À quels enfants allons-nous laisser le monde ?

« Comme cer­taines représen­ta­tions dans les rêves sont le pro­duit d’un com­pro­mis entre la per­cep­tion d’une réal­ité physique qui tend à inter­rompre le som­meil et le désir de con­tin­uer à dormir, l’idée d’une civil­i­sa­tion à défendre, aussi envi­ron­née de périls qu’on veuille bien l’admettre, est encore ras­sur­ante: c’est le genre de cal­mant que vendent men­su­elle­ment les démoc­rates du Monde diplo­ma­tique, par exem­ple. Parmi les choses que les gens n’ont pas envie d’entendre, qu’ils ne veu­lent pas voir alors même qu’elles s’étalent sous leurs yeux, il y a celles-ci: que tous ces per­fec­tion­nements tech­niques, qui leur ont si bien sim­pli­fié la vie qu’il n’en reste presque plus rien de vivant, agen­cent quelque chose qui n’est déjà plus une civil­i­sa­tion; que la bar­barie jail­lit comme de source de cette vie sim­pli­fiée, mécan­isée, sans esprit; et que parmi tous les résul­tats ter­ri­fi­ants de cette expéri­ence de déshu­man­i­sa­tion à laque­lle ils se sont prêtés de si bon gré, le plus ter­ri­fi­ant est encore leur progéni­ture, parce que c’est celui qui en somme rat­i­fie tous les autres. C’est pourquoi, quand le citoyen-écologiste pré­tend poser la ques­tion la plus dérangeante en deman­dant: «Quel monde allons-nous laisser à nos enfants ?», il évite de poser cette autre ques­tion, réelle­ment inquié­tante: «A quels enfants allons-nous laisser le monde ?» »

L’abîme se repe­u­ple, Jaime Sem­prun, 1997.

LACHER UN COM

Current month ye@r day *