La pédale du futur

« On était dans les six­ties, la bonne péri­ode des west­ern. Je por­tais tout le temps un cha­peau de cow-boy, des flingues, et mon père mon­tait à cheval. Il fai­sait aussi du rodéo. Mais je tiens à pré­ciser que même si j’étais tou­jours déguisé en cow-boy, dans mes jeux, à la fin, les Indi­ens gag­naient tou­jours. J’étais avec eux. Quand je regar­dais un west­ern, je n’arrêtais pas de dire “Fuck them, fuck them”, en sup­por­t­ant les Indi­ens pour qu’ils se fassent du cow-boy. D’ailleurs on me dit sou­vent que je suis le pre­mier Améri­cain à avoir gagné le Tour, mais je peux vous dire que je suis surtout le pre­mier et le seul “Native Amer­i­can” à avoir gagné le Tour. J’ai 18 % de sang indien. J’ai fait un test géné­tique pour le savoir. Mon arrière-grand-père était marié à une Indienne-Américaine. A mon époque, être indien, c’était pas trop à la mode. Tout le monde les pre­nait pour des sauvages. Donc on ne par­lait pas trop de ces racines indi­ennes. Et puis dans les eight­ies, c’est devenu OK. »

« J’avais entendu par­ler de Bernard Tapie quand Hin­ault avait quité Renault pour La Vie Claire. Pour moi, c’était un busi­ness­man. A la fin d’une étape où Hin­ault avait ter­miné deux­ième et moi six­ième, une femme entre dans le restau­rant de l’hôtel, se dirige vers moi. Je ne savais pas qui c’était. Elle était grande, brune, habil­lée tout en cuir, avec un casque de moto noir sur la tête. Elle me fait: “Mon­sieur LEUMON?” “Oui?” “Mon­sieur Tapie voudrait vous voir.” Alors je monte der­rière cette femme en cuir sur la moto, bien serré con­tre elle, en direc­tion de l’hôtel de Tapie. C’était comme dans un James Bond. Arrivés sur place, elle m’emmène dans une cham­bre. Dans la cham­bre, il y avait Bernard Tapie, Bernard Hin­ault et une autre per­sonne. Je dis bon­jour et Tapie me sort directe­ment: “Voudrais-tu te faire du fric comme jamais tu n’as cru pos­si­ble de t’en faire?” Je ne voy­ais même pas de quoi il voulait par­ler. Et là, il me mon­tre une pédale, une pédale Look. “Ça, c’est la pédale du futur. On veut que tu fasses par­tie de l’équipe pour le marché améri­cain et pour aider Hin­ault à gag­ner un cinquième Tour de France. Et après, tu pren­dras le lead­er­ship de l’équipe. Et pour ça, je te pro­pose un salaire encore jamais donné à un cycliste. Un mil­lion de dol­lars sur trois ans.” »

Greg Lemond, Pédale! #4, 2014.

LACHER UN COM

Current month ye@r day *