The Infamous

1. GENESIS

Albert “Prodigy” John­son naît le 2 novem­bre 1974 à Hemp­stead, Long Island, au sein d’une famille dédiée au monde du spec­ta­cle. Grand-père célèbre jazzman apprit à lire à Quincy Jones, Grand-mère jadis danseuse au Cot­ton Club et matronne d’une fameuse école de danse New-Yorkaise et Maman qui chan­tait dans The Crys­tals en 1962. Il était évi­dent que le petit Prodige n’allait pas finir maçon. Seul hic, le père, accroc à l’héro est plutôt insta­ble. L’enfant aussi. P. est atteint de Dré­panocy­tose, une mal­adie cel­lu­laire hérédi­taire qui touche les pop­u­la­tions afro et latino. Il fait pipi au lit jusqu’à tard, manque sou­vent d’énergie, ne rit jamais, d’où la frus­tra­tion quand il voit ses cama­rades à fond dans le sport. Ce car­ac­tère posé que la Nature lui inflige lui servira avec les filles, qui tombent sou­vent sous son charme, une belle revanche sur la vie. Il n’attendra d’ailleurs pas le teenage pour avoir son pre­mier rap­port sex­uel, tout en gar­dant son caleçon bien sûr, pro­tec­tion assurée !

C’est en 1982 que Prodigy débar­que à Queens­bridge, sa mère y ayant dégoté un job. Change­ment d’ambiance, fini les écoles pour petits blancs. P. est déjà dans son truc et écrit son pre­mier morceau “you’se a crack­ead” en se bap­ti­sant The Tap Dance Kid. Oui, il suit tou­jours des cours de danse et est plutôt doué, Jay-Z se plaira à rap­peler cette pas­sion quand il dis­sera Mobb Deep au milieu des années 90. A l’âge de 10 ans, Prodigy se fait kid­nap­per par son père et passe un an à Detroit. Back in Lefrak en 85, vir­u­lent mais faible physique­ment, P. se fait lyncher dans la cour de récré. Pre­mier BBgun à 11 ans. 1986 est déjà là, l’année de Mike Tyson, du Juice Crew, le crime et les drug wars sévis­sent à NY et tu n’as pas le choix dans cet envi­ron­nement hos­tile; être pré­coce ou périr.

2. POETICAL PROPHETS

1989, on zappe le col­lège. Prodigy a évidem­ment arrêté la danse pour devenir crédi­ble dans la rue. C’est le pre­mier jour de lycée, option art & design. Voyou non ? De toute façon ils assis­teront rarement aux cours. Ce jour déter­mine le reste de l’année, voire les trois prochaines. Dress to impress. Ambiance prison, le self est le lieu de tous les vices. Il faut frayer son chemin. Man­agé par sa mère, Prodigy n’attend pas, il se con­cocte une petite démo au nom de Lord-T (The Golden Child), dédi­cace à Eddie Mur­phy. Les con­nex­ions sont faites et l’enfant en or appa­raît dès ses 16 ans sur la B.O. de Boyz N The Hood, too young !

Il flirte alors avec la meuf de chez JIVE et obtient un deal. Dans la foulée, son pote au bahut lui sug­gère de ren­con­trer my man havoc. L’introduction se fait au cours d’une bas­ton, les présen­ta­tions sont faites. L’amitié est scel­lée et con­naî­tra un par­cours sin­ueux, per­sonne ne pou­vant ren­trer dans l’esprit d’Havoc. Surtout lorsque celui-ci en sor­tant du bureau de Rus­sell Sim­mons de Def Jam, frus­tré de n’être pas signé sur le label (rai­son: trop jeunes), tire sans faire exprès sur le type de l’accueil pour 2 posters ! Quelques semaines plus tard, les prophètes poé­tiques opteront pour Mobb Deep, un nom cor­re­spon­dant plus à leur karma.

