Le Quatrième Monde

« L’affranchissement fut un événement historique: ce fut l’émancipation des serfs et des esclaves, la décolonisation du Tiers Monde, et, dans nos sociétés, les diverses franchises: celles du travail, du vote, du sexe, des femmes, des prisonniers, des homosexuels – aujourd’hui partout acquises. Les droits sont partout acquis. Virtuellement, le monde est libéré, il n’y a plus à se battre pour rien. Mais en même temps des groupes entiers se désertifient de l’intérieur (les individus aussi). Le social les oublie, et ils s’oublient eux-mêmes. Ils tombent hors champ, zombies voués à l’effacement et aux courbes statistiques de disparition. C’est le Quatrième Monde. Des secteurs entiers de nos sociétés modernes, des pays entiers du Tiers Monde tombent dans cette zone désertifiée du Quatrième Monde. Mais alors que le Tiers Monde avait encore un sens politique (même si ce fut un échec mondial retentissant), le Quatrième Monde lui n’en a pas. Il est transpolitique. Il est le résultat du désintéressement politique de nos sociétés, du désintéressement social de nos sociétés avancées, de l’excommunication qui frappe justement les sociétés de communication. Ceci est valable à l’échelle du globe. »

Amérique, Jean Baudrillard, 1986.
Légende: Beau Travail, Claire Denis, 1999.

LACHER UN COM