Marre Be Vivre

COLD SHOWERS — Love and regret (DAIS)

De l’amour, des regrets, et un album shoe­wave de 8 titres sorti en 2012 qui réus­sit à être moins éner­vant que les pro­duc­tions Cap­tured Tracks. Et moins gênant qu’un Best-of d’Aline. Je ne sais pas d’où ça vient, peut être un côté cor­beau plus exac­erbé que chez les autres, preuve qu’il existe tou­jours des per­son­nes, outre Lescop, qui écoutent encore Joy Divi­sion. Pour­tant, à la vue de la tronche du chanteur, ce n’était pas évi­dent de les démar­quer! C’est une fille à la bat­terie et ça ne s’entend pas (ouh!). Le groupe parvient même à un sens de la mélodie aigu sur So I can grow ou Alight. Pas Aline, Alight.

COLD SHOWERS — So I can grow
COLD SHOWERS — BC

GIRLS NAMES — The new life (Tough Love)

Ce groupe est devenu bon, franche­ment. On leur par­don­nerait même leur par­o­die de Crys­tal Cas­tles sur le pre­mier morceau de l’album, Pit­tura Infamante. La mélodie de Draw­ing lines les main­tient bien au-dessus de tous les petits groupes indie poppy. A sec­ond skin n’avait presque même pas besoin de ce chant de mec qui regarde ses pom­pes pour être une bonne chan­son. On ne se rend même plus compte que la nou­velle vie dure plus de 7 min­utes lorsqu’ils achèvent leur 10-pistes. J’aimerais juste con­naître la mar­que de leurs parkas pour valider totale­ment ce trio de Belfast.

GIRLS NAMES — Pit­tura infamante
GIRLS NAMES — Draw­ing lines

MY BLOODY VALENTINE — M B V (MBV)

Pourquoi me forcerais-je à trou­ver un truc à dire sur ce disque, aussi auto­pro­duit soit-il ? Va t-il me pro­curer des vis­ites ? Vais-je pousser des gens à l’écouter ou ne pas l’écouter ? Ai-je des blagues ou des anec­dotes sur cette pochette ? Doit-on le met­tre en rela­tion avec la chute de l’industrie musi­cale ? Dois-je rap­peler que le dernier album du quatuor mixte est sorti il y a 22 ans ? Non. Mais vous pou­vez tou­jours aller faire un tour sur RAGEMAG si vous voulez un avis citoyen et bénévole.

MY BLOODY VALENTINE — Only tomor­row

RINGO DEATHSTARR — Mauve (Sonic Unyon)

Les voilà les MBV de 2013! Les années 90 étaient vrai­ment mauves ? Ou sim­ple­ment mau­vaises ? Le grunge, ten­dance de mode 2013 ? Dur. Quand on ne peut faire du Ride, on fait du Lush. Ringo aimerait bien la chaîne de Mary pour pou­voir ensanglanter sa Valen­tine avec, celle qui chante sur la presque total­ité de l’album, soit 13 pistes. J’ai l’impression que les trois astro­nautes étaient plus inspirés avant ce disque un peu trop siru­peux et spir­i­tu­al­isé. Après Girls we know et mal­gré Waste, on fatigue, la chute vers l’ennui est lente, bal­lante, mais elle suit son cours. Tout ça me fait émet­tre des doutes sur leur pos­si­bil­ité de rejoin­dre la Galaxie des 500.

RINGO DEATHSTARR — Slack

LACHER UN COM

Current month ye@r day *