Prodigy revient sur cette Sav­age Men­tal­ity dès le début du bouquin:

“I pre­fer a sav­age mind over a square one, because with­out money, expen­sive houses in safe neigh­bor­hoods, cars, and the other mate­ri­al­ism that gives a false sense of secu­rity in their lit­tle fake-ass world, a square couldn’t sur­vive in the real world where poverty and sav­ages are king. Just imag­ine for a moment, the apoc­a­lypse hits. Armaged­don. Baby­lon (the cor­po­rate world) is falling. No elec­tric­ity, bank accounts, gas sta­tions, no call­ing 911, because there’s no phone ser­vice. Who will sur­vive longer, if at all? Mr. and Mrs Square-Ass Lame with their master’s degrees and Prada suits? Or Mr. and Mrs. Sav­age Men­tal­ity, who are used to hav­ing noth­ing and are close friends with all the neigh­bor­hood crim­i­nals?“

3. MOBB DEEP

1991. Prodigy décou­vre Queens­bridge et sa faune avec Havoc comme guide. QB pour les intimes.
“They say New York is fast-paced – well, QB is triple that speed mentally.”

Laissez-le vous présen­ter la famille:
“Back in New York, I hung out in QB every­day with Hav’s friends. Jamel and Jamal were twins – you could tell them apart because Jamel had two razor cuts on his cheeks […] from a brief Rik­ers Island bid. […] We called Jamal Twin Gam­bino and Jamel the Scar­face Twin. Then there were Ron Gotti, who came to be know as God­fa­ther; Karate Joe, who was a mar­tial arts expert; Yamit, the Golden Gloves boxer; Free High, who smoked everybody’s weed and never chipped in or bought his own; Capone, who had a rep­u­ta­tion for sup­pos­edly shoot­ing a cop and cut­ting peo­ple with razors; Draws, who we called Super Trooper because he sur­vived numer­ous shootouts and had been shot mul­ti­ple times; Rap and Spark, two older laid-back hus­tlers who didn’t hang out with us much because they were wiser than us, though when they did come around, thay’d avice us to stop all our young-minded shit and just get money; Prince God, who was always just com­ing home from jail; Opps aka Dead Arm ’cause he knocked dudes out with one hit; and Tejuan– they called him Noyd because he looked like the Domino’s Pizza char­rac­ter the Noid. He was the only one in the crew with his own apart­ment, no par­ents. […] That was the hang­out spot; we called it the Hon­ey­comb Hideout.”

Il apprend vite quel rappeur domine la zone. NAS est con­sid­éré comme le meilleur. Le 12th Street Crew le met en garde. Si Nas le trouve bon, il sera accepté dans le quartier.

“Nas and them were sit­ting on the bench as usual. “Yo, I got my man P right here, he wanna bat­tle you,” Gam­bino said. Nas was non­cha­lant like, All right, corny lit­tle dude … who does this kid think he is com­ing around to bat­tle me ? That’s Nas—everybody knew how nice he was back then. I had a lit­tle liquor in me so I was feel­ing myself. It was time to bat­tle Nas.
The Twins and I stood next to Nas and two of his boys on the bench. I was ner­vous as hell. I spit, Nas spit, then I spit some more. We lit a blunt and passed it around between raps. When I heard Nas rhyme I thought, Damn, I can’t say no shit bet­ter than that! His was bet­ter than mine. He told me my shit sounded cool and his boys said the same. I knew Nas had the bet­ter rap but the Twins were always encour­ag­ing me. “You the best P, you the best!” Nas was the best. Havoc was bet­ter than me, too.
We shook hands, and the Twins and I walked back over to Hav’s block on the Forty-first side. “You’re doing your thing, P, but there’s one more per­son you gotta bat­tle”, they said. “If he says you good, then you good.“
“Who is he?” I asked. “Where’s he at?“
“You gotta wait, he’s locked up right now. His name is Cormega. If you can hang with Mega, then you can hang with us.“
Every­body in the hood said that Mega was a hun­dred times bet­ter than Nas, and Nas was fuckin’ good. They had me scared to death to bat­tle Mega.”

Test réussi, mais Nas com­mence déjà à tacler Prodigy dans son dos, spé­cial­ité mai­son. Pen­dant ce temps, P. et ses potes par­tent en mis­sion et réin­ven­tent le lan­gage rap.

