Rage Silencieuse

IRV OZ ne s’embarrasse pas de super­flu. Pour pro­duire une musique vivante qui doit tout à la Mort, il s’influence directe­ment des géants de la musi­cal­ité. Un con­densé d’ambiances à mi-chemin entre les com­pos­i­teurs de B.O. ital­iens: Ennio Mor­ri­cone, Gob­lin, Riz Ortolani et les jazzmen libres améri­cains: Miles Davis, John Coltrane. Vrai, le sacré n’est pas une mode. 7 morceaux sont écouta­bles pour l’instant sur Sound­cloud. Syn­thé­tique mais sans éti­quette. Tears on the bat­tle­field pour le coup fait un peu trop générique de fin — A dirty smoke dif­fuse un bon swing macabre — My civil­i­sa­tion apporte du drame pour notre généra­tion — Assalta envoie un jazz génialo-diabolique — Another drinkin night ressem­ble à la face éteinte de Ben Gaz­zara à 5h du matin — Stress est la piste la plus mod­erne, sam­ple gui­taresque sans plus — Or be dead est la dernière en date: course-poursuite, attaque à main-armée, prise d’otage, grenade sur plateau-télé, tout peut arriver. Allo Schifrin, il est temps de faire croquer.

LACHER UN COM

Current month ye@r day *