Nigga Please

« La tra­di­tion veut que, en France, les rappeurs US se soient tou­jours fait malmener. Les pre­mières traces des con­flits remon­tent au con­cert de RUN DMC/Beastie Boys au Rex en 1987. J’avoue aujourd’hui avoir hum­ble­ment con­tribué à la légende de ce jour-là, en met­tant la pre­mière patate dans la bouche d’un roadie des RUN DMC, Hur­ri­cane, qui se la pétait un peu trop à mon goût. Dix min­utes après la fin du con­cert, leur bus de tournée était dévasté par cent cinquante B. Boys en furie. Très sou­vent, les rappeurs arrivaient de Lon­dres, la France étant leur dernière date. Ici, per­sonne ne par­lait anglais, pour eux, c’était le Mali. Ce qu’ils ne réal­i­saient pas, c’était qu’à leurs con­certs, les cinq pre­miers rangs étaient com­posés de casseurs de gueules certifiés.

Au con­cert de Naughty by Nature, au Zénith, en 1996, quand Method Man, après avoir livré une pre­mière par­tie déplorable, se jeta dans la foule, je vis se refer­mer sur lui un véri­ta­ble banc de pira­nhas. Quand il réus­sit à remon­ter sur scène, il s’était fait arracher chaînes, pom­pes, et ses cheveux ressem­blaient à des ressorts déten­dus. À la fin du con­cert, il fal­lut se déplacer pour laver la bouche de Treach, le chanteur de Naughty by Nature. Ce fils de pute n’avait rien trouvé de mieux que de bal­ancer à un groupe de trous de balle : “You igno­rant moth­er­fuck­ers from Africa, you can’t under­stand any­thing, I can under­stand a lot of shit.

Alors comme ça, on était des fils de putes d’Africains igno­rants ? Je pas­sai en back­stage avec deux ou trois cama­rades, tronches de man­dats de dépôt, 9 mil­limètres, 38 spé­cial, 45 auto. Devant de tels argu­ments, Treach ne fit pas de dif­fi­cultés pour s’excuser. Putain, on était quand même encore chez nous, con­nards d’Amerloques ! Quand mon pote Vévé braqua Red­man dans les coulisses de l’Elysée-Montmartre, ce dernier se dégueula dessus à la vue du cal­i­bre. Not enough guts! Le rappeur ricain, franche­ment, sur scène il fait le chaud, mais après y’a plus per­sonne. »

Sur la tombe de ma mère, Mc Jean Gab’1, 2013. (Don Quichotte)

1 Commentaire

  1. zalak

    putain faut que je lise ça!

LACHER UN COM

Current month ye@r day *