“We called crack “he-mes”, cig­a­rettes “bogies”, and St. Ides malt liquor “thainy”. The word thainy came from our own cryp­tic speech code, some­thing like pig Latin. This kid Bumpy started it and I dubbed it the Thun Lan­guage. For exam­ple, instead of call­ing each other son we said “thun,” and “thorty” instead of shorty. It got real intri­cate. Bumpy had a speech imped­i­ment that made him talk like that nat­u­rally, but we all turned it into our hood slang.
We even had slang terms for money – a one-hundred-dollar bill was called a “man”, fifties weere “half a man”, twen­ties “dubs”, tens “demons”, and a five was a “fever”. We called the police “jakes” from the eight­ies TV show Jake and the Fat­man, and a phone was a “jack”. Jew­elry was “shine” or “spe­cial effects”, oral sex was a called a “head spin”, and reg­u­lar sex was a “back spin”. We were doing and say­ing things nobody had seen or heard before.“


4. JUVENILE HELL

1992. C’est l’année des pre­miers enreg­istrements, testés directe­ment dans le hood, évidem­ment. La vie d’Havoc con­siste déjà à passer 22h de sa journée dans le stu­dio (le Riley’s crib). Après l’incident Def Jam, Mobb Deep signe sur 4th & Broad­way et tourne ce fameux clip où munies de faux, ils coupent l’herbe sous le pied de NY. Les deux gamins se créent une base fan dans tous les USA. Quelques mois plus tard, un mec gros arrive de Brook­lyn et chante “Party & Bull­shit”. Ca com­mence à flam­ber de partout.

5. THE INFAMOUS

1995. LE album est dans les bacs. C’est la meileure cuvée du rap “nou­velle école”, le genre ne sera jamais plus comme avant. Les deal­ers tristes font entrer leur mélan­colie urbaine au pan­théon de la musique noire. Lorsque “Shook ones” reten­tit au Tun­nel (le gros club rap new-yorkais de l’époque), le mosh­pit part dans tous les sens. La Mobb brille et attire déjà tous les bums !

“Every time Funkmas­ter Flex played Nas or Mobb Deep, we lost con­trol slam-dancing, toss­ing girls in the air, spilling our drinks on our­selves, Chris Lighty pulled me to the side one night, know­ing he just gave us a small armory of weapons. “Please don’t kill any­body in here”, he said. “They have cam­eras all over the place now”.”

Les con­nex­ions se font, Chris Lighty est leur man­ager. Mais ne peut éviter tous les shows annulés à cause de leurs con­ner­ies. Ils ren­con­trent aussi les hommes d’affaire du rap, Steve Rifkind, Lyor Cohen, Rus­sell Sim­mons. Le duo devient gros.

6. HELL ON EARTH

1996. L’enfer se résume à cette rival­ité EAST vs WEST qui ne fait qu’empirer. Suge Knight de Death Row Records char­rie Puff Daddy de Bad Boy Records qui danse dans toutes les vidéos de ses rappeurs (ahah). Snoop Dogg dit du mal de New York. Les Source Awards de cette année là seront chahutées. Le bloc de l’est pond plus tard le mon­strueux “L.A. L.A.” qui riposte à 360° du toit d’un immeu­ble. Pen­dant ce temps, Prodigy ne perd pas le nord et s’instruit.

“The Dr. York books I was read­ing spoke about how hos­pi­tals inject babies, espe­cially black babies, with microchips and dis­eases at birth when they vac­ci­nate them.”

Mais NY doit aussi faire face à ses dis­sen­sions internes. Guns sto­ries à gogo. Enfant armé à vélo. Capone-N-Noreaga cherchent des pous à Mobb Deep, Killer Black s’excite, le cli­mat devient étouf­fant. Prodigy choisit ce moment pour décom­presser et démé­nage mal­gré lui à Long Island avec sa meuf. Il tente de se res­sais­sir après les tournées pleines d’abus du groupe. Il quitte les drogues, mange saine­ment, lit, et regarde des films… dont They Live! de John Car­pen­ter. Il réalise alors que la con­nais­sance est infinie. Il essaie, comme Rowdy Pip­per, de prêter ses nou­velles lunettes à ses potes mais ceux-ci ne sont pas encore prêts, plutôt enclins à fumer des spliffs. Killer Black se sui­cide, un mort à ajouter sur la liste. Mobb Deep, tou­jours triste, enchaine les col­lab­o­ra­tions par pel­leté. On n’oubliera le malaise avec Blondie, mais pas le con­cours de t-shirt mouillé de Mariah Carey. C’est l’age d’or du groupe.

