TOUS LES ARTICLES AVEC Nietzsche

Tout entendre, tout voir, tout montrer

« Niet­zsche dis­ait qu’on peut mourir d’être immor­tel; mais main­tenant ce qu’il faut dire c’est qu’on peut mourir d’être réel, et c’est tout le des­tin de notre monde de mourir d’être trop réel, d’être gavé de bien plus de réel qu’il n’en peut avaler et d’en mourir comme ce per­son­nage des Fic­tions de Borgès, Ire­neo Funes, qui meurt suf­fo­qué, lit­térale­ment engorgé de mémoire, parce qu’il est atteint de l’étrange mal­adie de ne rien pou­voir oublier, jamais. Nous c’est un peu le con­traire, nous oublions tout mais nous sommes obligés de tout voir, tout le temps, comme nous sommes obligés de tout enten­dre, nous sommes pris­on­niers de l’excès d’exhibition et de pré­ci­sion pornographiques, nous n’avons même plus le droit de détourner les yeux (ni les oreilles), ce serait une insulte à la con­fu­sion empathique des sen­ti­ments que com­mande la démoc­ra­tie ter­mi­nale pour que nous ne nous sen­tions plus jamais seuls. »

Fes­tivus fes­tivus, Philippe Muray, 2005.

Might is Right !

« Dans ce désert aride d’acier et de pierre j’élève ma voix pour que vous puissiez m’entendre.

À l’ Est et à l’Ouest sonne mon appel. Au Nord et au Sud je fais flot­ter un étendard -

Procla­mant, “Mort au faible, richesse au fort.”

Ouvrez vos yeux pour que vous puissiez voir, Oh ! Hommes à l’esprit décrépi et écoutez mes paroles, vous les mil­lions de laborieux ! LIRE LA SUITE

Qu’est ce que la Liberté ?

« La valeur d’une chose réside par­fois non dans ce qu’on gagne en l’obtenant, mais dans ce qu’on paye pour l’acquérir, — dans ce qu’elle coûte. LIRE LA SUITE

Do you consider yourself a misanthrope ?

« Oh, oui. Absol­u­ment. J’essaie de traîner le moins pos­si­ble avec les autres. Haïr active­ment les gens représente un trop gros gaspillage de temps. J’ai réal­isé que si nous n’avons rien en com­mun et que je me retrouve quand même avec eux, je vais for­cé­ment les détester. Donc, j’essaie de favoriser les sit­u­a­tions où je ne suis pas trop proche des autres, et de min­imiser mon con­tact avec les gens en général. LIRE LA SUITE

De la bière dans l’intelligence !

« Ce que pour­rait être l’esprit alle­mand, qui n’a pas déjà fait là-dessus des réflex­ions pro­fondé­ment douloureuses ! Mais ce peu­ple s’est abêti à plaisir depuis près de mille ans : nulle part on n’a abusé avec plus de dépra­va­tion des deux grands nar­co­tiques européens, l’alcool et le chris­tian­isme. Récem­ment, il s’en est même encore ajouté un troisième, qui suf­fi­rait, à lui seul, pour con­som­mer la ruine de toute sub­tile et hardie mobil­ité de l’esprit ; je veux par­ler de la musique, de notre musique alle­mande bourbeuse et embour­bée. LIRE LA SUITE

KICKBACK: En noir et contre tout

Dans l’attente du brévi­aire «Tout ce que vous avez tou­jours voulu savoir sur Kick­back», voici un bilan d’anti-carrière du groupe le plus “insérez-un-adjectif-sulfureux” de France, réduit à un tri­dent bien aigu­isé com­posé de Stephen, Pas­cal et Damien. L’entretien s’est déroulé dans une cave du 18ème arrondisse­ment, véri­ta­ble par­adis ou pur­ga­toire pour rats de bib­lio­thèque. Le groupe était réuni géo­graphique­ment pour une tournée européenne fin 2012, qui n’était finale­ment pas la dernière puisqu’ils seront bien­tôt de retour. Une con­ver­sa­tion en 55 000 mots qui se révèle aussi longue et dis­parate que leur par­cours. LIRE LA SUITE