TOUS LES ARTICLES AVEC Chicago

2014 après la chute de New York

2014, la Troisième Guerre mon­di­ale est ter­minée depuis vingt ans. La Terre est désor­mais soumise à la tyran­nie de la Trap qui impose avec une poigne de fer sa loi à tous les sur­vivants. New York n’est plus qu’un champ de ruines, peu­plé de mal­heureux rappeurs irradiés. Les Ras­taks et leurs chas­seurs s’y intro­duisent par­fois pour cap­turer cer­tains de ces mutants afin de les utiliser comme cobayes dans des expéri­ences dédiées à la pro­duc­tion. L’humanité affronte un drame ter­ri­ble : suite aux quan­tités déli­rantes de crack qui ont été répan­dues sur Terre, plus aucun rappeur n’est fer­tile… Le Migos Gang, une organ­i­sa­tion rebelle, cap­ture Young Scooter, un aven­turier, et le force à se ren­dre à New York afin d’y trou­ver des rescapés, sup­posés être cachés quelque part dans cette dan­gereuse cité…


YOUNG SCOOTER — Road­run­ner 2 (Street Lot­tery 2) LIRE LA SUITE

Kill yourself dancing !

1985

1986


LIRE LA SUITE

BRAT (1997)

Danila, ancien sol­dat en Tchétchénie, assiste à la décrépi­tude de la Russie post-URSS, 5 ans après la chute de l’empire. Rien à dire, rien à foutre. Il hait tout ce qui vient des USA, et surtout la musique, sa meuf du moment est d’ailleurs “chanteuse” de dance, alors que lui est branché sur Nau­tilus Pom­pil­ius, un groupe de rock russe qui con­stitue toute la bande-son sur­réal­iste du film. Pas gagné. Mal­gré tout ça, Danila est extrême­ment relaxe, voire même stoïque. Sa vieille mère le tanne, et il rend donc vis­ite à son frère Vik­tor à Saint-Pétersbourg pour faire de l’oseil. Connu sous le blase “Le Tartare”, Vik­tor est net­toyeur et ne fait jamais de bavure. Le cadet zone, zone dans la ville, et tombe fatale­ment dans la crim­i­nal­ité. LIRE LA SUITE

Iceberg Slim: Talking Jazz

De son vrai nom Robert Lee Maupin, Ice­berg Slim fut, est, et restera l’archétype du mac mod­èle, qui engen­dr­era, bien mal­gré lui, généra­tions de voy­ous. Il aura suf­fit d’un livre, un seul: PIMP, the story of my life sorti en 1967 pour installer la légende. Une auto­bi­ogra­phie vio­lente, glauque, sans espoir, et sûre­ment aussi un peu mytho. Des con­tes du racisme et du sex­isme ordi­naire. 20 ans à arpen­ter le turf, de 1940 à 1960, 20 ans à reni­fler des noires et de la blanche, de Mil­wau­kee à Chicago en pas­sant par Rock­ford, Illi­nois. Il rac­crochera le man­teau de vison pour écrire sa vie… sans se douter qu’il ne sera pas au bout de ses soucis…

LIRE LA SUITE

Capes et Guitares

CRYAN’ SHAMES — Sugar & spice (1967, Colum­bia)
CRYAN’ SHAMES — A scratch in the sky (1967, Colum­bia)
CRYAN’ SHAMES — Syn­the­sis (1968, Columbia)

LIRE LA SUITE