7. MURDA MUZIK

1998. Le car­riérisme entre dans la par­tie. Pee veut s’essayer en solo, on lui monte la tête. Il écrit, “White lines”. A QB, l’état de siège est per­ma­nent et le monde qui gravite autour n’a aucun impact. Tout se vit en sous-marin. C’est à dire dans des berlines à fumer des gros spliffs.

8. H.N.I.C.

1999. Album solo dehors. Et Mobb Deep part en tournée… avec Limp Bizkit ! Prodigy et Havoc décou­vrent les groupies du rock blanc, et n’en revi­en­nent pas. Elles font la queue devant le bus du groupe après chaque con­cert, et passent à la casse­role une par une. Limp Bizkit roulent sur l’or, ils pos­sè­dent même un den­tiste dans le tour bus. Démesure totale. Il se famil­iarisent aussi avec Ja Rule, qui fait parti du line-up. Plus tard, dans une fête “habil­lée” organ­isée par Steve Rifkind:

“We looked real thugged out com­pared to the rest of the crowd. Then Ja Rule walked into the party in a loosely knit­ted sweater with his nip­ples prac­ti­cally pop­ping out of the spaces in the knit. It looked real homo­sex­ual. I would pay good money to see the embar­rassed look on his face again when he saw us stand­ing there. The dudes I was with didn’t have any mercy, laugh­ing right in front of him.
So on tour, we had to share the same dress­ing room with this dick­head and he was putting on an ice grill, act­ing like he was tough now and too big to even talk to us. Some­thin had def­i­nitely changed.”

1999 est aussi l’année de la dis­sette dans tous les sens. Jay-Z, NAS, Cam’Ron ou DMX s’en pren­nent à Mobb Deep de près ou de loin pour faire leur beurre sur leur suc­cès plané­taire. Provo­ca­tions qui se ter­mi­nent sou­vent en fea­tur­ing, comme quoi hein. C’est aussi le temps des man­dales. Mobb Deep ne sera jamais pote avec Jay-Z, surnommé “Bozo The Clown” ou encore “Bitch boy”. Qui mène la street life, qui ne la mène pas ? C’est l’éternel débat. La sexe life elle se porte plutôt bien, Prodigy nous raconte une scène illicite entre Nas, Havoc, lui et quelques copines lubriques. Cela pour­rait s’intituler: “QB gang bang”.

9. INFAMY

2001. Début de la fin ? “Infamy” est-il le pire album de Mobb Deep ? Je pense que oui. La faute à Scott Storch ? Je pense que non. Havoc change son flow puis Alchemist débar­que. Per­sonne ne le sait encore, mais c’est lui qui va en quelque sorte sauver le rap de NY du coma. Mobb Deep et 112 font un morceau qui s’appelle “Hey Luv” et Ja Rule doit ricaner. Pire, Rifkind vend Loud à Sony et Mobb Deep se retrouve petit parmi les grands. Le South­ern Rap devient ban­quable. C’est la fin de NY et les Infa­mous le sont plus que jamais, rivaux à vie. On apprend aussi ce con­cept de fidél­ité exten­si­ble qui con­vient bien aux rappeurs, les meufs sont rebap­tisées “vul­tures”, vau­tours ou vam­pires, au choix.

10. FREE AGENTS

2003. 10 ans et déjà la com­pi­la­tion.

11. AMERIKA’Z NIGHTMARE

Alchemist sam­ple “She blinded me with sci­ence” et en fait “Got it twisted” (feat Danny Trejo!). Boum. Le groupe renait. Prodigy lui, réalise le film rap Murda Muzik qui ne laisse pas une mar­que impériss­able. Con­traire­ment à Erica Mena, avec qui la Mobb va faire con­nais­sance. Une péri­ode de paix n’est jamais bonne en affaire. Saigon, nou­veau rappeur con­quérant, s’amuse à se moquer du petit Prodigy. Mais c’est bien­tôt une armée qui lui fait face. Tous les coups sont per­mis pour défendre l’enfant prodige. Mobb Deep est au tour­nant de sa car­rrière. 50 Cent et sa firme G-Unit veut soudain les signer. la puis­sance revient et NAS devenu mau­vais fait la gueule. Mais puis­sance veut aussi dire expo­si­tion, et la Hip Hop Police mon­tre son museau. Point d’orgue, une bas­ton “organ­isée” par Shyne lors d’un con­cert où l’on ne sait plus qui rappe, qui est flic, qui cogne qui.

