TOUS LES ARTICLES AVEC Force

Alain Delon & Alain Delon

« Dis­tinguer dans la fil­mo­gra­phie d’Alain Delon ce qui relève du cinéma com­mer­cial et ce qui appar­tient au cinéma d’auteur ne per­met pas, dans un pre­mier temps, de com­pren­dre le cas unique d’un acteur dont les car­ac­téris­tiques procè­dent davan­tage du donné que du con­struit. Il s’agit plutôt de con­stater, à la vision de ses films, tous genre con­fon­dus, la présence d’un pou­voir unique, d’une force, d’un mag­nétisme qui tran­scende le plus banal polar et aux­quels s’est ajusté le regard des grands cinéastes. Il n’y a rien dans le jeu de Delon qui s’apparente au para­doxe du comé­dien, pas plus qu’à l’idée, issue de la Méth­ode, selon laque­lle il faut vivre ses rôles. On pour­rait dire, bien davan­tage, que ce sont ses rôles qui le vivent. Ses films sont d’abord des doc­u­men­taires sur Delon. (…) LIRE LA SUITE

Might is Right !

« Dans ce désert aride d’acier et de pierre j’élève ma voix pour que vous puissiez m’entendre.

À l’ Est et à l’Ouest sonne mon appel. Au Nord et au Sud je fais flot­ter un étendard -

Procla­mant, “Mort au faible, richesse au fort.”

Ouvrez vos yeux pour que vous puissiez voir, Oh ! Hommes à l’esprit décrépi et écoutez mes paroles, vous les mil­lions de laborieux ! LIRE LA SUITE

Tout ce qui est gentil est menteur.

« Avec Machi­avel, on quitte l’antique et le médié­val et on entre de plain-pied dans la belle désil­luse… La poli­tique est quand même plus com­pliquée qu’un excès de bile, con­state le Flo­rentin. Elle est une tech­nique pointue de jon­g­lerie avec des tas de paramètres, et l’homme de gou­verne­ment doit avoir les yeux en face des trous. Faut arrêter les con­tes de fées… Le poli­tique ne monte pas au pou­voir parce qu’il est gen­til ou que ça fait plaisir. Seule­ment, au fur et à mesure de son ascen­sion vers le pou­voir, il s’est inséré dans un jeu com­plexe de fric­tions, de puis­sances, de rap­ports de force. LIRE LA SUITE