TOUS LES ARTICLES AVEC Tourisme

Athènes, 2016 après J.-C.

Athènes : 660 000 habi­tants, 3 mil­lions dans son aggloméra­tion, berceau de la civil­i­sa­tion, plus anci­enne ville du monde, cap­i­tale de la Grèce depuis 1822, en crise depuis 2009, tem­péra­ture moyenne en août de 33°, quoi d’autre ?

Backgam­mon : Leur pétanque. En salle ou en rue. Mais vous passerez à autre chose avant d’avoir assim­i­ler les règles. Prévoyez du temps. A la plage, rien à voir, les Grecs pra­tiquent un beach ball ultra agres­sif avec des raque­ttes car­rées. Le but du jeu étant de frap­per le plus fort pos­si­ble sur l’adversaire sous un bruit de balle assour­dis­sant. Cer­taine­ment des restes de la guerre de Troie. (Photo : une touriste dépitée après avoir lu les règles du backgam­mon) LIRE LA SUITE

Tourisme et Islamisme

« Tourisme et islamisme se dressent main­tenant, et pour pas mal de temps sans doute, face-à-face, comme deux con­cep­tions du monde, comme deux visions de l’homme et de la société, comme deux doc­trines com­plètes et cohérentes, et qui impliquent un pro­gramme et une action. Pour être la dernière-née des grandes con­cep­tions du monde, le tourisme comme ensem­ble doc­tri­nal n’est d’ailleurs pas la moins bien armée, la moins rigoureuse, même si elle ne peut met­tre en avant aucun penseur d’envergure, à part les tour-opérateurs. C’est une grande pen­sée floue et pos­i­tive, qui prend appui sur la Géo­gra­phie comme suc­cesseur de l’Histoire, et qui à mon avis a l’avenir devant elle, con­traire­ment à l’islamisme, même si celui-ci peut encore faire d’horribles dégâts. Je ne vois pas ce qu’il y aurait à lui opposer. La seule chose intéres­sante par rap­port à cette grande pen­sée spon­tanée, incon­sciente, mou­vante, c’est de la faire émerger à la con­science. Je m’y emploie. LIRE LA SUITE

Traité de Lisbonne

Bien­v­enue à Lis­bonne, 500 000 habi­tants, cap­i­tale la plus à l’ouest de l’Europe, ville aux 7 collines, pays de tolérance et de belle faïence.

Alfama : Le meilleur quartier où se paumer tel un marin triste des années 30, au milieu des gar­gotes, des vieux, des mon­tées infer­nales, des chanteuses de fado… et for­cé­ment des touristes français.

Bairro Alto : “Dans ce quartier se con­cen­trent générale­ment les groupes de tribus urbaines, qui pos­sè­dent des étab­lisse­ments et des lieux de réu­nion pro­pres.” Quadrillage de ruelles, bars dou­teux, améri­cains besogneux… et un peu plus bas, la piste aux étoiles, “comme à Hol­ly­wood”. LIRE LA SUITE

Vedi Napoli

VOIR NAPLES ET MOURIR AVANT ROME ? Telle est la ques­tion.
LIRE LA SUITE