TOUS LES ARTICLES AVEC Décennie

Salut les années 2010

LES 101 TITRES DE LA DÉCENNIE :

  1. Gatekeeper – Chains
  2. Jimmy Edgar – My Beats
  3. Class Actress – Careful What You Say
  4. Led Er Est – Port Isabel
  5. Martial Canterel – You Today
  6. Automelodi – Schéma corporel
  7. Dernière Volonté – Peut-être
  8. Blessure Grave – The Cycle
  9. Odd Future – Splatter
  10. Tense – Sin Realite
  11. Trust – F.T.F
  12. Wild Gemini – Golden Haze
  13. Cult Of Youth – The Dead Sea
  14. Kurt Vile – In My Time
  15. Spectrals – Get a Grip
  16. Turnstile – Death Grip
  17. Iceage – White Rune
  18. Die Selektion – Du Rennst
  19. John Maus – Cop Killer
  20. Wugazi – S.R.E.A.M.
  21. Chief Keef – I Don’t Like
  22. Lust For Youth – Ecstacy
  23. Chairlift – Amanaemonesia
  24. Grimes – Oblivion
  25. Kindness – Cyan
  26. Rick Ross & Drake – Stay Schemin’
  27. Cobra – Nihilistes
  28. Twitching Tongues – Preacher Man
  29. Title Fight – Head in the Ceiling
  30. Real Lies – World Peace
  31. Danny L Harle – Broken Flowers
  32. La Femme – Nous étions deux
  33. Molly Nilsson – Out There
  34. Sophie – Bipp
  35. Turnstile – Keep It Moving
  36. Body Count – Talk Shit Get Shot
  37. Power Trip – Manifest Decimation
  38. Kaaris – Chargé
  39. Alkpote – Désanussage
  40. Antwon & Lil Ugly Mane – Rain Song
  41. Communions – Forget It’s a Dream
  42. First Hate – Girls in the Club
  43. Migos – Antidote
  44. Mizery – Injustice 4 All
  45. Angel Du$t – Xtra Raw
  46. Nai Harvest – Rush
  47. The Garden – Crystal Clear
  48. QT – Hey QT
  49. Vald – Bonjour
  50. Katerine – ADN
  51. The Populists – Soft Power
  52. Lust For Youth – Illume
  53. PNL – J’suis PNL
  54. Kali Uchis – Ridin’ Round
  55. Dâm-Funk – We Continue
  56. Rae Sremmurd – Up Like Trump
  57. Prayers – Young Gods
  58. Oneohtrix Point Never – Animals
  59. Digital Octopus – Voice of a Generation
  60. Agar Agar – Prettiest Virgin
  61. Abra – Crybaby
  62. A$AP Ferg & Future – New Level
  63. Gucci Mane & Kanye West – Pussy Print
  64. Dark Polo Gang – Dark Boy
  65. Shay – Ma retraite
  66. Kekra – Porque Hombre
  67. Kero Kero Bonito – Picture This
  68. Jessy Lanza – Never Enough
  69. G Perico – Can’t Play
  70. YG & Kamayiah – Why You A Hatin’
  71. Skepta – Shutdown
  72. DMA’s – In the Moment
  73. Culture Abuse – Dream On
  74. Higher Power – Can’t Relate
  75. No Warning – Sanctuary
  76. CCFX – The One to Wait
  77. Kirin J. Callinan – Bravado
  78. Samantha Urbani – 1 2 3 4
  79. Lil Yachty – Priorities
  80. Migos – T-shirt
  81. Pond – Colder Than Ice
  82. Sheck Wes – Mo Bamba
  83. DJ Boneyard – That’s Right
  84. Kekra – 9 mili
  85. Niska – B.O.C.
  86. The Garden – All Access
  87. Mindforce – Excalibur
  88. Amyl & The Sniffers – Some Mutts
  89. Glitterer – Did Not
  90. Porches – Find Me
  91. Bea1991 – Wdsg?
  92. 21 Savage & J.Cole – A Lot
  93. Di-Meh,Makala,Slimka – Depeche Mode
  94. Poppy – Chick Chick
  95. Kedr Livyanksi – Your Need
  96. Omar S – Games That We Play
  97. XXXTentacion – Moonlight
  98. Koffee – Rapture
  99. Yo Gotti & Lil Baby – Put a Date On It
  100. Issues – Drink About It
  101. 3Teeth – Exxxit

