LES FAUVES (1983)

Attention, produit dangereux. LES FAUVES de Jean-Louis Daniel (auteur des introuvables LA BOURGEOISE ET LE LOUBARD (1977) et MÊME LES MÔMES ONT DU VAGUE À L’ÂME (1980) et bien plus tard des séries Commissaire Moulin et même du fameux Extrême Limite) est un film à ne pas mettre entre toutes les mains. Amateurs de sensations fortes uniquement. « La Veillance » (haha) est une société privée de gardiennage nocturne qui patrouille dans tout Paris (police-milice!). Daniel Auteuil aka Berg, ancien cascadeur retiré pour cause de drame en fait partie. Ce mec est complètement dingue. Philippe Léotard, pété comme jamais avec sa flûte, rejoint aussi les rangs de ces losers de nuit. Il est complètement dingue aussi, et veut venger sa sœur/meuf (oui il y a de la sulfure et de l’inceste) tuée accidentellement par Berg lors d’une cascade enflammée. Mais ça Berg ne le sait pas.

Paris 1983. T’es prévenu. En parlant de sulfure, Florent Pagny âgé de 22 ans joue le rôle de Nino, petit homo de la bande qui se fait tailler par ses collègues beaufs anti-mariage pour tous (mais ils ne le savaient pas encore), et qui se promène accessoirement la bite à l’air. Jean-François Balmer est l’épave perverse, normal, il se fera descendre par Berg (mais c’est pas lui le coupable)) pour cause de tentative de viol, Berg qui sera lui-même traqué par tout le reste de l’organisation menée par Farid Chopel, le tireur fou arabe. Il y a aussi Macha Méril en créatrice de mode, alias Lise Charmel, le cheesy 80 est exploité à son maximum. Nos flics-voyous se retrouvent d’ailleurs en plein défilé-savane lors d’une folle scène au ralenti (presque digne de Sam Peckinpah) au milieu d’un public en folie. Le groove-funk « Night Rider » de Karoo en prime !

Dialogues de feu à base de :
– C’est quoi ton vrai nom ?
– Michelle. Mais tout le monde m’appelle Mimi.
– Ouais, ça je sais.
de :
– C’est quoi ça ?
– C’est de la musique, t’aimes pas la musique ?
– Non.
ou encore un coup de gueule de fin qui dépote, en québécois svp :
– Çâ vous fait pâs chier d’vivre dans la noârceur, heiiin ?

Le final après une course-poursuite haletante qui rappelle UN TÉMOIN DANS LA VILLE en deux plans a lieu au Palais Omnisports de Bercy dont la construction n’était pas encore terminée. (P. Léotard est d’ailleurs le premier à avoir passé les 5 blocs en 3-6 flip, et en feu) Le duel Auteil VS. Léotard est certes moins charismatique qu’un Belmondo VS. Sharif mais c’est les années 80 oh. Place aux jeunes (et Farid Chopel de balancer un laconique « c’est triste d’être vieux » après avoir mis un coup de boule au patron) ! Si t’aimes le Daniel Auteuil badass, le polar français avec des poils, L’ARBALÈTE et RUE BARBARE, jette-toi sur ce joyau.

LA CINÉMATHÈQUE FRANÇAISE ORGANISE UNE SOIRÉE LES FAUVES/RUE BARBARE vendredi 20 décembre, à deux pas de Bercy nom de Dieu, santiags et cran d’arrêt de rigueur. Mais pas de moustache, seul Bernard-Pierre Donnadieu sait la porter.

CHOPEZ « LES FAUVES » ICI.

[Jean-Louis Daniel est de retour ! Derrière cet étrange projet street-porn : The Skin Territory]

LACHER UN COM