Un turbine di sesso e di politica

Les années 70 étaient une autre époque. Les comédies y étaient franches, grav­eleuses, mais rarement anodines. Surtout si l’on se tourne vers le cinéma ital­ien. Lina Wert­müller, moins réputée que les Risi, Mon­i­celli, Comencini, et pour cause son nom d’origine suisse n’est pas vrai­ment issu du peu­ple de la botte. Et pour­tant, sous sa cas­quette piquée à Audi­ard, ça chauffe dur. Sa descen­dance aris­to­cra­tique l’amène à ne pas se rouler dans la fange artis­tique mais à ne pas se gêner pour y rouler ses acteurs! Elle saura amener ce cinéma pop­u­laire, des bor­dels aux usines, à un degré rarement égalé. Ses titres à ral­longe pour emmerder les dis­trib­u­teurs étrangers et autres affichistes cor­re­spon­dent par­faite­ment au con­tenu de ses films, des films emmerdeurs, anars, sex­ués, engagés con­tre la tiédeur bour­geoise. Mais le cinéma, un art bour­geois ? Si elle est tombée dedans, c’est la faute à Fellini. Ses acteurs fétiches: Gian­carlo Gian­ini et Mar­i­an­gela Melato, un cou­ple improb­a­ble entre une pute romaine et un idiot du vil­lage mag­nifié dans “Un film d’amour et d’anarchie”, rue des fleurs. 3 tur­bu­lences, ses films les plus impor­tants, sont ressor­tis le mois dernier avec, autre le sus­cité, “Mimi métallo” et “Cha­cun à son poste” (inédit en France à ce jour), des his­toires de pro­los batail­lant entre la Sicile, Milan et Turin, entre décep­tions poli­tiques et amoureuses, et inverse­ment. Ça cause avec les bras, ça chante, ça crie, ça chiale, c’est l’Italie. Des films qui n’expliquent pas mais qui inter­ro­gent et éclaboussent l’écran. Peper­oni rip­i­eni e pesci in fac­cia !

Mais c’est DVDCLASSIK qui en parle le mieux, du moins c’est l’un des seuls qui en parle:

MIMI MÉTALLO BLESSÉ DANS SON HONNEUR (1972)

FILM D’AMOUR ET D’ANARCHIE (1973)

CHACUN À SON POSTE ET RIEN NE VA (1974)

Vous apprécierez l’originalité de cette dernière bande-annonce. On en fait plus des comme ça. Ne pas oublier non plus ses deux films suiv­ants, au point cul­mi­nant, VERS UN DESTIN INSOLITE, SUR LES FLOTS BLEUS DE L’ÉTÉ (1974) et PASQUALINO SETTEBELLEZZE (1975). Et l’Italie est là.

LACHER UN COM

Current month ye@r day *