Les perversions de M. Gourdon

Michel Gour­don a récem­ment fait par­ler de lui. Com­ment ? Les dessins orig­in­aux retrou­vés dans son ate­lier ont été mis aux enchères à Drouot. Et pour­tant, Michel a rendu la gouache dans l’indifférence générale, un jour de mars 2011 à l’hôpital de Coudray près de Chartres, ce qui valu d’ailleurs une bas­ton sur Wikipé­dia. Une courte retraite de 15 ans passée à s’adonner à la pein­ture à l’huile (entre deux par­ties de boules… de pétanque ou de bil­lard) lui vaut la recon­nais­sance de son patelin de fin, la médiathèque de Thiron-Gardais est rebap­tisée “Michel et Alain Gour­don”. Alain c’est le frère. Alain Aslan. Et qu’est ce qu’il dessi­nait le frère, entre deux sculp­tures ? Je vous le donne en mille: des nichons ! des minous ! Et même une pulpeuse Mar­i­anne d’inspiration plutôt ger­manique que BB. Michel avait telle­ment de taf dans les années 60 (plus de 3500 cou­vrantes rien que pour Fleuve Noir, imag­inez un peu) qu’il refi­lait des plans à son frère. Comme Lui, par exem­ple. Les années 80 crèvent tous les anciens illus­tra­teurs (photo oblige) et il n’échappe pas à la règle. Réduit à jouer le com­mu­ni­quant, il se tourne vers l’érotisme pur (voire le gore) et les por­traits de type Télé 7 jours (il faut dire qu’il était déjà branché sur les tronches con­nus).

Alors, faquins les frères Gour­don ? “Frot­teurs” tout au plus ? Esprits per­vers pour sûr ! Je ne sais pas si les pin-up couraient les rues d’Eure-et-Loire mais en tous cas, elles posent plus bas au long de 35 tableaux sélec­tion­nés pour leur pen­chant Sado-Machiste. Michel excelle. Le tout est charnu, enchainé, hors sujet, inno­cent et machi­avélique à la fois. Des per­spec­tives étranges, par­fois plus vraies que nature. Des œuvres évolu­ant avec les mœurs, dégagées de leurs titres clin­quants inhérents aux romans de genre de l’époque (OSS117, San Anto­nio mais aussi tout le reste: polars, espi­onnage, sen­ti­men­tal, angoisse et j’en passe). Une belle cou­ver­ture pour cam­ou­fler le véri­ta­ble des­sein de cette lit­téra­ture: calmer les ardeurs mâles ! (Pour­suivez ici) Romans qu’on aurait juste envie de pos­séder pour leur valeur visuelle, de là à les ouvrir… Oubliez Entre­vue et FHM et visez plutôt la leçon de sexe style qui suit.



1 Commentaire

  1. Bon­jour, Je souhaite vous féliciter pour votre blog. Je suis un vrai fan de l’artiste et voudrais partager avec vous ma page sur Face­book, que j’ai créé en hom­mage au tra­vail for­mi­da­ble de Michel GOURDON.
    Le blog de l’Association des amis de Michel GOURDON : http://michel-gourdon.blogspot.fr
    La page de fan : https://www.facebook.com/FanDeMichelGourdon?ref=ts&fref=ts
    Je vous remer­cie de relayer sur votre blog pour faire con­naitre son oeu­vre.
    Cor­diale­ment,
    Olivier

LACHER UN COM

Current month ye@r day *