TOUS LES ARTICLES AVEC NYHC

Method of Groove (1990–1995)

Move it moth­er­fuck­ers.

1990
BIOHAZARD — Wrong side of the tracks
1991
HATE FORCE — Step off
SUB ZERO — Wait­ing
THE ICEMEN — The harsh truth
LAMENT — Inter­re­ac­tion
LEEWAY — Who’s to blame
NOBODY’S PERFECT — Force­ful tac­tics
1992
DMIZE — Soul search
ONLY LIVING WITNESS — Twitch­ing tongues
WORLDS COLLIDE — Absolute
SICK OF IT ALL — The shield
1993
MERAUDER — Besiege the masses
25 TA LIFE — Sep­a­rate ways
BULLDOZE — The truth
NEXT STEP UP — Heavy
LIFE OF AGONY — Method of groove
1994
MADBALL — Set it off
VISION OF DISORDER — D.T.O.
1995
ELEMENTS DEC — The game ain’t the same
CROWN OF THORNZ — Men­tal mas­quer­ade
KRUTCH — My way
THE SPUDMONSTERS — Blood­line
SECTION 8 — Chap­ter 11
KICKBACK — Start of the end

L’Art de Mosher

New York, avant la décou­verte de la mosh.

WALTER SCHREIFELS (Youth Of Today, War­zone, Gorilla Bis­cuits, Project X, Super­touch, Quick­sand) : Il y avait une cer­taine dose de con­fi­ance en soi à New-York, qui pou­vait être con­fon­due avec du machisme, mais c’est tout sim­ple­ment que le hard­core de New York avait les meilleures mosh parts pos­si­bles. Per­sonne ne jouait des par­ties dansantes aussi bonnes qu’à New York.

ALEXA POLI-SCHEIGERT (Scen­ester) : On avait des breaks bru­taux, et ça rendait la danse encore plus dure. C’était dif­férent. Ce n’était pas juste du thrash rapide comme à Boston.

WALTER SCHREIFELS : Les gens moshaient plus qu’ailleurs. Le CBGB était comme le Madi­son Square Gar­den de la mosh. A New York, tu n’avais même pas besoin de chanter dans un groupe. Tu pou­vais juste être bon dans le pit pour te faire aimer et respecter.

RAY CAPPO (Vio­lent Chil­dren, Youth Of Today, Shel­ter) : D’ailleurs, ‘mosh’ était un mot unique­ment util­isé à New York. Les gens de l’extérieur ne pou­vaient même pas savoir de quoi on par­lait.
LIRE LA SUITE

BOUM !

Down With Da Crew !

Entre 1994 et 2001, Rennes a été la cap­i­tale hard­core de la France. Vous en doutiez ? Allez voir ces pho­tos et lisez l’interview de David Man­cilla ici. On y parle de Storm­core, du Super­bowl of Hard­core, du KDS crew, de la Hard­side Con­nec­tion et d’Overcome Records, entre autres !

Complément d’enquête : The Cro-Mags

La gloire, le suc­cès, la déchirure, les embrouilles entre skin­heads, krish­nas, drogués, labels et tourneurs, la ref­or­ma­tion, les refor­ma­tions, les alliances, les trahisons… Cro-Mags a tout connu. Le groupe formé en 1982 aura vu toute la scène New York Hard­core des années 80 et 90 défiler dans ses rangs et est devenu le par­rain de ce son crossover hardcore/metal qui est aujourd’hui la norme. Tout ça grace aux riffs sur­puis­sants de Par­ris May­hew. Il n’a rien à ven­dre, ni rien à gag­ner, il ne con­cocte pas de smooth­ies, il ne poignarde pas non plus ses anciens col­lègues : l’ancien gui­tariste et cofon­da­teur des Cro-Mags a juste répondu calme­ment à toutes les ques­tions qu’on pou­vait se poser sur le plus célèbre des groupe de hardcore.

L’INTERVIEW EN FRANÇAIS // U.S. ENGLISH VERSION // LE THREAD SUR LE FORUM BRIDGE 9 !

20 ans de Cro-Mags.

Murdario Stomp

Back­track, Cave State, Dia­mond Youth, Iron Mind, Jack­als, Never Human, New Lows, No Peace, Red Death, Ring­worm, Spine, Your Mis­take. Écoutez-les tous ICI avant l’arrivée du printemps.

NYHC’s Anatomy

De Bri Hur­ley (qui pho­tographi­ait la sauvagerie du CBGB et en a tiré un livre, Mak­ing a Scene) à Beth Lahickey (qui a com­pilé l’anthologie straight edge All Ages), les filles ont tou­jours été impliquées dans la scène NYHC. Peu savent par con­tre que l’actrice Brooke Smith, ren­due célèbre par Le Silence des Agneaux et la série Grey’s Anatomy traî­nait elle aussi au CBGB dans les années 80. LIRE LA SUITE

Noyau Dur

BL’AST! — Blood! (SOUTHERN LORD)
Les cal­i­forniens nous ont-ils fait croire qu’ils venaient de retrou­ver une cas­sette égarée issue d’une ses­sion de 1987 ? Tout ça pour ressor­tir exacte­ment le même album 25 ans après ? Mmm. Évidem­ment, les onze pistes de skate­core grunge ont été re-mixées par Dave Grohl donc ça sonne plus pro­pre. C’est bien, mais je vois pas trop où est le point. /// BL’AST! — Poi­son LIRE LA SUITE

Lewis Dimmick: NYHC poet !

Il y a deux ans, le label War­dance Records réédi­tait offi­cielle­ment pour la pre­mière fois la com­pi­la­tion New Breed, sor­tie sur cas­sette en 1989. Cette tape demeure la man­i­fes­ta­tion ultime du son hard­core new-yorkais, à l’image des deux autres disques-repères de cette scène : NYC Hard­core — The Way It Is et NYHC — Where the Wild Things Are?. Parmi tous ces groupes, dont cer­tains sont morts dans l’œuf, il y avait Our Gang, des mecs qui voulaient jouer plus vite que les autres, «straight ahead» comme avant. LIRE LA SUITE

Housse de Racaille

“Bad Cow­boy” prouve une 7ème fois (dis­ques de rue com­pris) l’indétrônable humour pro­tache du Doc­teur Punch­line alias SETH GUEKO, le gitan qui en fait n’en est pas un. Recon­verti au look “Agnos­tic Front” depuis sa virée aux States, le duc de St Ouen L’Aumône est partout et vous cause main­tenant de Thaï­lande. LIRE LA SUITE