FLICS DE CHOC (1983)

Près de Paris, deux jeunes pros­ti­tuées sont assas­s­inées par un mys­térieux tueur à moto. Les témoins qui per­me­t­traient de remon­ter la fil­ière du réseau de pros­ti­tu­tion sont abat­tus. Deux policiers com­men­cent à enquêter, mais l’affaire est étouf­fée: un chef d’État étranger par­tic­i­pait aux orgies…

Unique et incroy­able polar80 de Jean-Pierre Desag­nat (réal­isa­teur des Char­lots Con­tre Drac­ula et père de Vin­cent Desag­nat) tourné comme un roman de gare, à l’image du style : cul, vio­lence, sus­pense. En vrac, le plein de saveurs : un motard casqué all’italiana, une mort au ralenti, un réseau de pros­ti­tu­tion, des élites per­verses et cor­rompues, du sex­isme ultra-complaisant, des blagues de flics, une attaque à la triplex dans un park­ing, des t-shirts Sta­tus Quo et Nina Hagen, un saut de moto sous 6 angles, du giallo ver­sion Aubervil­liers, des dia­logues qui fusent pen­dant 1h30, un freestyle de Jacques Balutin, des devotchkas nichons à l’air, une mai­son de dres­sage, des voitures Renault, un penalty de Dominique Rocheteau… GROS GROS FILM.

SCÈNE DE DÉBUT (superbe ralenti)

SCÈNE DE FIN (dénoue­ment stupéfiant)

CAPTURES CHOC

Règle n°1: ne jamais se laisser abat­tre.
“Ils nous ont fait boire notre pipi, c’était hor­ri­ble.“
Le camp de vacances, déco­ra­tion som­maire.
Il faut tou­jours des jumeaux fous, c’est encore mieux s’ils sont équipés de monosour­cils.
“Petites traînées !”. Règle n°2: ne pas emmerder Mylène Demon­geot.
Espace détente.
Ah, ces bonnes vieilles élites.
Un des nom­breux plans de cette spec­tac­u­laire cas­cade à moto.
Une tape sur la fesse, et au boulot !
Les flics de choc aiment le sexe, mais aussi la pein­ture.
Freestyle ful­gu­rant de MC Balutin.
Marc Chapiteau in full effect, met des coups de boule à terre. Incroy­able.
Christophe Bour­seiller, tou­jours dans les bons coups.
Cather­ine Lachens, tou­jours par­faite en barmaid-maquerelle, à deux doigts de se faire vio­len­ter.
Le sup­plice de la chaleur, infligé au pro­fesseur de la Star Ac, Philippe Lelièvre.
Attaque à la triplex ! Sta­tus Quo VS. Nina Hagen.
Cette présence !
BOUM.
Encore plus de vic­times.
La salle de tor­ture.
Les flics attachent leur col­lègue dans ce même har­nais, pour rigoler.
R5 assorti au bomber, y’a quoi ?
Et… et… et… et but de Dominique Rocheteau !
Et encore un voy­age gra­tuit pour le har­nais. Pour­ri­t­ure.

[LE LIEN DU FILM ICI]

LACHER UN COM

Current month ye@r day *