LA GUERRE DES POLICES (1979)

Il sem­blerait que ce film de Robin Davis, épaulé par le fameux Jean-Pat Manchette, soit le véri­ta­ble déclencheur de toute la mou­vance Polar80 qui va défer­ler par la suite, et dont vous allez réen­ten­dre par­ler. C’est à dire, dans les grandes lignes : des flics malpo­lis en jean, de la griffe améri­caine et du chewing-gum, de la vio­lence ver­bale et physique con­tre les étrangers, les femmes, les pédés, des scènes de nuit à Pigalle la blanche, des scènes de nu à Invalides, des viols soft, l’action avant l’art, des numéros d’acteurs français en roue libre, des scènes de restau­rant avec des baguettes, des héros qui sex­ent sur du saxo, des “casse-tôi”, des loulous, des motos, des couteaux, et encore bien d’autres choses à décou­vrir tout au long de la décen­nie Mitterrand.

Dans La Guerre des Polices, ça se corse encore plus puisque ce sont les flics eux-même qui se tirent dans les pattes, soit la Brigade Ter­ri­to­ri­ale de Claude Rich (oui oui) face à la Brigade Anti-Gang de Claude Brasseur (alias Jacques Fush), que je déteste tou­jours, mais tout de même pas autant que son pote Guy Bedos. Résul­tat: 2 000 000 d’entrées en novem­bre 79, et un césar pour Brasseur. Eh ouais.

Non, ce n’est pas ce que vous croyez.

Mar­lène Robert.

Le pro­to­type Adi­das ROM de Jacques Fush.

Flics sous le Choc.

Chez la Ter­ri­to­ri­ale, on est plutôt ping-pong.

A l’Anti-Gang, c’est pole-dance.

Un poulet parmi les poulets. (un champ lex­i­cal pas suff­isam­ment exploité dans les titres)

Aaah!”

La puis­sance du calibre.

Une belle grappe de délin­quants cueil­lie par Ton­ton Fush.

Tiens on va faire chier une artiste !”

Tamponnons-lui la gueule”

Moment con­fes­sions : “Les arabes, ça boit pas de lait ?”

Jean-Pierre Kal­fon en roue libre : “Même pour coin­cer Hitler j’aurais pas aidé les flics”

Moment gênant.

AXIS.

Une scène limite-arty. Atten­tion quand même.

Éti­enne Chicot les chicots pétés.

Un moment per­si­ennes.

Vous avez lu les gauchos ?”

Jus­tice finale 1.

Jus­tice finale 2.

Jus­tice finale 3.

C’est quand vous voulez les mecs…”

[LE LIEN DU FILM ICI]

LACHER UN COM

Current month ye@r day *