Mad Man

Mad Movies, Movies 2000, Impact, Ze Craignos Monsters, Metaluna Production, L’Affiche version Ghana… Toutes ces choses qui ont marqué cinématographiquement le pays proviennent de l’esprit de l’homme qu’on nomme Jean-Pierre Putters. 57 ans, toutes ses dents, Monsieur Mad revient à travers le gros livre « Mad… ma vie » (on reconnaît toujours cette fine frontière entre le génie du jeu de mot et la gaudriole gênante) sur sa vie placée sous le signe du fantastique. La haine de l’école, le zonage dans le quartier, l’amour des salles sombres (et surtout de leurs façades!) du Montparnasse des années 60, la découverte des fanzines, des films de genre, l’arrivée en fanfare de la contre-culture, puis les aventures de Jean-Pierre le chroniqueur adulescent, Jean-Pierre le maître-chien à l’armée, Jean-Pierre le pâtissier 4 étoiles, Jean-Pierre le boutiquier passionné… Et dire que la guitare, le tennis et le ping-pong ne sont même pas abordées ! Mille facettes qu’on prend plaisir à décortiquer.

Une date cruciale ? Juin 1972. MAD MOVIES est en n°1 dans les bacs. Le fanzine de résistance face à la critique de cinéma rigoriste de l’époque s’imprime en plusieurs centaines d’exemplaires (600 pour le 6!) directement à la Ronéo, pendant les 10 premiers numéros, un travail de titan. Jean-Pierre Putters va rester 40 ans aux manettes des Films Fous. Une carrière fanzinesque extra-ordinaire. En Mars 2001, il lâche Mad Movies après le #130… quand même! Le métier a bien changé, et JPP n’a pas changé de métier depuis 30 ans, il fallait faire pause. Pour mieux revenir plus tard.

JPP a aussi été officier dans la Wehrmacht…

…au sein de laquelle il a obtenu son brevet de vampire…

…Après la libération, il est engagé dans l’équipe de la revue Actuel…

…dirige la discothèque Le Palace pendant un temps…

…puis devient maire de Paris bis…

…avant de passer pro au tennis… Comme quoi l’horreur n’est jamais là où l’on croit !

Après le premier chapitre souvenir (60 pages), chaque sommaire des 130 numéros du magazine est commenté par JPP qui nous fournit presque autant d’anecdotes. Chaque période est entrecoupée de différents intermèdes: les librairies parallèles, le business de la presse (coucou L’Écran Fantastique), le festival de cinéma de La Ciotat (et tous les autres avec les copains), Evil Dead de Sam Raimi, le magazine soft porno Star-Ciné-Vidéo, la quête du saint-esprit MAD, la passion du Super 8, l’arrivée de l’Internet, les films de Richard J. Thomson (Time Demon!), la technique de confection d’un magazine, le courrier des lecteurs (« Mais pourquoi Jean-Marie Le Pen dans Mad Movies ouin ouin »), et enfin le présent et le futur, Metaluna et son design hors-du-temps, le multi-film Theatre Bizarre et compagnie. En plus de tout ça, chaque témoin des années MAD vient répandre un peu d’amour; collaborateurs directs, indirects, collègues, amis, lecteurs… qui doivent s’acquitter de leur film préféré.

AVANT: Lieu de réflexions, rue La Rochefoucauld, Paris 9.
APRÈS: Purgatoire, rue Dante, Paris 5.

Sans oublier la présence d’une bonne pelletée de photos, affiches, couvrantes, et portraits de femmes fatales sans qui Mad Movies ne serait pas ce qu’il est. Dans fantastique, il y a fantaz. J’appelle à la barre (facile): Martine Beswick, Marilyn Chambers, Caroline Munro, Jennifer Jason Leigh, Mathilda May, Monique Gabrielle, Tammy Parks, Daryl Hannah, Anna Falchi, Natasha Henstridge, Wesley Snipes… ah non pas lui! Tout ça parsemé de monstres, freaks à n’en plus finir, souligné par des légendes qui ne meurent jamais. Un hommage vibrant à la contre et sous-culture, quand celle-ci existait encore. Ce gros livre carré de mec pas rond fait plus de 200 pages et est disponible aux Éditions Rouge Profond depuis Novembre 2012.

« Jean Rollin bonsoir! »

2 Commentaires

  1. ROSSET

    Heu..c’est pas pour mettre les pieds dans le plat, mais ayant été collaboratrice sur ce livre, je tiens à préciser que le titre « Mad…Ma vie » sur lequel vous faites d’élogieux commentaires est de moi. Et un peu de pub discrète ne faisant jamais de mal, je souhaite également abonder dans votre sens : ce livre est passionnant, épatant, et pas seulement par le biais de mes corrections (ben oui, je lui fais de la pub, je peux bien en faire pour moi également, des fois que ça pourrait m’ouvrir des opportunités :p !

  2. ROD

    Ahah, bah vous auriez pu trouver mieux !