TOUS LES ARTICLES AVEC Civilisation

Il y a une bêtise du triomphe comme une noblesse de la défaite

« Ceux qui, les pre­miers, avaient pénétré dans le bidonville s’étaient mis à tirer en l’air en signe de vic­toire : c’était la pre­mière fois que, depuis le début de la guerre, les chré­tiens ne per­daient pas de ter­rain. Une vic­toire qui allait cepen­dant nous coûter cher, puisque, dans leur joie, cer­tains se lais­saient pho­togra­phier par des jour­nal­istes étrangers avec leurs croix de bois ensanglan­tées autour du cou, buvant du cham­pagne au goulot. C’est peut-être ce jour-là que j’ai pris en hor­reur non pas les vic­toires mais les vain­queurs, sans pour autant éprou­ver de pitié pour les vain­cus, la déplo­ration, je le redis, pou­vant pren­dre chez moi des années, les eaux du cha­grin chem­i­nant de façon souter­raine jusqu’à leur résur­gence vau­clusi­enne, comme cette source d’Adonis où je rêvais d’aller, à Aqfa, dans le nord du Liban, pour con­tem­pler, au print­emps, l’eau qui en jail­lit, rougie du sang du jeune dieu blessé à mort par un san­glier. Il y a aussi une bêtise du tri­om­phe comme une mis­ère de la vic­toire et une noblesse de la défaite. LIRE LA SUITE

–50% sur la Civilisation

« Un soci­o­logue soucieux d’intégration et d’éducation human­i­taire plaidera habituelle­ment les cir­con­stances atténu­antes: certes ces jeunes brutes sont peu ragoû­tantes, mais la pro­pa­gande «sécu­ri­taire» exagère beau­coup, et puis, de toute façon, quelle chance leur a-t-on donné d’être de braves garçons, tra­vailleurs et bien éduqués ? Le gaucho-humanitarisme, comme tou­jours, pas plus qu’il n’attaque vrai­ment ce qu’il pré­tend atta­quer, ne défend vrai­ment ce qu’il pré­tend défendre. LIRE LA SUITE

Une boule de crottin !

« Je vous prou­verais que la Civil­i­sa­tion est détestable ; que plus l’Homme s’écarte de la Nature plus il souf­fre ; que votre pré­tendu Pro­grès est un Regrès [sic] ; que les inven­tions mirobolantes et le per­fec­tion­nement du machin­isme con­tribuent, pour une large part au mal­heur de l’Humanité et que le véri­ta­ble com­mence­ment c’est l’évolution de l’Esprit. Qu’avons-nous décou­vert dans le domaine philosophique depuis les Grecs ?… Rien. LIRE LA SUITE

À quels enfants allons-nous laisser le monde ?

« Comme cer­taines représen­ta­tions dans les rêves sont le pro­duit d’un com­pro­mis entre la per­cep­tion d’une réal­ité physique qui tend à inter­rompre le som­meil et le désir de con­tin­uer à dormir, l’idée d’une civil­i­sa­tion à défendre, aussi envi­ron­née de périls qu’on veuille bien l’admettre, est encore ras­sur­ante: c’est le genre de cal­mant que vendent men­su­elle­ment les démoc­rates du Monde diplo­ma­tique, par exem­ple. LIRE LA SUITE