TOUS LES ARTICLES AVEC Libération

La ville sans attaches

« D’après l’analyse de Hen­ning Bech, la sen­sa­tion grisante d’occasion et de lib­erté asso­ciée à la vie urbaine ne provient pas seule­ment de l’abondance des impres­sions disponibles, mais aussi – et peut-être prin­ci­pale­ment – de la « libéra­tion de soi-même » […] – les rela­tions urbaines sont anonymes et n’engagent à rien. Elles sont égale­ment sat­urées d’esprit con­sumériste : on ne s’y engage que pour les dis­soudre à nou­veau, elles durent autant que le plaisir qu’elles pro­curent, et s’effondrent dès qu’un plaisir plus grand, provenant d’une source dif­férente, com­mence à pointer le bout de son nez : on con­tracte les ren­con­tres for­tu­ites humaines aussi facile­ment qu’on s’en débar­rasse, comme pour l’appropriation des arti­cles de super­marché, puisqu’elles ne sont motivés et soutenus que par des atten­tions et désirs insta­bles. LIRE LA SUITE

Maudit !

« Aujourd’hui, la lib­erté sex­uelle de la majorité est en réal­ité une con­ven­tion, une oblig­a­tion, un devoir social, une anx­iété sociale, une car­ac­téris­tique inévitable de la qual­ité de vie du con­som­ma­teur. Bref, la fausse libéra­tion du bien-être a créé une sit­u­a­tion tout aussi folle et peut-être davan­tage que celle du temps de la pau­vreté. LIRE LA SUITE

Barrez-vous !

« On n’aurait pu trou­ver meilleure illus­tra­tion de ce que sig­ni­fie con­crète­ment le «cos­mopolitisme bour­geois» que l’appel lancé dans Libéra­tion, le 3 sep­tem­bre 2012 («Jeunes de France, votre salut est ailleurs: barrez-vous !») par trois valeureux servi­teurs du Spec­ta­cle con­tem­po­rain LIRE LA SUITE

Le Quatrième Monde

« L’affranchissement fut un événe­ment his­torique: ce fut l’émancipation des serfs et des esclaves, la décoloni­sa­tion du Tiers Monde, et, dans nos sociétés, les diverses fran­chises: celles du tra­vail, du vote, du sexe, des femmes, des pris­on­niers, des homo­sex­uels – aujourd’hui partout acquises. Les droits sont partout acquis. Virtuelle­ment, le monde est libéré, il n’y a plus à se bat­tre pour rien. LIRE LA SUITE