TOUS LES ARTICLES AVEC NYHC

Serial Killers du Metalcore

Starkweather, Crossbearer, la chronique ici.

NYHC Retrospective

Extraits de la revue Carhartt WIP #3, 2019.
Bonus : interview de Howie Abrams et playlist 100% N.Y.H.C.
Ne pas oublier la DEMO93 non plus.

BOOM !

Method of Groove (1990-1995)

Move it motherfuckers.

1990
BIOHAZARD – Wrong side of the tracks
1991
HATE FORCE – Step off
SUB ZERO – Waiting
THE ICEMEN – The harsh truth
LAMENT – Interreaction
LEEWAY – Who’s to blame
NOBODY’S PERFECT – Forceful tactics
1992
DMIZE – Soul search
ONLY LIVING WITNESS – Twitching tongues
WORLDS COLLIDE – Absolute
SICK OF IT ALL – The shield
1993
MERAUDER – Besiege the masses
25 TA LIFE – Separate ways
BULLDOZE – The truth
NEXT STEP UP – Heavy
LIFE OF AGONY – Method of groove
1994
MADBALL – Set it off
VISION OF DISORDER – D.T.O.
1995
ELEMENTS DEC – The game ain’t the same
CROWN OF THORNZ – Mental masquerade
KRUTCH – My way
THE SPUDMONSTERS – Bloodline
SECTION 8 – Chapter 11
KICKBACK – Start of the end

L’Art de Mosher

New York, avant la découverte de la mosh.

WALTER SCHREIFELS (Youth Of Today, Warzone, Gorilla Biscuits, Project X, Supertouch, Quicksand) : Il y avait une certaine dose de confiance en soi à New-York, qui pouvait être confondue avec du machisme, mais c’est tout simplement que le hardcore de New York avait les meilleures mosh parts possibles. Personne ne jouait des parties dansantes aussi bonnes qu’à New York.

ALEXA POLI-SCHEIGERT (Scenester) : On avait des breaks brutaux, et ça rendait la danse encore plus dure. C’était différent. Ce n’était pas juste du thrash rapide comme à Boston.

WALTER SCHREIFELS : Les gens moshaient plus qu’ailleurs. Le CBGB était comme le Madison Square Garden de la mosh. A New York, tu n’avais même pas besoin de chanter dans un groupe. Tu pouvais juste être bon dans le pit pour te faire aimer et respecter.

RAY CAPPO (Violent Children, Youth Of Today, Shelter) : D’ailleurs, ‘mosh’ était un mot uniquement utilisé à New York. Les gens de l’extérieur ne pouvaient même pas savoir de quoi on parlait.
LIRE LA SUITE

BOUM !

Down With Da Crew !

Entre 1994 et 2001, Rennes a été la capitale hardcore de la France. Vous en doutiez ? Allez voir ces photos et lisez l’interview de David Mancilla ici. On y parle de Stormcore, du Superbowl of Hardcore, du KDS crew, de la Hardside Connection et d’Overcome Records, entre autres !

Complément d’enquête : The Cro-Mags

La gloire, le succès, la déchirure, les embrouilles entre skinheads, krishnas, drogués, labels et tourneurs, la reformation, les reformations, les alliances, les trahisons… Cro-Mags a tout connu. Le groupe formé en 1982 aura vu toute la scène New York Hardcore des années 80 et 90 défiler dans ses rangs et est devenu le parrain de ce son crossover hardcore/metal qui est aujourd’hui la norme. Tout ça grace aux riffs surpuissants de Parris Mayhew. Il n’a rien à vendre, ni rien à gagner, il ne concocte pas de smoothies, il ne poignarde pas non plus ses anciens collègues : l’ancien guitariste et cofondateur des Cro-Mags a juste répondu calmement à toutes les questions qu’on pouvait se poser sur le plus célèbre des groupe de hardcore.

L’INTERVIEW EN FRANÇAIS // U.S. ENGLISH VERSION // LE THREAD SUR LE FORUM BRIDGE 9 !

20 ans de Cro-Mags.

Murdario Stomp

Backtrack, Cave State, Diamond Youth, Iron Mind, Jackals, Never Human, New Lows, No Peace, Red Death, Ringworm, Spine, Your Mistake. Écoutez-les tous ICI avant l’arrivée du printemps.

NYHC’s Anatomy

De Bri Hurley (qui photographiait la sauvagerie du CBGB et en a tiré un livre, Making a Scene) à Beth Lahickey (qui a compilé l’anthologie straight edge All Ages), les filles ont toujours été impliquées dans la scène NYHC. Peu savent par contre que l’actrice Brooke Smith, rendue célèbre par Le Silence des Agneaux et la série Grey’s Anatomy traînait elle aussi au CBGB dans les années 80. LIRE LA SUITE