Mad Man

Mad Movies, Movies 2000, Impact, Ze Craig­nos Mon­sters, Met­aluna Pro­duc­tion, L’Affiche ver­sion Ghana… Toutes ces choses qui ont mar­qué ciné­matographique­ment le pays provi­en­nent de l’esprit de l’homme qu’on nomme Jean-Pierre Put­ters. 57 ans, toutes ses dents, Mon­sieur Mad revient à tra­vers le gros livre “Mad… ma vie” (on recon­naît tou­jours cette fine fron­tière entre le génie du jeu de mot et la gau­dri­ole gênante) sur sa vie placée sous le signe du fan­tas­tique. La haine de l’école, le zon­age dans le quartier, l’amour des salles som­bres (et surtout de leurs façades!) du Mont­par­nasse des années 60, la décou­verte des fanzines, des films de genre, l’arrivée en fan­fare de la contre-culture, puis les aven­tures de Jean-Pierre le chroniqueur adules­cent, Jean-Pierre le maître-chien à l’armée, Jean-Pierre le pâtissier 4 étoiles, Jean-Pierre le bou­tiquier pas­sionné… Et dire que la gui­tare, le ten­nis et le ping-pong ne sont même pas abor­dées ! Mille facettes qu’on prend plaisir à décor­ti­quer.

Une date cru­ciale ? Juin 1972. MAD MOVIES est en n°1 dans les bacs. Le fanzine de résis­tance face à la cri­tique de cinéma rig­oriste de l’époque s’imprime en plusieurs cen­taines d’exemplaires (600 pour le 6!) directe­ment à la Ronéo, pen­dant les 10 pre­miers numéros, un tra­vail de titan. Jean-Pierre Put­ters va rester 40 ans aux manettes des Films Fous. Une car­rière fanzi­nesque extra-ordinaire. En Mars 2001, il lâche Mad Movies après le #130… quand même! Le métier a bien changé, et JPP n’a pas changé de métier depuis 30 ans, il fal­lait faire pause. Pour mieux revenir plus tard.

JPP a aussi été officier dans la Wehrmacht…

…au sein de laque­lle il a obtenu son brevet de vampire…

…Après la libéra­tion, il est engagé dans l’équipe de la revue Actuel…

…dirige la dis­cothèque Le Palace pen­dant un temps…

…puis devient maire de Paris bis…

…avant de passer pro au ten­nis… Comme quoi l’horreur n’est jamais là où l’on croit !

Après le pre­mier chapitre sou­venir (60 pages), chaque som­maire des 130 numéros du mag­a­zine est com­menté par JPP qui nous four­nit presque autant d’anecdotes. Chaque péri­ode est entre­coupée de dif­férents inter­mèdes: les librairies par­al­lèles, le busi­ness de la presse (coucou L’Écran Fan­tas­tique), le fes­ti­val de cinéma de La Cio­tat (et tous les autres avec les copains), Evil Dead de Sam Raimi, le mag­a­zine soft porno Star-Ciné-Vidéo, la quête du saint-esprit MAD, la pas­sion du Super 8, l’arrivée de l’Internet, les films de Richard J. Thom­son (Time Demon!), la tech­nique de con­fec­tion d’un mag­a­zine, le cour­rier des lecteurs (“Mais pourquoi Jean-Marie Le Pen dans Mad Movies ouin ouin”), et enfin le présent et le futur, Met­aluna et son design hors-du-temps, le multi-film The­atre Bizarre et com­pag­nie. En plus de tout ça, chaque témoin des années MAD vient répan­dre un peu d’amour; col­lab­o­ra­teurs directs, indi­rects, col­lègues, amis, lecteurs… qui doivent s’acquitter de leur film préféré.

AVANT: Lieu de réflex­ions, rue La Rochefou­cauld, Paris 9.
APRÈS: Pur­ga­toire, rue Dante, Paris 5.

Sans oublier la présence d’une bonne pel­letée de pho­tos, affiches, cou­vrantes, et por­traits de femmes fatales sans qui Mad Movies ne serait pas ce qu’il est. Dans fan­tas­tique, il y a fan­taz. J’appelle à la barre (facile): Mar­tine Beswick, Mar­i­lyn Cham­bers, Car­o­line Munro, Jen­nifer Jason Leigh, Mathilda May, Monique Gabrielle, Tammy Parks, Daryl Han­nah, Anna Falchi, Natasha Hen­stridge, Wes­ley Snipes… ah non pas lui! Tout ça parsemé de mon­stres, freaks à n’en plus finir, souligné par des légen­des qui ne meurent jamais. Un hom­mage vibrant à la con­tre et sous-culture, quand celle-ci exis­tait encore. Ce gros livre carré de mec pas rond fait plus de 200 pages et est disponible aux Édi­tions Rouge Pro­fond depuis Novem­bre 2012.

“Jean Rollin bon­soir!“

2 Commentaires

  1. ROSSET

    Heu..c’est pas pour met­tre les pieds dans le plat, mais ayant été col­lab­o­ra­trice sur ce livre, je tiens à pré­ciser que le titre “Mad…Ma vie” sur lequel vous faites d’élogieux com­men­taires est de moi. Et un peu de pub dis­crète ne faisant jamais de mal, je souhaite égale­ment abon­der dans votre sens : ce livre est pas­sion­nant, épatant, et pas seule­ment par le biais de mes cor­rec­tions (ben oui, je lui fais de la pub, je peux bien en faire pour moi égale­ment, des fois que ça pour­rait m’ouvrir des oppor­tu­nités :p !

  2. ROD

    Ahah, bah vous auriez pu trou­ver mieux !

LACHER UN COM

Current month ye@r day *