre et la paix – qui se lit sur le vis­age des pas­sants que nous croi­sons dans les grandes métrop­o­les occi­den­tales. C’est une expres­sion exacte­ment sem­blable, en fait, à celle que l’on pour­rait observer sur les traits des four­mis, les plus mis­érables des insectes asservis à la cou­tume. Si un film nous mon­trait des images de four­mis en gros plans géants, nous auri­ons à coup sûr l’impression de nous voir dans un miroir ! LIRE LA SUITE

L’ultima intervista

Annie hait les sucettes

« Com­ment le par­adis néo-féministe ne serait-il pas men­acé dès que la ten­ta­tion de la solu­tion amoureuse appa­raît pour laisser sup­poser, même néga­tive­ment, que tout rap­port sex­uel engen­dre une mul­ti­plic­ité de présences fan­tas­ma­tiques, féminines et mas­cu­lines ? Ou encore que la mis­ère des rap­ports humains ne tient pas plus à un sexe qu’à l’autre mais à une mis­ère sex­uelle dom­i­nante que le néo-féminisme con­tribue à ren­forcer en enfer­mant les femmes dans un par­tic­u­lar­isme à la portée de toutes et dont le tri­om­phal­isme peut seule­ment dis­traire celles-ci des causes pro­fondes de ce malheur ?

Car enfin, com­ment les femmes, faute d’avoir pu ou su aimer les hommes, n’en pourraient-elles que mieux aimer les femmes ? Je ne com­prends pas que celles qui depuis tou­jours ont eu le goût des femmes ne se soient pas déjà insurgées de voir le les­bian­isme devenir en quelques années la posi­tion de repli sex­uel par excel­lence. A la lueur du néo-féminisme, l’homosexualité fémi­nine n’est plus que la car­i­ca­ture d’elle-même; avant d’avoir été recon­nue comme un des paysages de l’amour, la voici dev­enue le triste maquis d’où on peut haïr l’homme sans grand dan­ger : il suf­fit de hurler avec les lou­ves. »
LIRE LA SUITE

Au diable la Société !

« Avoir besoin de con­nais­sances, c’est avouer ouverte­ment l’absence en soi du vrai bon­heur – avouer le tarisse­ment de sa vie intérieure. Tout indi­vidu véri­ta­ble­ment heureux vit dans un univers imag­i­naire per­son­nel – ou plutôt un univers imag­i­naire créé par sa dou­ble nature pro­pre et celle de son parte­naire, sous les aus­pices de la nature dou­ble de la Cause Première.

La plus grande illu­sion du monde naît du culte tribal de l’activité sociale, qui remonte aux hordes de chas­seurs et de guer­ri­ers des temps préhis­toriques. Le seul résul­tat béné­fique de la mécan­i­sa­tion du monde mod­erne, c’est d’avoir libéré l’individu de cette bar­barie trib­ale qui con­siste à accorder aux tâches effec­tuées pour la tribu plus d’importance qu’elles n’en ont en réal­ité. Il faut bien que ces tâches s’accomplissent; il faut bien quelqu’un pour les faire; il est vil et mesquin de s’y sous­traire. Mais de là à les pren­dre au sérieux, jusqu’à y voir le but même de l’existence, il y a loin ! » LIRE LA SUITE

Le mouton enragé

« J’étais un sale type à un moment, je l’ai payé cher. J’aimais bien les femmes et je n’étais pas tou­jours très gen­til. Cela m’a beau­coup tour­menté mais j’ai sou­vent été l’arroseur arrosé égale­ment. Après, quand on est marié, par­fois l’autre nous énerve, et même si on l’aime beau­coup, on a envie d’autres femmes. A cette époque, je n’étais pas très fréquentable, je suis bien mieux depuis. Après, il y a les romances de tour­nage, j’étais assez joli et comme je n’avais pas grand-chose à racon­ter, je ne dis­ais rien. Une fois qu’elles me con­nais­saient en revanche, je ne fai­sais plus illusion… »

Jean-Louis Trintig­nant, So Film #54, 2017.

Le sale mec

« Aimant assez la logique des mots, je vais essayer de m’y can­ton­ner, espérant ne pas me faire trop de nou­veaux enne­mis. Je suis nanti en ce domaine.

Le cinéma intel­lectuel n’existe pas, n’a jamais existé, n’existera jamais.

Le cinéma n’est pas un art.

Les gens qui entrent dans une salle de cinéma s’appellent des spec­ta­teurs. Le cinéma est donc un spec­ta­cle. Un grand film est des­tiné à plaire à des mil­lions de spec­ta­teurs. On ne fait pas de l’art pour autant de gens. Il faudrait, par con­séquent, faire des petits films. Or, le but d’un cinéaste est de faire des grands films. Du moins quand il le peut.

LIRE LA SUITE

2017