Malice de loup ça se gueule

« On croit tou­jours que c’est le renard qui est fin. Les loups le sont. La cru­auté, voyez-vous, inspire. Le loup qui est bien plus cruel que le renard est bien plus fin que lui. Mal­ice de renard ça s’évente encore. Mal­ice de loup!… Chez nous on dit “Mal­ice de loup ça se gueule” voulant dire que c’est si fin, si droit, si rapide, et si prompt (si cruel aussi) qu’on hurle de sur­prise et d’alarme, et ça veut dire aussi qu’on hurle parce qu’avant de pou­voir hurler pour autre chose, générale­ment on a les dents dans la peau. »

Un roi sans diver­tisse­ment, Jean Giono, 1947.
(Légende: Un roi sans diver­tisse­ment, François Leter­rier, 1963.)

LACHER UN COM

Current month ye@r day *