50 films OK de la décennie

’71 (2014, Yann Demange)
A Most Violent Year (2015, J.C. Chandor)
A.C.A.B. (2012, Stefano Sollima)
Bacurau (2019, Kleber Mendonça Filho)
Bullhead (2011, Michaël R. Roskam)
Dallas Buyers Club (2014, J.M. Vallée)
Der Hauptmann (2018, Robert Schwenke)
Dragged Across Concrete (S. Craig Zahler)
Everybody Wants Some (Richard Linklater)
First Reformed (2018, Paul Shrader)

LIRE LA SUITE

Le grand cauchemar des années 1980

1981

 
« L’atmosphère, « cette année-là », n’est pas un élément de contexte mais une dimension décisive. L’an 80 est l’ère de l’aura, de l’auréole des promesses. On circule parmi l’émanation des possibles, dans l’éther des devenirs. Il n’est pas complètement anecdotique que le premier été de la rose soit aussi le grand été du slow, de la bande originale du film La Boum à Kim Carnes et « Imagine » de John Lennon : aucune musique n’est plus atmosphérique, environnementale, poudreuse. Il y a dissémination des enthousiasmes collectifs, contagion des espoirs les plus fous par le seul effet de l’ambiance. Ne rêve t-on pas alors « à la semaine de 20 heures en l’an 2000 », à une revanche contre tous les privilèges, à un régime digne du Chili de Salvador Allende, mais qu’aucun ennemi ne viendrait faucher dans son élan ? Précaires et prolétaires bénéficient à leur échelle de cette nouvelle atmosphère, les employés de grandes surfaces notant par exemple que les chefs de rayon ne leur parlent plus sur le même ton et que les clients les regardent autrement. LIRE LA SUITE

Les Signeurs de la Guerre

« La politique médiatique de l’émotion et l’éternel présent de l’urgence dépossède […] les victimes en question de leur destin historique, au profit du bon samaritain occidental renforcé dans son rôle d’éclaireur planétaire. D’où le double paradoxe de ce paradigme humanitaire, tel qu’il est reformulé à l’orée des années 1980. Sous prétexte d’ouvrir son cœur au malheur du monde, tout en le fermant d’ailleurs souvent à ce qui se déroule sous ses fenêtres (la faim dans le monde suscite des élans lyriques, mais le SDF remis à la rue laisse de plus en plus indifférent), on retire à ce monde déjà muselé toute initiative sociopolitique. Et, en n’en faisant que l’objet rituel d’une commisération obligatoire, qui rend inutile de comprendre ce qui se passe sur place, on ouvre aussi en France un cycle de fermeture sur soi du débat public et d’absence de curiosité pour les réalités politiques extérieures – que viendront clore seulement les guerres soudaines du début des années 1990. LIRE LA SUITE

Triste plutôt que malheureux!

« Même en lui trouvant toutes les raisons du monde, ce changement de cap presque simultané d’une grande partie de la génération 68 est ce que peine toujours à comprendre la génération qui est la mienne. Un changement de cap qu’on pourrait résumer d’un mot sous la figure d’un abandon de la résistance. En effet, ceux-là mêmes qu’obsédait depuis toujours l’imaginaire antifasciste de la Résistance, avec ses journaux clandestins, ses porteurs de valises, ceux qui s’en abreuvèrent peut-être d’autant plus que leurs parents avaient souvent préféré passer sous silence ces heures sombres, ceux mêmes qui le placèrent au cœur de leur combat de jeunesse « sans fin » contre le capitalisme, ceux-là interdirent ensuite toute résistance à l’ordre nouveau qu’ils établissaient. Ils se sont acharnés à rendre cette résistance inconcevable, irreprésentable, une fois parvenus au faîte du pouvoir.
LIRE LA SUITE