LA GUERRE DES POLICES (1979)

Il semblerait que ce film de Robin Davis, épaulé par le fameux Jean-Pat Manchette, soit le véritable déclencheur de toute la mouvance Polar80 qui va déferler par la suite, et dont vous allez réentendre parler. C’est à dire, dans les grandes lignes : des flics malpolis en jean, de la griffe américaine et du chewing-gum, de la violence verbale et physique contre les étrangers, les femmes, les pédés, des scènes de nuit à Pigalle la blanche, des scènes de nu à Invalides, des viols soft, l’action avant l’art, des numéros d’acteurs français en roue libre, des scènes de restaurant avec des baguettes, des héros qui sexent sur du saxo, des « casse-tôi », des loulous, des motos, des couteaux, et encore bien d’autres choses à découvrir tout au long de la décennie Mitterrand.

Dans La Guerre des Polices, ça se corse encore plus puisque ce sont les flics eux-même qui se tirent dans les pattes, soit la Brigade Territoriale de Claude Rich (oui oui) face à la Brigade Anti-Gang de Claude Brasseur (alias Jacques Fush), que je déteste toujours, mais tout de même pas autant que son pote Guy Bedos. Résultat: 2 000 000 d’entrées en novembre 79, et un césar pour Brasseur. Eh ouais.

Non, ce n’est pas ce que vous croyez.

Marlène Robert.

Le prototype Adidas ROM de Jacques Fush.

Flics sous le Choc.

Chez la Territoriale, on est plutôt ping-pong.

A l’Anti-Gang, c’est pole-dance.

Un poulet parmi les poulets. (un champ lexical pas suffisamment exploité dans les titres)

« Aaah! »

La puissance du calibre.

Une belle grappe de délinquants cueillie par Tonton Fush.

« Tiens on va faire chier une artiste ! »

« Tamponnons-lui la gueule »

Moment confessions : « Les arabes, ça boit pas de lait ? »

Jean-Pierre Kalfon en roue libre : « Même pour coincer Hitler j’aurais pas aidé les flics »

Moment gênant.

AXIS.

Une scène limite-arty. Attention quand même.

Étienne Chicot les chicots pétés.

Un moment persiennes.

« Vous avez lu les gauchos ? »

Justice finale 1.

Justice finale 2.

Justice finale 3.

« C’est quand vous voulez les mecs… »

[LE LIEN DU FILM ICI]

LACHER UN COM