CARBONE 14, LE FILM

Afin de poursuivre cette semaine placée sous le signe de la subversion drolatique (rires), parlons donc de Carbone 14, « la radio qui vous enculait les oreilles ». Pendant des années, Jean-François Gallotte, alias David Grossexe, a voulu sortir ce documentaire réalisé en 1983 qui n’avait jamais vu d’yeux, même à Cannes où il devait être projeté à l’époque. Le DVD a enfin pris forme en 2011. Carbone 14 se créé à l’automne 1981 après une annonce passée par Gérard Fenu dans Libé. Ce publicitaire suspect allié au maire socialiste veut créer un coup, et engage les premiers gugusses qui se pointent: David Grossexe donc, mais pas que, José Lopez, Robert Lehaineux ou encore Jean-Yves Lafesse, qui n’aime pas trop se souvenir de cette période. Traître ! Et on comprend pourquoi ! Pendant les 10 premières minutes du doc, lui et David font l’amour au micro en gueulant et se roulant par terre, allant parfois jusqu’à sortir leur bite. Finalement, on se rend compte que les 80 minutes du film seront uniquement basées là-dessus.

En fait, la période clé de la radio dure un an, jusqu’en septembre 1982, où quasiment tout le monde a foutu le camp, s’étant sans doute aperçu de la supercherie de la « radio libre ». Libre pourquoi ? Lafesse et Supernana restent et c’est à ce moment que Galotte décide de tourner son documentaire bidonné. En effet, il reconstitue l’ambiance de l’âge d’or de la station, au siège rue Paul Fort dans le 14ème, en réinvitant notamment Siné et la chanteuse Sapho. Tout le monde en fait des tonnes. On navigue entre nostalgie et agacement. Le tout est très régressif, (les précurseurs du Morning Live de Michael Youn ?), et on se demande si l’on doit rire ou haïr. Le siège de Carbone 14 devient vite un centre asocial pour dealers de passages, chômeurs zonards, célibataires en rut et alcooliques anonymes. Les débordements sont toujours sous-jacents. Supernana qui a pris le train en cours de route est la nouvelle animatrice des nuits chaudes (la radio permet bien des fantasmes quand on ne voit pas son interloculteur) et devient la reine de la bâche verbale dans un concours de raccrochage au nez.

Ce qui est un peu dommage dans le doc, c’est que tout tourne autour du cul sans vraiment y toucher. Les autres émissions comme « Cinquante millions de voleurs » ou « Vive la guerre » sont à peine évoquées, à part dans les bonus sonores. Et le programme new wave de Phil Barney non plus ! La radio ‘libertaire’ est aussi devenue célèbre pour avoir été n°1 sur l’enlèvement de Jean-Edern Hallier et avoir retransmis pour la première fois « L’amour en direct », le principe: un couple copule à l’antenne. Le plus gros coup marketing de Fénu. Au-delà de ça, on ne voit pas dans quelles mesures elle dérangeait le système. A l’été 82, la Haute Autorité de la Communication Audiovisuelle interdit à Carbone 14 d’émettre. Pendant un an (quand même), ils braveront l’interdiction jusqu’à la saisie du matériel en août 83. Banni à Cannes la même année ils riposteront en agrémentant les affiches René Château de magnifiques bulles: « J’encule Delon » ou « Je suce Bébel ». Ahah.

Bref, la radio antipathique par excellence aurait peut-être mérité un traitement à la hauteur de sa haine. Quoique. Il faut aussi signaler que ce n’est pas les auditeurs qui relevaient le niveau, et ils méritaient bien tous ces châtiments à l’antenne. Les idiots parlent aux abrutis ! Ce témoignage rappelle une époque bien révolue, où tout le monde pouvait dire n’importe quoi, bénévolement, et à des heures de grande écoute. Ils en ont profité et se sont bien marré. La morale ? Y’en a pas. Le DVD comporte le film, un livret assez complet, un diaporama crado et des bonus vidéo (court-métrage, interviews) et audio (extraits d’émissions et grille des programmes). Toutes les chroniques de cet objet ont été pires que négatives, excepté une. Je vous laisse avec l’avis impeccable du Nouvel Observateur: « La radio la plus affligeante, la plus ringarde, la plus bête, la plus débilement provocatrice n’est pas faite pour être vue. Surtout par le truchement d’un film nullissime. » Voyez-le!

CARBONE 14, LE FILM (2011)
Les Mutins de Pangée

LACHER UN COM