Cocky Riot

THE RIVAL MOB – Mob justice (Revelation)

Ouah, Revelation Records profite de ses 25 ans pour se réveiller et décide de revenir dans le hardcore pur qui a fait sa marque de fabrique, jadis en 87. Le son de New York s’est depuis déplacé à Boston, et pour de bon. Depuis 2007, The Rival Mob galère de petits formats en supports cassettes. Ça avait commencé avec Bitter Rivals, suivi sur Raw Life et son affreux mixage, et atteint l’apothéose sur Hardcore for Hardcore. Ici on a enfin droit aux 12 bons titres propres et carrés. Entre mid-tempos oi!-esques et accélérations agressives, ce disque est un coup de botte en direction de l’apathie généralisée. Cheapo grosso, l’album est peut-être moins sauvage que leurs précédentes attaques mais Rival Mob reste l’une des meilleures choses qui soit arrivé au hardcore.

[audio: 09-the-brutes-of-force]

THE MONGOLOIDS – Mongo-life (Six Feet Under)

Les Mongos sont toujours égaux à eux-mêmes depuis 2007, comme Rival Mob oui. On est d’ailleurs en droit de se dire que cette année fut un bon cru pour la core fantaisie. Cela dit, je me suis bien plus ennuyé sur cet album que sur Time Trials à l’époque. Est-ce que cela voudrait dire qu’il est mauvais ? Mmm. Toutes les pistes sont calées sur ce mauvais tempo power metal et le chant est devenu sans surprise. Seul répit, une invitation en ami de George de Blacklisted sur Parallels. Et une piste folk finale. Ça la fout mal.

AMERICA’S HARDCORE VOL.2 (Triple B)

Merde, j’avais pas fait attention à la sortie du volume deux de LA compilation hardcore de notre époque. Deux ans après le premier chapitre la clique de Boston propose 16 nouveaux morceaux qui illustrent l’état actuel de ce média pour blancs-gâchés, monde de musique dure et sincère. Un monde qui va de SUPERTOUCH à RINGWORM en passant par BANE, les trois groupes devenus classiques ont confié leurs nouveaux morceaux à Triple B. Sympas. La relève est un peu moins excitante. INTENT nous propose une formule goofy NYHC façon Rest In Pieces sans partie rapide et sans t-shirt Skrewdriver, BEWARE eux se prennent pour Chain Of Strength en 2013 et SWEET JESUS pour Rites Of Spring, pourquoi pas après tout, on ne reconnaîtra bientôt plus les copies des réunionés, quant à BOSTON MAYHEM, ils ressemblent à une blague privée de 1982. Le reste n’est pas remarquable donc je n’en parle pas !

AVALANCHE est toujours localisé à Vienne et réussit miraculeusement à nous faire croire qu’ils répètent dans une caravane du sud des Etats-Unis. « Moonhouse sessions« : 4 titres, 2 reprises, PENTAGRAM et TRUE BLUE ! Tu vois le délire.

DISAPPROVAL eux, ne font rien croire du tout malgré ce titre flambeur: « El Monte youth authority« . Leur pochette parle contre eux. Leur son est toutefois bien abrasif comme il faut, brutal sans être beauf, hardcore sans être punk. OK Cali.

DYNASTY ne vient pas de Denver mais aussi de Los Angeles. J’avoue que leur disque « Beyond Measure » est aussi relou que TERROR. Leur passion pour le skate ne trompe personne. En revanche, avoir réussi à inviter Inspectah Deck sur un titre est assez rigolo !

Quand on traduit la chanson Allumer le feu, on obtient un bel exemple de ce que peut comporter le livret d’un groupe de metal hardcore. Je ne suis pas sûr que INCENDIARY connaisse l’existence de Johnny Hallyday et pourtant, « Cost of living » fait danser les diables et les dieux, surtout les diables. Monter le son des guitares, et le bruit des motos qui démarrent.

Attention. NAILS n’a plus rien à voir avec une ramification quelconque du punk. « Abandon all life » est un déchargement. Une oppression sonore compacte et infernale. Tiendrez-vous 17mn ?

Un groupe de hardcore goth français, est-ce bien sérieux ? Bah ouais. SECULAR PLAGUE a sorti son deuxième album cette année, « Death for sale« , avec comme influence T.S.O.L., et ça fait du bien à l’hexagone. Ils ont même un titre qui s’appelle Mob justice ! Courez écouter.

TURNSTILE ne se foule pas vraiment mais on ne peut pas leur en vouloir, ils ont le rythme dans la peau. Blacks do white music, whites do black music. 2 nouveaux titres sur « Step 2 rhythm » et un refrain chanté parfait. Keep it moving, moving.. moving.. moving…

LACHER UN COM