Le livre, écrit avec Laura Check­oway, con­tient aussi des témoignages actuels écrits en cellule:

“Prison is for losers and dumb fucks. The intel­li­gent win­ners are out in the street with their free­dom. Ain’t nothin’ cool or glo­ri­fy­ing about being locked up – who­ever thinks this shit gives you street cred­i­bil­ity is a fool. All prison does is screw up your life for a short, long, or per­ma­nent period of time. My time was short. I don’t care if you say you’re inno­cent and got set up or if you feel your crime was jus­ti­fi­able, you still made some type of mis­take, wrong move, did some­thing you shouldn’t have done, or went some­place you shouldn’t have gone. Basi­cally, you did some dumb shit and got caught slip­pin’. I’m not shit­tin’ on inmates, there are plenty or good broth­ers and sis­ters trapped in the sys­tem. I just want to make it very clear, espe­cially for young kids, that prison is noth­ing to be proud of.“

12. BLOOD MONEY

2006. Argent sang et rap sale. La deux­ième car­rière de Mobb Deep est en plein effet. En cadeau de bien­v­enue sur son label, 50 Cent leur offre une Porsche cha­cun, merci Fifty! En busi­ness­man ultime, il ne pra­tique ni les drogues, ni les femmes. Et Prodigy est fasciné. D’autant que les “vul­tures” se sont tran­for­més en “hye­nas” ! Les femmes blanches sont mêmes dans les clips, “Outta con­trol”. Nicole Kid­man et Lind­say Lohan sont même dev­enues fans de Mobb Deep. Mais quel déodor­ant utilisent-t-ils ? Le groupe tourne autour de toute la planète, leur avion prend feu au dessus du Chili, ils per­for­ment ensuite en Inde pour la pre­mière fois dans l’histoire du rap.

13. RETURN OF THE MAC
A 33 ans, âge du Christ, Prodigy, malade, est incar­céré à la prison de Marcy, NY. Broutille: port d’arme illé­gal. Peu de temps avant d’être cof­fré, il raconte son tête à tête avec la Hip Hop Task Force:

“Back in my cell, I went to sleep on the hard wood bench won­der­ing if they were putting Alchemist through the same thing. About an hour later, two dif­fer­ent detec­tives took me back to the same room and tried the same bull­shit, star­ing at me with the hate­ful eyes. “You know what, you fuck­ing bas­tards make all this money while we make crumbs and our white women turn into groupies going to your shows and hotels”, one detec­tive said, his tone sound­ing like he wanted to hang me on a tree branch. “I fuck­ing hate that black rap bull­shit”.
“I know what you mean, Offi­cer,” I said. “It’s crazy because not too long ago, we did a con­cert at Madi­son Square Gar­den and I saw Nicole Kid­man in the front row going crazy to our music. She loves rap.” The officer’s face turned blood­red.
“Take this moth­er­fucker back to his cell!” he ordered his part­ner. “Get him out of my face!“


Prodigy est libre depuis 2011 après avoir purgé une peine de 3 ans et demi. Il vient de sor­tir un nou­vel album avec son pote Alchemist inti­t­ulé, Albert Ein­stein !

Tout ce qui n’est pas abordé ou développé ici sera bien­tôt disponible dans une entre­vue signée de l’intéressé. Gardez vos lunettes-vérité.

Extraits et pho­tos: My infa­mous life, The auto­bi­og­ra­phy of Mobb Deep’s Prodigy — Albert John­son & Laura Check­oway (Touch­stone Books, 2011)

D’autres extraits croustil­lants au sujet de Lind­say Lohan, 2Pac, Nas, Jay-Z ou Keith Mur­ray: ICI.

Doc­u­menter le n’importe quoi: Mobb Deep — Infa­mous Alle­giance DVD Part 1 / Part 2

Une playlist des pre­miers morceaux de Mobb Deep et Poet­i­cal Prophets, non com­mer­cial­isés: ICI.

Comments are closed.