Playboy France

1974–1987 : 15 ans de som­maires en dia­ble
TOUT SUR Jerry Lewis, Dali, Mus­solini, les hip­pies, les patrons, les sor­ciers, les douaniers, les cocos, la gestapo, le show-biz, les clubs chics, l’Amérique, la C.I.A., les veaux, Miss France, Alain Delon, les punks, les vacances, la drague, la pros­ti­tu­tion, les trans­sex­uels, le disco, le tango, les branchés, Bal­avoine, le divorce, le bureau, l’ordinateur, l’orgasme, Michel Pla­tini, les espi­ons, Eddy Mitchell, Rea­gan, la hi-fi, les motos, les frigides, la presse, Rita Mit­souko, Stal­lone, le Liban, Indo­chine, les aphro­disi­aques, Joel Bats, la femme araignée, Bernard Hin­ault, Sar­dou, Vergès, les caresses, Don John­son, les flics, le SIDA… et bien d’autres choses encore.

Le son des Flics et des Voyous

FRANCE80

 

La pédale du futur

« On était dans les six­ties, la bonne péri­ode des west­ern. Je por­tais tout le temps un cha­peau de cow-boy, des flingues, et mon père mon­tait à cheval. Il fai­sait aussi du rodéo. Mais je tiens à pré­ciser que même si j’étais tou­jours déguisé en cow-boy, dans mes jeux, à la fin, les Indi­ens gag­naient tou­jours. J’étais avec eux. Quand je regar­dais un west­ern, je n’arrêtais pas de dire “Fuck them, fuck them”, en sup­por­t­ant les Indi­ens pour qu’ils se fassent du cow-boy. LIRE LA SUITE

PASSAGE SECRET (1985)

LIRE LA SUITE

Attention Futur


LIRE LA SUITE

ESCAPE TO VICTORY (1981)

Stade de Colombes, 1943. Ter­rain neu­tre. Et dons grosse Mar­seil­laise. L’équipe d’Allemagne affronte le monde libre, les Alliés. Chez les blancs, un effec­tif de choix : Sylvester Stal­lone dans les buts (qui n’a tou­jours pas vrai­ment com­pris les règles du ‘soc­cer’ après 2h de film), Michael Caine en entraîneur, meneur, râleur, Pelé à l’attaque (oui oui) et aussi des gloires du foot­ball d’antan sen­sés représen­ter leur pays sur la pelouse comme Bobby Moore, Osvaldo Ardiles ou Kaz­imierz Deyna. A la sélec­tion c’est John Hus­ton, donc voilà. Au cours d’un scé­nario tran­quille, le kapo du camp (Max Von Sydow) où sont enfer­més tous ces gars a pro­posé à (John Colby) Michael Caine, ancien joueur pro dont la car­rière a été inter­rompu par la Guerre, d’organiser un match con­tre la Werhmacht, pour le fun et l’esprit de de com­péti­tion. Bah tiens. LIRE LA SUITE

Tour en France !

« Qu’on aille un peu à l’étranger pour faire ren­trer un peu d’argent dans les caisses, je com­prends. Mais le Tour, c’est la France. Moi depuis que c’est en Amérique du Sud, je ne regarde plus le Dakar! En France, on donne tout à l’extérieur, et une fois qu’on a plus rien on pleure. On délo­calise nos usines et main­tenant on pleure parce qu’on a plus de boulot. Gar­dons nos usines en France. Nos courses de vélo, c’est nos usines. C’est du tra­vail. Pour des coureurs, des mécanos, des kinés. Pour des hôte­liers qui font fonc­tion­ner leur étab­lisse­ment. […] Si on garde pas ça, on va crever. Et puis il y a un autre truc. Au CIO et à l’UCI, la langue, avant, c’était le français. Main­tenant, on com­mence à par­ler anglais. […] J’estime que quand on est en France, bor­del de merde, si dans une mairie on fait la réu­nion des directeurs sportifs en anglais, c’est qu’il y a quelque chose qui ne va plus. Je vous ras­sure tout de suite, je vote pas Front National, hein. On est une terre d’accueil. Je préfère que les étrangers vien­nent faire une belle course en France plutôt que d’aller en faire une en Chine ! »


LIRE LA SUITE

Mi-Temps.

URGENCE (1985)

Un “arti­cle” paru dans le #11 de l’indispensable revue Schnock qui vient de fêter ses 3 ans avec Brigitte Bar­dot, les écrivains de Play­boy, la fièvre du catch et tout un tas d’autres choses:

LIRE LA SUITE

Allez la France !

LIRE LA SUITE