TOUS LES ARTICLES AVEC Jaime Semprun

–50% sur la Civilisation

« Un soci­o­logue soucieux d’intégration et d’éducation human­i­taire plaidera habituelle­ment les cir­con­stances atténu­antes: certes ces jeunes brutes sont peu ragoû­tantes, mais la pro­pa­gande «sécu­ri­taire» exagère beau­coup, et puis, de toute façon, quelle chance leur a-t-on donné d’être de braves garçons, tra­vailleurs et bien éduqués ? Le gaucho-humanitarisme, comme tou­jours, pas plus qu’il n’attaque vrai­ment ce qu’il pré­tend atta­quer, ne défend vrai­ment ce qu’il pré­tend défendre. LIRE LA SUITE

À quels enfants allons-nous laisser le monde ?

« Comme cer­taines représen­ta­tions dans les rêves sont le pro­duit d’un com­pro­mis entre la per­cep­tion d’une réal­ité physique qui tend à inter­rompre le som­meil et le désir de con­tin­uer à dormir, l’idée d’une civil­i­sa­tion à défendre, aussi envi­ron­née de périls qu’on veuille bien l’admettre, est encore ras­sur­ante: c’est le genre de cal­mant que vendent men­su­elle­ment les démoc­rates du Monde diplo­ma­tique, par exem­ple. LIRE LA SUITE

Il n’y a plus de génération

« Pour pro­scrire toute notion un tant soit peu véridique de l’état réel, mis­érable, dans lequel se trouve la jeunesse, s’exerce donc une cen­sure con­sen­suelle qui réunit:

1) les marchands, leurs pro­pa­gan­distes divers et tous ceux qu’ils cor­rompent en les intéres­sant à leurs béné­fices: étant les plus mal­léables et manip­u­la­bles des con­som­ma­teurs, les mieux adap­tés au monde de la camelote, puisqu’ils n’ont jamais rien connu d’autre, les jeunes sont con­stam­ment don­nés en exem­ple au reste de la pop­u­la­tion; LIRE LA SUITE