TOUS LES ARTICLES AVEC Banlieue

Déprime-sur-Seine

L’AMOUR EXISTE (1960)

Paris Jadis

LA MACHINE (1977)

Pierre Lentier, ouvrier d’usine en banlieue parisienne, assassine une fillette, se laisse arrêter, subit interrogatoires, enquêtes et contre-enquêtes, est condamné à mort puis exécuté.
La machine du titre, c’est bien sûr la guillotine (toujours en exercice à l’époque où le film a été réalisé), mais c’est aussi la machine sociale qui broie, la machine médiatique qui s’emballe… Le film est autant un réquisitoire contre la peine de mort qu’une réflexion sur la société, ses ressorts, ses aveuglements.

Pour quelques loubards de plus

LA VIRÉE SUPERBE (1974, Gérard Vergez)

Argenteuil, été 1973. « Un petit coin où Claude Monet… plantait souvent son chevalet… Au passage merci à Francine… sans qui ce film ne serait pas. » Le ton est donné d’entrée. Imaginez Les Valseuses tourné dans une MJC. Des potes s’emmerdent chaque week-end sur les bords de Seine et trompent leur ennui en faisant rugir leurs motos, comme le dit le pitch. Ils font aussi du théâtre, piquent des sacs à main et se battent avec les flics. C’est d’ailleurs un des leurs, Roger, qui se retrouve aux prises avec un képi en plein chantier de la Gare de Lyon, course-poursuite, paf, bang, drame. De là, blessé à la jambe, le fugitif tombera sur un autre fugueur (moment relou du film), qui l’entraînera dans une prise d’otages loufoque lors d’une teuf de meufs, le soir du 14 juillet. LIRE LA SUITE

LE REBELLE (1980)


Le Rebelle (1980) Générique par bordroit

LES COEURS VERTS (1966)



« Zim et Jean-Pierre, deux adolescents des HLM de Nanterre sont libérés en même temps de prison où ils ont été détenu pour des infractions mineures. Pour rejoindre leur banlieue, il leur faut passer par Paris qu’ils voient pour la première fois réellement, après la pression de l’enfermement. De retour dans leur famille, les deux jeunes hommes tentent de trouver un certain équilibre, de devenir des hommes. Jean-Pierre trouve un emploi; Zim, lui, retourne en prison. »

LIRE LA SUITE

LAISSE BÉTON (1984)

Dans une triste banlieue parisienne, Brian et Nourredine, deux adolescents de 13 ans, trimballent plein de rêves dans leur tête. Une idée fixe, en particulier : partir pour l’Amérique, San Francisco. Pourquoi pas ? C’est qu’en fait, Brian raconte qu’il est né là-bas, lors d’une tournée que faisait son père, Gilles More, chanteur de rock… Mais aujourd’hui, le père de Brian est en prison et Brian n’a plus pour horizon que le HLM où il vit avec sa mère Huguette et les terrains vagues où il traîne avec ses copains, Jerry Lee Lewis ou Mini Meuf. Pour se faire un peu d’argent, Brian et Nourredine chapardent dans les supermarchés et revendent les articles volés à Mick, un recéleur…

LIRE LA SUITE

LA VIE COMME CA (1978)