TOUS LES ARTICLES AVEC Publicité

Le système Belmondo

« L’affiche de cinéma, par sa taille, joue le rôle d’une image choc. Véri­ta­ble carte vis­ite du film, elle en exprime le thème cen­tral avec une grande force répéti­tive. Elle offre un sup­port de choix pour l’exaltation des stars. Le “sys­tème Bel­mondo” l’utilise à fond : René Chateau investit 80 % du bud­get pro­fes­sion­nel du Mar­ginal dans 15 000 affiches tous cir­cuits con­fon­dus. Aux exploitants, il fait même dis­tribuer une mal­lette pub­lic­i­taire avec gamme de pro­duits (tire­lires, crayons, bri­quets…) à l’effigie de Belmondo.

Il est facile de repérer le développe­ment de la “mytholo­gie bel­mon­di­enne” ou d’autres stars à tra­vers ces affiches omniprésentes. Elles com­posent des vari­a­tions autour d’une icône famil­ière. L’effet de série est frap­pant : tou­jours en haut et en très gros car­ac­tères, le nom de l’acteur. Rien d’autre, car la mar­que se suf­fit à elle-même, tout le monde sait de quoi on parle. En dessous, une photo ou plus sou­vent un dessin, très réal­iste, cadre ce héros, en pied (ou plus rarement en gros plan). La men­tion “BELMONDO” asso­ciée à cette image con­stitue la mar­que de fab­rique, le logo de l’acteur. Le vrai titre, en bas de l’affiche, n’est qu’une décli­nai­son du con­cept, qu’il s’épuise à définir sans jamais y par­venir tout à fait : “Voyou”, “Incor­ri­gi­ble”, “Mag­nifique”, “Pro­fes­sion­nel”, “Mar­ginal”, etc. Sans rap­port avec l’intrigue, le titre est ce que les pub­lic­i­taires appel­lent la “promesse pro­duit” : on nous promet que Bel­mondo sera fidèle au car­ac­tère établi. LIRE LA SUITE

Faites donc la sémiologie de nos pets !

« Il faudrait bien qu’un marx­iste sérieux ou qu’un sémi­o­logue moins bouf­fon que les autres nous explique un jour l’étrange iden­tité, dans la pra­tique, du jeu de mots général­isé, entre ces messieurs-dames et les petites frappes qui con­coctent les slo­gans pub­lic­i­taires dont nous sommes quo­ti­di­en­nement pol­lués, plus encore que des puan­teurs auto­mo­biles. “Du beau, du bon, Dubon­net”, “différent/différant”, “Merry Christies”, “C’est Shell que j’aime”, “les non-dupes errent” : vrai­ment, c’est marre ! LIRE LA SUITE

Oncle Roger

Ceux qui avaient trouvé Con­fes­sions d’un dragueur lourd et myso pour­raient bien dévisser à l’écoute des frasques de Ton­ton Roger. Pub­lic­i­taire le jour, pré­da­teur le soir, Camp­bell Scott met tout son bagout pro­fes­sion­nel à l’œuvre avec la gent fémi­nine, dans les bars les plus lounge de Man­hat­tan (on est en 2002) et pré­tend fière­ment ramener une femme chez lui chaque soir. Ça, c’est la ver­sion offi­cielle. LIRE LA SUITE

Les années 80 ?

« Économie, Reli­gion, Sno­bisme, Anti-Sémitisme bon enfant, Faux Clas­si­cisme, Réac­tion­nar­iat sub­limod­ernisé, Rétro-Chic, Photo, Vidéo, Pro­preté, Arriv­isme, Sport, Froideur, Ennui, Fadeur, Égoïsme, Col­lec­tion, Sym­pa­thie, Sol­i­dar­ité, Gaspillage… Des broutilles, je vous dis ! On n’a encore rien vu ! Lente­ment, douce­ment, les esprits se lais­sent glisser vers une gris­erie du mod­ernisme, un Pro­grès «in Progress» extrême­ment sournois. Il est temps aujourd’hui, où se sont déclarés tous les nou­veaux pon­cifs, de chier défini­tive­ment cette généra­tion, cette cul­ture et ces quar­terons de chiens, débiles dis­tin­gués et déguisés qui occu­pent l’avenir. LIRE LA SUITE

Jean-Pierre Mocky: Machine à films

Il vient de sor­tir son XX film nommé “Le Men­tor”, il a encore qua­tre longs métrages dans ses tiroirs qu’il ne mon­tre pas parce que ça le fait mar­rer, il reste pro­lifique dans une époque où la quan­tité a ter­rassé la qual­ité, il boit du lait de jument et peut tenir encore 50 ans «si son pan­créas ne le lâche pas», et acces­soire­ment, Mocky porte à mer­veille le nom d’une machine increvable des­tinée à percer les tranchées comme la bien-pensance… LIRE LA SUITE