TOUS LES ARTICLES ELECTRO/TECHNO

This is Belgium

« Une émis­sion de radio (Liaisons Dan­gereuses), deux clubs, (l’Anci­enne Bel­gique et le Bocac­cio), trois labels (R&S, Tar­get, USA Import) et un gros smi­ley jaune: pas besoin de plus pour lancer un mou­ve­ment. Influ­encée par l’acid house, l’EBM et la cold-wave européenne, la New Beat est la seule musique 100% belge à avoir tra­versé les océans. La légende veut que tout soit parti d’un DJ qui, en pas­sant un disque de A Split Sec­ond à la mau­vaise vitesse dans un club fin 86, a déclenché mal­gré lui cette réponse dark à l’italo disco, faite de basses nucléaires et de beats agres­sifs. De 1987 à 1989, le courant musi­cal le plus éphémère de l’histoire va envahir les super-clubs du Benelux, les cours de récré, les mag­a­zines, la mode, et plus tard la télé et les radios, avant de som­brer dans la car­i­ca­ture et d’engendrer toute la dance que l’on con­naî­tra dans les années 90. Blague belge ? Pas vraiment. »

Lisez l’interview de Jozef Dev­illé sur Noisey, le réal­isa­teur de The Sound of Bel­gium, un doc­u­men­taire ultime sur le sujet qui devrait enfin ren­dre chaque belge fier de son pays !

Pour met­tre des morceaux sur les mots, il m’a envoyé une sélec­tion de 8 pistes com­men­tées.
Bien­v­enue dans le beat fab­riqué en Bel­gique.
LIRE LA SUITE

Crack Zone

Si tu veux aller zoner gra­tuit sur Jimmy Edgar, The Hacker et Crack­boy, samedi 16 novem­bre au Club Social, trouve quel est ce morceau qui passe à la fête, dans ce mau­vais film de 1989 appelé CRACK HOUSE. 3 places à gagner.

The Other 1990s

1990

1991

1992

LIRE LA SUITE

Crime time !



Bebey Show

Fran­cis Bebey — La con­di­tion mas­cu­line (Ozileka, 1976)

LIRE LA SUITE

PLAYLIST #39: Vélorama

01 — ROLAND KOVAC — Sprint
02 — TELEX — Tour de France
03 — DANIEL J. WHITE — Course de vélo
04 — FRANKIE & THE FLAMES — On yer bike LIRE LA SUITE

Elektro Moskva

Il y a presque un siè­cle nais­sait l’étérophone, autrement appelé Thérémine, du nom de l’ingénieur russe qui le conçu. Ce curieux objet qui se jouait sans le toucher, grâce à un champ électro-magnétique, fut le pre­mier instru­ment de musique élec­tron­ique. Dans les années 60, Robert Moog com­mer­cialis­era le con­cept, après la ten­ta­tive échouée du sovié­tique, et le syn­thé­tiseur devien­dra un instru­ment pop parmi d’autres. C’est l’histoire du “Syn­thé chez les Sovi­ets” qu’ont choisi de racon­ter Dominik Spritzen­dor­fer et Elena Tikhonova dans leur doc­u­men­taire “Elek­tro Moskva”. LIRE LA SUITE

Playlist #38: Pessimism

01 VERSALIFE — Pes­simism (Clone)
02 COLDGEIST — Cig­a­rette burns (Creepy Fin­ger)
03 RAUDIVE — Traf­fic (Run­ning Back)
04 PHOTODEMENTIA — Apt4 (DIY)
05 JARED WILSON — Grave stalk­ing (Skudge) LIRE LA SUITE

Rage Silencieuse

IRV OZ ne s’embarrasse pas de super­flu. Pour pro­duire une musique vivante qui doit tout à la Mort, il s’influence directe­ment des géants de la musi­cal­ité. Un con­densé d’ambiances à mi-chemin entre les com­pos­i­teurs de B.O. ital­iens: Ennio Mor­ri­cone, Gob­lin, Riz Ortolani et les jazzmen libres améri­cains: Miles Davis, John Coltrane. Vrai, le sacré n’est pas une mode. LIRE LA SUITE

Le French Touch