Why is it Fresh ?

STRUT est ce label très généreux qui fait l’inventaire de la musique occidentale à travers des rétrospectives aussi importantes que puissantes. Déjà à leur actif: ZE Records, Fac. Dance, Metal Dance, Horse Meat Disco ou la géniale This Ain’t Chicago, où Richard Sen prouve par 24 fois que la House des colons, acide ou soft, c’était quelque chose ! Ils ne s’arrêtent pas là non plus, les puristes pointus rendent aussi hommage au Black Rio, au Funk Nigérian ou à la Tropical Discotheque.

Bref, ici nous sommes branchés CELLULOÏD, le label créé par Jean Karakos, franco-grec exilé à NY (lire l’article d’avant, Schnock #5). Ou voir le court documentaire que propose le label. The Celluloid Records Story 1979-1987. Autrement dit la rencontre du punk et du funk, des blancs et des noirs, de la rue et du showbiz. Pour le meilleur et pour le pire. En gros, si t’aimes pas Toure Kounda et Manu Dibango c’est un peu chaud. Après avoir sorti les premiers disques de rap synthétique, d’electrofunk et de musique break dance (ainsi que quelques miettes new wave), le label évolue naturellement vers la world music. Et tout n’est pas aussi Fresh que Francis Bebey. Surtout que les morceaux sont loooongs (version, edit, face B…). En fait, j’aurais bien refait la sélection de A à Z. Ou au moins jusqu’à S.

Ok, les tubes emblèmes sont là: Disco Rough de Mathématiques Modernes, The wildstyle de Time Zone (jadis générique de H.I.P. H.O.P.), The escapades of Futura 2000 (avec The Clash), Crazy cuts de Grandmixer D.ST (sans qui Herbie Hancock n’aurait jamais fait Rock it) ou Change the beat de Fab 5 Freddy qui donne son nom à la comp. D’ailleurs, le maxi fit polémique à sa sortie en France, le public croyant que beat et bite étaient un seul et même mot, ahah. Pour ce qui est des morceaux de Shango, Material et d’autres, ils sont nases ou au mieux mous. Bien dommage. Et sur une sélection de 30 titres pour 2h42 ça pèse.

Puis, était-ce indispensable de nous balancer Ferdinand, Nini Raviolette ou .. Shockabilly ? Alors que n’y sont pas Metal Boys, Was (Not Was), Yello, Tuxedomoon, Suicide Romeo, Cabaret Voltaire, Artefact, Les Garçons, Phase II ou même.. The Smurfs ! Qui ne voulait pas lâcher ses droits ? Une pointe de fun en plus, type un remix de Khaled ou Franky Vincent au milieu de tout ça aurait fait son effet. Car oui, tout ça, c’est Celluloïd aussi.

LACHER UN COM