TOUS LES ARTICLES PUNK/ROCK

Playlist #47 : C’était 2017

01 – BENEDEK – On my way
02 – BODY COUNT – This is why we ride
03 – G PERICO – Cant play
04 – PRAYERS – Edge of the blade
05 – MULTIPLE MAN – Power fantasy
06 – YAN WAGNER – Grenades
07 – KIRIN J. CALLINAN – S. A. D.
08 – COBRA MAN – Lazyman
09 – SEXTILE – Who killed Six
10 – EXIT ORDER – Clear the dust
11 – FIREBURN – Suspect
12 – HIGHER POWER – Hole
13 – LIL UZI VERT – For real
14 – FREEDOM – Eye to eye
15 – LIL YACHTY – X Men
16 – CHINO AMOBI – Blood of the covenant
17 – DJ BONEYARD – That’s right
18 – SKEPTA – No security
19 – JEAN-LOUIS MURAT – Alamo
20 – DAF – Sato sato (Westbam ML remix)
21 – THE HACKER – Time X (ft. Miss Kittin)
22 – BEA1991 – Wrong
23 – CCFX – The one to wait
24 – COUSIN STIZZ – Jealous
25 – VINCE STAPLES – Crabs in a bucket
26 – ONEOHTRIX POINT NEVER – Romance apocalypse
27 – GNUCCI – Ultimate syndrome (ft. Tami T)
28 – WHARFWIT – Keep U sweet
29 – KEKRA – Tout seul
30 – MIGOS – T-shirt
31 – NO WARNING – Total surrender
32 – THE WORST DOUBT – Drown in the deep
33 – YOUNG DOLPH – What’s the deal
34 – NOT WAVING – Where are we
35 – POWER TRIP – Waiting around to die

TÉLÉCHARGER

Les meilleures et les pires pochettes de 2017

Un seul parti !

Plus de LSD ici.

Soleil cherche futur




Les Blousons Noirs

Decimation Blvd.

Le banlieusard tropical

Castelhemis, de son véritable nom Philippe Laboudigue, est né à Neuilly sur Seine le 11 juillet 1948, mais il passera toute son enfance à Mont de Marsan, au cœur du pays Landais. Ado, ses 2 passions étaient la guitare et le moyen-âge. Il fit ses premières armes au sein d’une troupe d’animation médiévale dans laquelle il s’exercera au joyeux métier de troubadour. De cette période lui restera un surnom : Castel. En 1969, avec son ami Bernard Vendôme, ils composent eux-mêmes les chansons et les ballades qu’ils interprètent au sein d’un spectacle de chevaliers (Castel & Vendôme).


LIRE LA SUITE

Elvis, prince des péquenauds

« Elvis est fréquem­ment accusé d’avoir, à lui seul, volé le rock’n’roll au peu­ple noir. « Les Blancs ont volé le rock’n’roll aux Noirs » scandent encore et toujours les papillons sensibles de la musique. Bien sûr, les maisons de disques appartenant aux Blancs ont escroqué sans vergogne d’innombrables musiciens noirs, mais les péquenauds, aussi, ont été dépouillés. Le rock’n’roll était essentiellement une musique sudiste, avec des influences noires et blanches entrelacées. Après tout, même le bluesman à la peau la plus sombre du Delta chantait ses chansons en anglais. Ce qu’il faut retenir, c’est que ce sont les maisons de disques du Nord et de Grande-Bretagne qui ont volé le rock’n’roll au Sud.
LIRE LA SUITE

TAD

GENERAL LEE & SES TEDDY BOYS (1979)