TOUS LES ARTICLES AVEC Haine

Decimation Blvd.

Hate explains everything

« Le pre­mier dis­cours de haine de l’Amérique fut la loi de sédi­tion de 1798. A peine vingt ans après la Déc­la­ra­tion d’Indépendance qui ren­ver­sait le gou­verne­ment bri­tan­nique par la force, les États-Unis rendaient crim­inel le fait de ren­verser le gou­verne­ment par la force. Voilà le nou­veau patron, le même que l’ancien. Il était désor­mais con­damnable de dire ou de pub­lier des choses qui pour­raient “exciter les haines pop­u­laires” con­tre les respon­s­ables gou­verne­men­taux. Alors peut-être que toute cette mas­ca­rade à pro­pos du “dis­cours de haine” a moins à voir avec le racisme qu’elle a à voir avec la cri­tique du gou­verne­ment. Voilà com­ment décom­poser le cour­roux du dis­cours haineux. LIRE LA SUITE

La haine comme fait de civilisation

« J’ignorais qu’une jour­nal­iste est une sorte d’homme, en pire, et cet arti­cle (le pre­mier qui m’ait été con­sacré, quoiqu’il parle de moi sous mon surnom de Gram­mairien) inau­gu­rait la longue série des arti­cles me con­cer­nant dans une presse avec laque­lle j’entretiendrais les plus mau­vais rap­ports. LIRE LA SUITE

Motor City Hardcore

Pit­tbull (what a hard ass name) were from Detroit which is noto­ri­ous for it’s hard way of life. Their music and demeanor reflected that. The band started out in 1987 and had a hand­ful of releases. (…) I’m not sure how much they toured the US but I do know that they toured Europe a few times and might have even had a CD out on Lost & Found. The band has a weird mix of punk/hardcore and some weird rock­ish gui­tar riffs. Tempo changes come out of nowhere in some of their songs. All of this adds up to a nice really raw and ballsy sound. To com­plete the pack­age you have Mikey’s voice that is rem­i­nis­cent of Paul Bearer (Sheer Ter­ror), Anthony (Killing Time) or even Mike from Judge. Gruff, shouted, and the lyrics were still dis­tin­guish­able. I can feel the sense of urgency and bit­ter­ness as he sings. For some weird rea­son with the more exper­i­men­tal aspects of the music, Pit­tbull reminds me more of a Rollins Band for the work­ing class every­day man. I hold this band right up there with all of Detroit’s other great bands. Give them a lis­ten. (COREGASM)

PS: Sadly, the drum­mer recently com­mit­ted sui­cide. RIP Joey Starr.

Proférations Cyniques

« Quelle obsti­na­tion dans cette volonté d’engendrer.
Ils veu­lent des fils !
Ils veu­lent que leurs fils con­tin­u­ent leurs œuvres inutiles !
Ils veu­lent que leurs fils domi­nent les autres,
avec le même acharne­ment
qu’ils ont mis eux-mêmes à se faire haïr !
Ils veu­lent que leurs fils leur ressem­blent,
mais se sont-ils jamais regardés dans une glace ? LIRE LA SUITE

YOUTH CODE : Mosh EBM

Youth Code est un duo élec­tron­ique formé en 2012 dans les flammes du chaos à L.A. Ryan George et Sara Tay­lor for­ment un cou­ple sur scène comme à la vie et sont le pre­mier groupe à avoir sorti un disque sur l’obscur label de Psy­chic TV, Angry Love Pro­duc­tions. Leur pre­mier album, sobre et bru­tal, est sorti en sep­tem­bre dernier sur Dais Records. Depuis, ils n’arrêtent pas de jouer et vien­nent de ren­trer d’une tournée améri­caine de 20 dates. EBM, Mosh, 2014 : voici leur interview.

La ver­sion en français est sur NOISEY.
LIRE LA SUITE