Toutes les couleurs du DAF

« Voulez-vous accoucher avec moi ce soir ? aarrrhhh haaann » Voilà les seuls mots de français que Gabi Delgado est capable de prononcer en 2014 ! Et pourtant, c’est curieusement l’office franco-allemand pour la jeunesse (mais pas les sports) qui était derrière l’organisation de ce concert à la Gaité Lyrique. Et on les remercie de créer des passerelles entre nos deux pays si (musicalement) différents. Le concert était bien plus réussi que celui vu à Copenhague il y a 3 ans. Pas de paramilitaires mais un public entre deux âges plutôt participatif. Presque un concert en noir & blanc vu le minimalisme toujours total de leur mise en scène (et ce malgré des jeux de lumière époustouflants !). Gabi Delgado va fêter ses 56 ans mais fait toujours des kilomètres d’allers-retours le long de la scène, se cachant le visage, éructant de l’hispano-allemand à tout va, agitant ses muscles atrophiés dans tous les sens, comme s’il était poursuivi par la Gestapo. Chemise noire tenue par un unique bouton, élégance des mouvements, le mec est toujours en forme. (Son nouvel album solo sort bientôt…) C’est à se demander s’il transpire d’ailleurs, car il s’asperge toutes les 3 minutes de 50cl de flotte, Gabi a dû finir par devenir synthétique. Robert est toujours stoïque et concentré, lui, comme au premier jour.

Tous les tubes ont été performés, vous vous en doutez, pour une heure et quart d’anti-spectacle. Verschwende Deine Jugend d’entrée, Alle Gegen Alle, Ich Will, Der Mussolini évidemment, avec petits gestes de tyran à la clé, des titres moins évidents comme Nacht Arbeit qui sig-ni-fi tra-vai-ller la-nuit ou le Algorithmus de 2003, le puissant Sato Sato, et plein de slows mécaniques froids, et un double rappel mignon, Der Rauber und Der Prinz et Kebab Traüme. Ils sont vieux ouais, mais ils n’ont pas changé de recette depuis 30 ans. Pas de quenelle qui tienne, punk. Pour vous rafraîchir la mémoire sur DAF, le livre DILAPIDE TA JEUNESSE est toujours le meilleur truc sorti sur la new wave allemande à ce jour.

Deutschland, Deutschland, alles ist vorbei !

LACHER UN COM