TOUS LES ARTICLES AVEC New-York

NYHC Retrospective

Extraits de la revue Carhartt WIP #3, 2019.
Bonus : interview de Howie Abrams et playlist 100% N.Y.H.C.
Ne pas oublier la DEMO93 non plus.

Disney über alles

« À l’origine du Roi Lion en comédie musicale, il y a le succès du film qui en trois ans de distribution, salles, home video et produits dérivés inclus, a rapporté près d’un milliard de dollars. « Eisner savait que les industries créatives doivent constamment se renouveler. Il ne voulait pas que Disney devienne un musée, il fallait donc se réinventer chaque jour. C’est pour cette raison, puisque j’avais fait le film pour Disney, qu’il m’a finalement donné le feu vert pour emmener Le Roi Lion à Broadway », explique Schumacher. Qui s’engage dans l’aventure avec les moyens financiers que l’on imagine. Pour expérimenter le projet, Disney débloque immédiatement 34 millions de dollars. Deuxième étape : le rachat d’un célèbre théâtre de la 42e rue, l’Amsterdam, un bijou d’architecture Art nouveau datant de 1903, avec ses peintures murales allégoriques, ses frises et ses mosaïques, peu à peu tombé à l’abandon à mesure que les sex-shops, la prostitution, la drogue et les gangs ont envahi la rue. LIRE LA SUITE

L’Art de Mosher

New York, avant la découverte de la mosh.

WALTER SCHREIFELS (Youth Of Today, Warzone, Gorilla Biscuits, Project X, Supertouch, Quicksand) : Il y avait une certaine dose de confiance en soi à New-York, qui pouvait être confondue avec du machisme, mais c’est tout simplement que le hardcore de New York avait les meilleures mosh parts possibles. Personne ne jouait des parties dansantes aussi bonnes qu’à New York.

ALEXA POLI-SCHEIGERT (Scenester) : On avait des breaks brutaux, et ça rendait la danse encore plus dure. C’était différent. Ce n’était pas juste du thrash rapide comme à Boston.

WALTER SCHREIFELS : Les gens moshaient plus qu’ailleurs. Le CBGB était comme le Madison Square Garden de la mosh. A New York, tu n’avais même pas besoin de chanter dans un groupe. Tu pouvais juste être bon dans le pit pour te faire aimer et respecter.

RAY CAPPO (Violent Children, Youth Of Today, Shelter) : D’ailleurs, ‘mosh’ était un mot uniquement utilisé à New York. Les gens de l’extérieur ne pouvaient même pas savoir de quoi on parlait.
LIRE LA SUITE

Enculés de Blancs !

STRINGER (1999)

null
null

Le face à face Burt Reynolds/Elie Semoun, vous en aviez rêvé ? Klaus Biedermann lui se l’est payé, en direct, à New York. 15 ans après Taxi Driver, 15 ans avant Night Call, le réal (entre autre) derrière certains épisodes d’Extrême Limite, Julie Lescaut et Femmes de Loi a voulu documenter la vie des stringers, « ces mercenaires de l’info qui traquent le scoop, la mort, la folie » comme le dit l’affiche. Et qui choisir de mieux, dans un rôle à contre-emploi total, que le Travis Bickle des Hauts-de-Seine. LIRE LA SUITE

Oncle Roger

Publicitaire le jour, prédateur le soir, Campbell Scott met tout son bagout professionnel à l’œuvre avec la gent féminine, dans les bars les plus lounge de Manhattan (on est en 2002) et prétend fièrement ramener une femme chez lui chaque soir. Ça, c’est la version officielle. LIRE LA SUITE

Complément d’enquête : The Cro-Mags

La gloire, le succès, la déchirure, les embrouilles entre skinheads, krishnas, drogués, labels et tourneurs, la reformation, les reformations, les alliances, les trahisons… Cro-Mags a tout connu. Le groupe formé en 1982 aura vu toute la scène New York Hardcore des années 80 et 90 défiler dans ses rangs et est devenu le parrain de ce son crossover hardcore/metal qui est aujourd’hui la norme. Tout ça grace aux riffs surpuissants de Parris Mayhew. Il n’a rien à vendre, ni rien à gagner, il ne concocte pas de smoothies, il ne poignarde pas non plus ses anciens collègues : l’ancien guitariste et cofondateur des Cro-Mags a juste répondu calmement à toutes les questions qu’on pouvait se poser sur le plus célèbre des groupe de hardcore.

L’INTERVIEW EN FRANÇAIS // U.S. ENGLISH VERSION // LE THREAD SUR LE FORUM BRIDGE 9 !

20 ans de Cro-Mags.

Lower East Class

Ash Tayer est une photographe et « artiste multimédia » basée à Los Angeles. Dans les années 90, elle traînait ses guêtres dans les rues du Lower East Side. Elle en a compilé un tas de photos regroupées sous le projet This Land, un témoignage vivant et vécu de la vie des squatteurs de Manhattan avant que la Grosse Pomme ne finisse par se transformer en musée. Installée avec eux, elle documente ce mode de vie alternatif au fil de leurs actions, en gardant en permanence la PMA. Vingt ans plus tard, elle a recomposé la bande-son de cette époque, où se bousculent aussi bien Nirvana, Minor Threat que Judas Priest. Ash Tayer cherche actuellement un éditeur pour publier ces photos (et aussi une galerie à Paris pour les exposer). Allez jeter un oeil directement sur son site : ashtayer.net

VERSION FRANCAISE ICI

ENGLISH VERSION BELOW
LIRE LA SUITE

2014 après la chute de New York

2014, la Troisième Guerre mondiale est terminée depuis vingt ans. La Terre est désormais soumise à la tyrannie de la Trap qui impose avec une poigne de fer sa loi à tous les survivants. New York n’est plus qu’un champ de ruines, peuplé de malheureux rappeurs irradiés. Les Rastaks et leurs chasseurs s’y introduisent parfois pour capturer certains de ces mutants afin de les utiliser comme cobayes dans des expériences dédiées à la production. L’humanité affronte un drame terrible : suite aux quantités délirantes de crack qui ont été répandues sur Terre, plus aucun rappeur n’est fertile… Le Migos Gang, une organisation rebelle, capture Young Scooter, un aventurier, et le force à se rendre à New York afin d’y trouver des rescapés, supposés être cachés quelque part dans cette dangereuse cité…


YOUNG SCOOTER – Roadrunner 2 (Street Lottery 2) LIRE LA SUITE

Lewis Dimmick: NYHC poet !

Il y a deux ans, le label Wardance Records rééditait officiellement pour la première fois la compilation New Breed, sortie sur cassette en 1989. Cette tape demeure la manifestation ultime du son hardcore new-yorkais, à l’image des deux autres disques-repères de cette scène : NYC Hardcore – The Way It Is et NYHC – Where the Wild Things Are?. Parmi tous ces groupes, dont certains sont morts dans l’œuf, il y avait Our Gang, des mecs qui voulaient jouer plus vite que les autres, «straight ahead» comme avant. LIRE LA SUITE