Horizombre

« Au-delà du jeu­nisme de Canal+, nous pou­vons voir sur nos écrans défiler l’après-midi des pub­lic­ités trai­tant de baig­noires sécurisées, de fuites uri­naires et d’assurances obsèques. Nous vivons dans un monde idéologique­ment dom­iné par l’âge, dans lequel les jeunes sont incités à se préoc­cu­per de leur retraite avant même d’avoir trouvé un emploi. Bien loin d’avoir des vieux qui restent jeunes d’esprit, les sociétés les plus avancées fab­riquent des jeunes pro­gram­més pour le vieil­lisse­ment, qui veu­lent par exem­ple le plus vite pos­si­ble acheter un loge­ment – c’est un com­plé­ment de retraite – et con­tribuent ainsi, en faisant mon­ter les prix, à la diminu­tion de leur pro­pre sur­face hab­it­able. Pour com­pléter le tableau, « l’État social des classes moyennes et des vieux » n’investit plus vrai­ment dans la con­struc­tion de logements.

Et si les jeunes ne sont pas con­tents, qu’ils s’en ail­lent : en Amérique, en Aus­tralie, ailleurs en tout cas. L’horizon du voy­age et de l’émigration des jeunes est l’un des thèmes de prédilec­tion de nos médias, par­ti­c­ulière­ment de ceux qui sont achetés et lus par des vieux. Étu­di­ant ou cuisinier aux
États-Unis, bar­man à Lon­dres, human­i­taire en Afrique de l’Ouest : toute aven­ture est bonne à pren­dre. Alors, pourquoi pas dji­hadiste en Syrie pour les jeunes de ban­lieue englués dans le chô­mage et la petite délin­quance ? Je ne plaisante pas. On peut, sans rire, pré­ten­dre que le mirage de l’État islamique n’est qu’une adap­ta­tion de l’idéal de l’émigration des jeunes si chaude­ment recom­mandé par nos mag­a­zines. Selon l’IFOP, en mars 2014, 49 % des lecteurs de L’Express, 56 % des lecteurs du Point, et 57 % des lecteurs du Nou­vel Obser­va­teur avaient plus de 50 ans.

Sans som­brer dans un moral­isme de type religieux rétro­grade, nous devons quand même con­stater que l’horizon social et moral qui est pro­posé aux jeunes des sociétés les plus avancées est franche­ment insuff­isant, en dépit d’un pro­grès tech­nologique qui demeure stupé­fi­ant, exal­tant même. Mais l’horizon, au-delà de l’adolescence, en France aujourd’hui, ce n’est pas seule­ment le jeu vidéo, le réseau social et une sex­u­al­ité libérée. C’est aussi le spec­ta­cle, morale­ment dégradant, de la hausse des iné­gal­ités et de 10 % de chô­mage accep­tés, c’est le cinéma per­ma­nent des politi­ciens qui font sem­blant de s’opposer les uns aux autres et d’un Par­lement réduit à une scène de théâtre, c’est l’insensibilité des classes moyennes pro­tégées dont la télévi­sion con­tinue de nous van­ter la vie. »

Qui est Char­lie ?, Emmanuel Todd, 2015.

LACHER UN COM

Current month ye@r day *