TOUS LES ARTICLES REVUE

L’agonie de Pantani

« Comme cela arrive souvent avec les grandes figures, il n’est pas interdit de penser que ce que les gens ont alors projeté sur Marco Pantani en disait plus sur eux-mêmes que sur lui. On ne l’a pas aimé parce qu’il gagnait. Quelques dizaines de victoires dans toute sa carrière, soit à peu près ce qu’Eddy Merckx moissonnait en une année. On l’a aimé parce qu’il déjouait les pronostics et qu’il faisait tomber les puissants, les favoris et les tenants du titre, Indurain, Tonkov ou Ulrich. On l’a aimé parce que la vie ne lui faisait pas de cadeaux. On l’a aimé parce qu’il pratiquait un cyclisme que l’on avait cru réservé aux fantasmes ou aux livres d’histoire. On l’a aimé parce que face aux micros, il ne récitait pas des communiqués de presse écrits par d’autres, mais qu’il disait la vérité, sa vérité. On l’a aimé parce qu’il avait l’air faillible, et qu’il l’était pour de vrai. On l’a aimé, surtout, parce qu’on sentait bien que dans ses démarrages à répétition se jouait autre chose qu’une simple victoire d’étape, mais quoi ? Un jour que le journaliste Gianni Mura lui avait posé la seule question valable – « Marco, pourquoi vas-tu si vite en montagne ?« – Pantani avait répondu : « Pour abréger mon agonie. » A l’époque, personne n’avait vraiment compris de quelle agonie le champion parlait. Rétrospectivement, la phrase a pris un tout autre relief. C’est sans doute l’apanage des grands héros tragiques que de voir avant les autres ce qui finira par leur arriver. (…)

LIRE LA SUITE

La bêtise…

…l’agressivité commerciale, voilà ce qu’il faut combattre ! C’était le mot d’ordre de Bernard Villemot, affichiste de légende abordé furtivement dans le Schnock #18, et bien plus en profondeur dans le Schnock #34 qui sort ce 4 mars. À vos francs !

6 livres pour Noël

Pour les mamans fans :

DEPECHE MODE, Faith and Devotion (Ian Gittins, Palazzo)

Ce n’est pas par son graphisme que ce livre brille – une préoccupation qui ne semble pas être le fort de cet éditeur – mais c’est avant tout pour la quantité de photos inédites du plus grand groupe pop des 40 dernières années, oui, parfaitement. Au fil des récits et anecdotes piochées dans un nombre incalculable de sources, l’ouvrage couvre l’ensemble de la carrière de DM et régale avec des clichés qui se suffisent à eux-mêmes pour analyser la trajectoire du groupe. Des débuts new wave en sandales et coupes hérissons aux tenues SM de Martin Gore en passant par la phase cow-boy/grunge de Dave Gahan, aucun détail esthétique du groupe de Basildon n’est laissé au hasard durant près de 250 pages. A feuilleter en regardant l’excellent docu de Jeremy Deller Our Hobby is Depeche Mode, voire même pour les extrémistes Spirits in the Forest d’Andrew Corbijn, sorti cette année. Dernière chose : U2 can suck it.

LIRE LA SUITE

The Italianman

Dans le Schnock #33 qui sort aujourd’hui, passez outre le faciès un peu trop aged de Lino Ventura sur la couv’, sa carrière récèle encore bien des anecdotes et des contradictions (saviez-vous qu’il avait refusé Apocalypse Now et devait tourner avec Al Pacino et Robert de Niro avant de mourir ?). Outre la succulente interview de son fils ou une analyse étonnante de La Bonne année de Claude Lelouch, vous pourrez y lire aussi (rien à voir hein) mon entretien « 50 ans de carrière » avec Yves Simon, le boomer préféré des millenials.

LIRE LA SUITE

NYHC Retrospective

Extraits de la revue Carhartt WIP #3, 2019.
Bonus : interview de Howie Abrams et playlist 100% N.Y.H.C.
Ne pas oublier la DEMO93 non plus.

