Old Wave

CHROME – Half machine from the sun (Pledge Music)

18 morceaux inédits d’autoconstruction enregistrés par Damon Edge et Helios Creed en 1979 et 1980. Half machine from the sun combine grossièrement les titres de deux de leurs albums (Half machine lip moves de 1979 et 3rd from the sun de 1982) qui délimitent leur période la plus créative. L’essence de CHROME est une mixture futuristo-hippie entre l’acid-rock, l’industriel, le post-punk, la noise et Jimi Hendrix. Le côté obscur de San Francisco. Ces morceaux ont l’intérêt de pouvoir plaire autant aux types accessibles qu’aux intellectuels. 1h13 en tout. Le top: Fukishima (Nagasaki), The rain, Something rhythmic.

EVER ALIVE – A tribute to Snowy Red (Weyrd Son)

SNOWY RED a représenté le son de la Belgique des débuts de l’EBM à l’avènement du New Beat. C’est à dire les dix années les plus prolifiques dans l’histoire de ce petit pays plein de bonne volonté. Marcel Thiel, mort en 2009, était le cerveau derrière ce projet sombre et minimaliste. Il est entre autre l’inventeur de la « wardance » baptisée Euroshima et aussi du swing-EBM, moins concluant (Breakdown). Sans parler de Don’t lose control, The long run et I’m alright. 3 époques 3 ambiances. Et 17 groupes qui se sont attelés à reprendre le Fad Gadget continental. BESTAL MOUTHS, //TENSE//, SCORPION VIOLENTE, MUSHY et LED ER EST pour les plus ‘connus’. Ainsi que quelques autres groupes goth relativement chiants. Le top: VIOLET TREMORS « It’s so good », ANIMAL BODIES « Lies in your eyes », NEWCLEAR WAVES « Blood blood blood ».

ITALIA SYNTHETICA (1981-1985) (Spittle)

L’Italie redécouvre son passé synthétique depuis un moment. Point d’italo ni de moustache mais des mecs bien coiffés et bien programmés à produire une musique à la fois autiste et robotique, qui plus est imparable sur la piste de danse. Direct d’entrée, le « Lobotomy » de NEON lance la machine. MODO dans un registre plus synth-pop pour couples propose « Niagara falls ». « YHW » est un funk blanc propulsé par SCORTILLA. Et aussi « It’s just a soundtrack » de OH OH ART qui s’imaginent PET SHOP BOYS, mais en Armani de contrefaçon. Sur le CD bonus, il y a les meilleurs représentants de la discipline: N.O.I.A. et l’inédit « Forbidden planet ». Ou encore FOCKEWULF 90, JEUNESSE D’IVOIRE et STATE OF ART. Vous savez tout.

LOS PARANOS – Living on a red line (Vinyl-on-demand)

Christophe Petchanatz, écrivain électronique lillois puis lyonnais, homme multi-fonctions, a aussi donné dans la musique binaire, dès la fin des années 70, avant de plus tard former le duo KLIMPEREI avec sa femme. Le label allemand à-la-demande a eu la bonne idée de ressortir ces 17 pistes créées entre 1983 et 1986. Elles figurent sur des cassettes indatables aux noms tapageurs tels que « Whisky-cocaïne » ou « La bave des robots ». Le son est étonnamment bon vu la configuration du studio ! La mixture electro-instrumentale candide peut rappeler des trucs que seul le pays inventeur de la pataphysique pouvait produire: IN AETERNAM VALE et PTÔSE, PHILIPPE LAURENT et ROLAND BOCQUET. Le top: Evidence, Living on a red line, Black is best.

NIGHT MOVES – Transdance (Domestica)

Ce label barcelonais suit toujours sa route, et elle l’amène parfois à rouler à gauche. C’est le cas de ce single sorti (michel) outre-manche en 1981, empreint d’un synthétisme à toute épreuve. Sur la Face A: Transdance est une sorte de Depeche Mode souterrain clinquant et dansant. Oui, c’est la moindre des choses. Sur la Face B: Life up, morceau démo ressemblant vaguement à un Gary Numan (screwed). En 1984, une version maxi du single sort avec 3 pistes supplémentaires. « You can take my love » en A2 qui peut se le garder son amour. Et une face B hyper electro dance: « Beat this » et « Nightdrive » comme Model 500. Robot pour être vrai.

1 Commentaire

  1. le lien vers configuration du studio los paranos ne marche pô, sinon et par ailleurs gd merci pour l’article !!!!
    amicalement
    cp

LACHER UN COM