LA CITTA DELLE DONNE (1980)

Quand Fellini filme le fémin­isme ça donne ce foutu film ! Pour une fois sans clown ni cirque (bon, un peu sur la fin). Le pro­pos abordé avec ironie et un humour le plus total est per­son­nifié par Mar­cello Mas­troianni, macho à l’italienne qui, trop à l’écoute de son sexe, saute du train pour suivre une bella donna dans la nature. Il en ris­quera sa peau. Le pen­dard, dans sa folle odyssée, va ren­con­trer une jar­dinière très lubrique, le camp d’entraînement des pre­mières femen, le Super-Homme, un vagin avaleur de per­les, un musée des hom­meurs, le plus grand lit du monde, le plus gros cul du monde, et des dizaines, des cen­taines, que dis-je, des mil­liers de femmes, mil­i­tantes ou stim­u­lantes, dans un sur­réal­isme qui vire au fan­tasme ! Mais, tout ça n’était qu’un rêve ?



LACHER UN COM

Current month ye@r day *