TOUS LES ARTICLES AVEC No Future

IL TEMPO DEGLI ASSASSINI (1975)

Aussi connu sous le titre La Bagarre du Samedi soir, ce film de Mar­cello Andrei (égale­ment auteur de Viol à l’italienne en 1963, ça ne s’invente pas) est l’apothéose du film crim­inel ital­ien des années 70 con­tant le quo­ti­dien de jeunes réu­nis en gangs semant le trou­ble à l’ordre pub­lic et arbo­rant des t-shirts hor­ri­ble­ment pas­tel. Ultra­vi­o­lence, loi du flinguot, absence totale de morale, con­flit de généra­tions, glaces une boule, viols, agres­sions, déra­pages, braquages, misog­y­nie exac­er­bée, tirades mis­an­thropes en veux-tu en voilà, le tout sub­limé par la muse d’Andy Warhol, Joe Dal­lessan­dro, qui s’éloigne pour la pre­mière fois de la Fac­tory pour un shot de réal­isme au pays (quelques années avant de s’échouer chez Cather­ine Breil­lat). C’est peut-être le poliziotteschi des poliziotteschi, Mag­ali Noël et Mar­tin Bal­sam en prime, là où le côté car­toon finit par s’effacer pour laisser place à un con­stat froid et sans con­ces­sion : la vie c’est de la merde, et à la fin, on meure. LIRE LA SUITE

Une vision apocalyptique

« Ainsi, la fausse expres­siv­ité du slo­gan con­stitue le nec plus ultra de la nou­velle langue tech­nique qui rem­place le dis­cours human­iste. Elle sym­bol­ise la vie lin­guis­tique du futur, c’est-à-dire d’un monde inex­pres­sif, sans par­tic­u­lar­ismes ni diver­sités de cul­tures, un monde par­faite­ment nor­mal­isé et accul­turé. Un monde qui, pour nous, ultimes déposi­taires d’une vision mul­ti­ple, mag­ma­tique, religieuse et rationnelle du monde, appa­raît comme un monde de mort. LIRE LA SUITE

Playlist #38: Pessimism

01 VERSALIFE — Pes­simism (Clone)
02 COLDGEIST — Cig­a­rette burns (Creepy Fin­ger)
03 RAUDIVE — Traf­fic (Run­ning Back)
04 PHOTODEMENTIA — Apt4 (DIY)
05 JARED WILSON — Grave stalk­ing (Skudge) LIRE LA SUITE