TOUS LES ARTICLES AVEC France

Je suis la haie et l’eau noire

« Il n’y a rien de plus sot qu’un jour­nal, du moins aussi longtemps que son auteur vit. Je n’ai jamais été découragé par la niais­erie, tout ce qu’on écrit de sincère est niais, toute vraie souf­france a ce fond de niais­erie, sinon la douleur des hommes n’aurait de poids, elle s’envolerait dans les astres. Que dire encore ? Si vous voulez souf­frir tout seul, taisez-vous. Sinon n’allez pas chercher, sous pré­texte de sym­pa­thie votre pro­pre souf­france dans le cœur d’autrui avec une pince à sucre, en fronçant le nez, comme ce pau­vre M. de Mon­ther­lant, d’un air de dire qu’on n’a pas faim, qu’on fait sem­blant, par politesse, qu’on a pris l’habitude, dans son enfance, d’une nour­ri­t­ure plus dis­tin­guée. Je sais cela, n’importe. Je sais aussi que je ne suis plus sûr de ceux pour lesquels j’écris, plus sûr du tout de trou­ver le chemin de leur tristesse ou de leur joie. Alors, à quoi bon ? Je n’aurais pas honte de les prier de me con­soler, car bien que je ne sois pas affamé de con­so­la­tion d’un pape ou qu’un car­di­nal, je ne serais pas assez fou pour repousser leur aumône. Mais la vie m’enseigne que nul n’est con­solé en ce monde qui n’ait d’abord con­solé, que nous ne recevons rien que nous n’ayons d’abord donné. Entre nous, il n’est qu’échange, Dieu seul donne, lui seul. LIRE LA SUITE

Les jeunes avec Bernanos !

Une enquête à lire dans le #25 de Gonzaï.

France 2017 : entre mythe et réalité

Saint-Palais-sur-Mer (17, Charente-Maritime)
Con­dom (32, Gers)
Lour­des (65, Hautes-Pyrénées) LIRE LA SUITE

Février du cinéma français

- Greg a fondé une entre­prise nom­mée Alibi.com qui crée tout type d’alibi. Avec Augustin son asso­cié, et Medhi son nou­vel employé, il éla­bore des strat­a­gèmes et mises en scène impa­ra­bles pour cou­vrir leurs clients. Mais la ren­con­tre de Flo, une jolie blonde qui déteste les hommes qui mentent, va com­pli­quer la vie de Greg, qui com­mence par lui cacher la vraie nature de son activ­ité. Lors de la présen­ta­tion aux par­ents, Greg com­prend que Gérard, le père de Flo, est aussi un de leurs clients…

- Pour leur per­me­t­tre de mieux se con­naître, dix per­son­nes appelées à tra­vailler ensem­ble se prê­tent à un jeu de vérité par des questions-réponses. Petit à petit, cha­cun réalise que ce jeu leur échappe com­plète­ment…
LIRE LA SUITE

La France se hait !

« Est-ce aimer la France ? S’aimer soi-même ? Ou, plus sim­ple­ment, aimer un ordre théâ­tral à l’intérieur duquel tri­om­phe la plus évi­dente mais aussi la plus facile des grandeurs mise en scène ? Chez les mau­vais auteurs, le thème du jardin à la française se dou­blera d’un autre cliché d’amour cour­tois, “la France grande dame”. Qu’il devient froid, l’amour de la France ! LIRE LA SUITE

Playlist #43 : France70

01 — VISITORS — Terre-larbour
02 — PHILIPPE BESOMBES — Les cos­mo­nautes
03 — HELDON — Baader-Meinhof blues
04 — PATRICK VIAN — Tun­nel 4, Red noise
05 — LARD FREE — Pale vio­lence under a rever­bere
06 — MICHEL POLNAREFF — The rapist
07 — ZNR — Seynete
08 — HYDRAVION — Met­ro­pol­i­tain
09 — VERTO — Car­ton acidulé
10 — CERRONE — Make-up
11 — SPACE ART — Nous savons tout
12 — RICHARD PINHAS — Indi­catif radio
13 — JEAN SCHWARZ — With no J

[Sym­phonie pour le jour où brûleront les cités]

Pour en savoir plus sur l’underground musi­cal français, une inter­view d’Eric Deshayes ici.