Disney über alles

« À l’origine du Roi Lion en comédie musi­cale, il y a le suc­cès du film qui en trois ans de dis­tri­b­u­tion, salles, home video et pro­duits dérivés inclus, a rap­porté près d’un mil­liard de dol­lars. « Eis­ner savait que les indus­tries créa­tives doivent con­stam­ment se renou­veler. Il ne voulait pas que Dis­ney devi­enne un musée, il fal­lait donc se réin­ven­ter chaque jour. C’est pour cette rai­son, puisque j’avais fait le film pour Dis­ney, qu’il m’a finale­ment donné le feu vert pour emmener Le Roi Lion à Broad­way », explique Schu­macher. Qui s’engage dans l’aventure avec les moyens financiers que l’on imag­ine. Pour expéri­menter le pro­jet, Dis­ney débloque immé­di­ate­ment 34 mil­lions de dol­lars. Deux­ième étape : le rachat d’un célèbre théâtre de la 42e rue, l’Amsterdam, un bijou d’architecture Art nou­veau datant de 1903, avec ses pein­tures murales allé­goriques, ses frises et ses mosaïques, peu à peu tombé à l’abandon à mesure que les sex-shops, la pros­ti­tu­tion, la drogue et les gangs ont envahi la rue.

Tout de suite, Schu­macher a vu le prob­lème : com­ment faire venir les familles entre le film porno Deep throat et les reven­deurs de crack ? Troisième étape : assainir le quartier. Dis­ney s’allie avec le maire répub­li­cain de New York, célèbre pour le con­cept de « tolérance zéro » afin de revi­taliser Broad­way avec un volet policier, un volet économique et un volet enter­tain­ment famil­ial. Tous les sex-shops sont fer­més par arrêté munic­i­pal, de grands mag­a­sins touris­tiques sont ouverts à coups de sub­ven­tions publiques (dont le plus grand Vir­gin Mega­s­tore au monde, un mag­a­sin Gap, et un immense hôtel Mar­riott) et les sièges soci­aux de grandes multi­na­tionales de l’entertainment et de chaînes de télévi­sion sont accueil­lis en échange de déduc­tions fis­cales. Du coup, Dis­ney devient la mas­cotte de l’opération, avec ce que son seul nom apporte à la cause famil­iale et à l’hygiène cal­culée du nou­veau Times Square. »

Main­stream, Frédéric Mar­tel, 2010/2012.

LACHER UN COM

Current month ye@r day *