This is Belgium

« Une émis­sion de radio (Liaisons Dan­gereuses), deux clubs, (l’Anci­enne Bel­gique et le Bocac­cio), trois labels (R&S, Tar­get, USA Import) et un gros smi­ley jaune: pas besoin de plus pour lancer un mou­ve­ment. Influ­encée par l’acid house, l’EBM et la cold-wave européenne, la New Beat est la seule musique 100% belge à avoir tra­versé les océans. La légende veut que tout soit parti d’un DJ qui, en pas­sant un disque de A Split Sec­ond à la mau­vaise vitesse dans un club fin 86, a déclenché mal­gré lui cette réponse dark à l’italo disco, faite de basses nucléaires et de beats agres­sifs. De 1987 à 1989, le courant musi­cal le plus éphémère de l’histoire va envahir les super-clubs du Benelux, les cours de récré, les mag­a­zines, la mode, et plus tard la télé et les radios, avant de som­brer dans la car­i­ca­ture et d’engendrer toute la dance que l’on con­naî­tra dans les années 90. Blague belge ? Pas vraiment. »

Lisez l’interview de Jozef Dev­illé sur Noisey, le réal­isa­teur de The Sound of Bel­gium, un doc­u­men­taire ultime sur le sujet qui devrait enfin ren­dre chaque belge fier de son pays !

Pour met­tre des morceaux sur les mots, il m’a envoyé une sélec­tion de 8 pistes com­men­tées.
Bien­v­enue dans le beat fab­riqué en Bel­gique.


PLAYLIST

TRAGIC ERROR — Klap In Je Han­den (1989, Who’s That Beat?)
Ceci représente par­faite­ment la mort de la New Beat, en direct à la télé. Après seule­ment deux ans, le truc est devenu com­plète­ment com­mer­cial. Cela n’enlève en rien le génie de cet artiste, Patrick Demeyer, son but était de tuer la New Beat le plus vite pos­si­ble, à l’aide de morceaux ultra ridicules. Et il a réussi.

1000 OHM — A.g.n.e.s. (1979, ACE)
Un titre post-new-cold-wave belge… peu importe, il tue.

PAS DE DEUX — Car­dio­clep­tomanie (1983, Pars­ley)
Un super groupe, plus avant-gardiste qu’on ne le pense. La Bel­gique les a envoyé à l’Euro­vi­sion en 1983, en vain. Le jury n’était évidem­ment pas encore prêt pour cette musique syn­thé­tique futur­iste.

2 BODY’S — Asto­ria (1989, House/Lic.)
Peut-être un des meilleurs morceaux belges pré-techno. A New York, tout le monde voguait dessus en 1989.

LE MYSTÈRE — Opus 303 (1990, Buzz)
MAGNIFIQUE ! Et si tu veux l’avoir en vinyl celui-là, va fal­loir aligner les euros. Heureuse­ment, nous le réédi­tons sur notre pro­pre label en Décem­bre. ☺

THE MACKENZIE — Higher in the sky (1990, USA Import)
Une sorte de pro­to­type de la Trance, bien avant que la Trance existe.

LUC VAN ACKER — Zanna (1984, Wax Trax!)
Le maître belge de l’industriel (créa­teur des Revolt­ing Cocks) nous mon­tre son côté séduc­teur.

PUSH — Uni­ver­sal nation (1998, Bon­zai)
L’exemple typ­ique de techno bru­tale qui peut se révéler en même temps très émo­tion­nelle.

Une com­pi­la­tion 4CD inti­t­ulée TSOB — The Sound Of Bel­gium directe­ment inspirée par le film, est disponible sur le label La Musique Fait La Force. Elle con­tient 60 morceaux qui dressent un panorama de la musique élec­tron­ique belge des 35 dernières années, avec entre autres: Snowy Red, The Neon Judge­ment, Front 242, The Car­a­van, Max Berlin, Pub­lic Rela­tions, Fatal Error, Neon, 101, Confetti’s, Liaisons D, T99, Joey Bel­tram, Set Up Sys­tem, CJ Bol­land… et évidem­ment quelques uns des morceaux cités par Jozef.

This was a New Style of Music.
Paix et Aci­i­iid.

LACHER UN COM

Current month ye@r day *