Je n’ai pas de nostalgie…

« Si vous croyez que voir Dubosc, ça m’amuse ? Non, ça m’attriste. D’abord, pour lui. Mais je pense qu’il est lucide. Je ne pense pas qu’il se regarde dans la glace le matin en se disant : « Je suis Alain Delon. » Ou s’il se le dit, c’est qu’il est fou ! Aujourd’hui, je n’ai plus envie de composer pour des merdes qui se tournent. Dans les années 70, et jusqu’en 2009, 2010, c’était énorme. Après, je me suis calmé. Les grands metteurs en scène sont morts. Ou ceux qui restent sont très vieux, donc moins exigeants. (…) LIRE LA SUITE

Comment réussir son Tour sans bouger de son canapé ?

1. Que répondre à ceux qui vous demandent pourquoi vous regardez ?
Ne vous lancez tout simplement pas dans ce débat. Ceux qui vous posent la question ne peuvent comprendre que le Tour est un existentialisme, marqueur indélébile de votre été alpha, celui de vos 14 ans, et aujourd’hui une nostalgie, le souvenir d’une époque où vous croyiez encore à la possibilité de l’insouciance. C’était le début de l’été, il faisait toujours beau, vous preniez l’antenne et soudain surgissaient les maillots de la Banesto, de la Polti, de la Gewiss, seulement interrompus, parfois, par la voix de Jean-Paul Ollivier. Ces après-midi sans chrono installaient l’idée folle de la vie sans dimanche soir ni lundi, et presque sans temps, qui vous attendait pour les deux mois suivants. Vous partiriez en camping à Vias ou Bormes-les-Mimosas, où vous espériez tomber amoureux. Vous regarderiez les parents charger la voiture comme si vous quittiez tout. En attendant, vous enregistriez des noms et des souvenirs qui, sans le savoir, allaient vous accompagner toute la vie. Melchor Mauri qui porte Laurent Jalabert au pied de Mende, Bjarne Riis qui met fin à l’empire Indurain dans Hautacam, Peter Luttenberg qui perd ses cheveux, Johan Bruyneel qui disparaît derrière un parapet, l’étape de Montbéliard du Tour 97, Jan Ulrich en difficulté dans le col du Hundsruck, qui passe des relais de 500 mètres entre deux scieries, Leonardo Piepoli, Fernando Escartin, Ivan Gotti. Qui peut comprendre cela ? Votre thérapeute, éventuellement. LIRE LA SUITE

Tout le plaisir est pour moi !

« Je ne suis pas là pour faire plaisir aux gens. Je ne me présente pas aux élections, je n’ai pas de message à donner. J’aime la controverse, la polarisation. L’idée même de rechercher l’attention des gens est une forme de mégalomanie. Il faut vivre avec et en rire, cela n’a pas de sens d’en devenir prétentieux. Je cherche à ce que les spectateurs se fassent violence en voyant mes films, pour les éclairer. Je ne forcerai jamais quelqu’un à avoir un sentiment ou une pensée en particulier, et je ne donnerai jamais de réponse. LIRE LA SUITE

Haut les masques

« Il ne faut pas accepter tout le temps de jouer les imbéciles, il y a le risque que ça vous aille ! Après, les gens vous reprennent. Et les rôles d’imbéciles sont souvent les meilleurs. C’est ce qu’on fait le mieux pour réussir. Si on se prend pour trop grand, on se casse la gueule. On n’a pas l’idée juste de ce qu’on est. Qui fait l’ange fait la bête, comme dit le dicton. »

L’ultime entretien de François Perrot, à lire dans le Schnock #30.

Classic.

« J’ai vu Rintintin à la télévision et je me suis dit que si un chien arrive à le faire, il n’y a pas de raison que je n’y arrive pas. »

« J’aime bien tourner dans des westerns parce qu’au moins les chevaux n’oublient pas leur texte donc on termine à l’heure et je peux aller à la cantine plus vite. »

« Pour moi, l’essentiel c’est que je rentre dans le plan sans rien renverser, puis j’en ressors. »

« Si on m’engage sur un film, je ferme les yeux, on peut me peindre les yeux sur mes paupières et je le joue. »

Robert Mitchum par André Wilms, SoFilm #67, 2019.