TOUS LES ARTICLES AVEC Mort

Le cas Delvaux

LIRE LA SUITE

L’emploi du Temps

« Si, du moins, on pou­vait se per­suader que le temps n’existe pas, qu’il n’y a aucune dif­férence entre une minute et plusieurs heures, entre un jour et trois cents jours, et qu’on est ainsi de plain-pied partout ! Ce qui fait tant souf­frir, c’est la lim­ite et la lim­ite suc­cé­dant tou­jours à la lim­ite. Notre âme cap­tive dans un étroit espace n’en sort que pour être enfer­mée dans un autre espace non moins exigu, de manière que toute la vie n’est qu’une série de cachots étouf­fants désignés par les noms des diverses frac­tions de la durée, jusqu’à la mort qui sera, dit-on, l’élargissement défini­tif. Nous avons beau faire, il n’y a pas moyen d’échapper à cette illu­sion d’une cap­tiv­ité inévitable con­sti­tuée suc­ces­sive­ment par toutes les phases de notre vie qui est elle-même une illu­sion. »

Médi­ta­tions d’un soli­taire, Léon Bloy, 1916.
Légende: L’Emploi du Temps, Lau­rent Can­tet, 2001.

Rage Silencieuse

IRV OZ ne s’embarrasse pas de super­flu. Pour pro­duire une musique vivante qui doit tout à la Mort, il s’influence directe­ment des géants de la musi­cal­ité. Un con­densé d’ambiances à mi-chemin entre les com­pos­i­teurs de B.O. ital­iens: Ennio Mor­ri­cone, Gob­lin, Riz Ortolani et les jazzmen libres améri­cains: Miles Davis, John Coltrane. Vrai, le sacré n’est pas une mode. LIRE LA SUITE

Les morts n’ont peur de rien

« Le wagon s’ouvrit brusque­ment et la foule des pris­on­niers se pré­cipita sur Sar­tori, le jeta à terre, s’entassa sur lui. Les morts s’échappaient du wagon. Ils tombaient par groupes, avec un bruit sourd, de tout leur poids, comme des stat­ues de ciment. LIRE LA SUITE

L’odeur de l’Europe morte

« — Laissez-moi, dis-je, vous racon­ter un rêve étrange. C’est un rêve qui, sou­vent, trou­ble mes nuits. J’entre sur une place rem­plie de gens, tous regar­dent en l’air, je regarde en l’air moi aussi et vois, sur­plom­bant la place, une haute mon­tagne escarpée. Au som­met de la mon­tagne se dresse une grande croix. Des bras de la croix, pend un cheval cru­ci­fié. LIRE LA SUITE