TOUS LES ARTICLES BIOGRAPHIE

Comment transformer un honnête chrétien en authentique païen

« Bien que mes connaissances en ethnologie ne soit pas très étendues, j’ai néanmoins, comme tout le monde, entendu parler de ces épreuves que certaines peuplades font subir aux jeunes hommes, ces fameuses initiations si folkloriques… En Nouvelle-Guinée, dans certaines tribus, on incise le gland du pénis avec un silex. Chaque civilisation primitive a sa petite spécialité, souvent assez barbares à nos yeux. J’espère qu’ici ils ne vont pas me mutiler le pistolet ; de toute façon, il n’est pas question qu’ils me trafiquent le zizi, palek ou pas palek. Il y a des choses auxquelles on tient… […]
LIRE LA SUITE

Iceberg Slim: Talking Jazz

De son vrai nom Robert Lee Maupin, Iceberg Slim fut, est, et restera l’archétype du mac modèle, qui engendrera, bien malgré lui, générations de voyous. Il aura suffit d’un livre, un seul: PIMP, the story of my life sorti en 1967 pour installer la légende. Une autobiographie violente, glauque, sans espoir, et sûrement aussi un peu mytho. Des contes du racisme et du sexisme ordinaire. 20 ans à arpenter le turf, de 1940 à 1960, 20 ans à renifler des noires et de la blanche, de Milwaukee à Chicago en passant par Rockford, Illinois. Il raccrochera le manteau de vison pour écrire sa vie… sans se douter qu’il ne sera pas au bout de ses soucis…

LIRE LA SUITE

Le Brunch de Vergès

« En ce temps-là, la France était parcourue d’un grand frisson humanitaire, tout au moins ses élites, qui tâchaient de faire oublier leur complaisance coupable à l’époque du colonialisme. La mode était à la critique des responsables des pays fraîchement décolonisés, lesquels étaient soit corrompus, soit incompétents, et le plus souvent les deux. On connaît le refrain, toutes les « belles âmes » le reprenaient en chœur. LIRE LA SUITE

Mad Man

Mad Movies, Movies 2000, Impact, Ze Craignos Monsters, Metaluna Production, L’Affiche version Ghana… Toutes ces choses qui ont marqué cinématographiquement le pays proviennent de l’esprit de l’homme qu’on nomme Jean-Pierre Putters. 57 ans, toutes ses dents, Monsieur Mad revient à travers le gros livre « Mad… ma vie » (on reconnaît toujours cette fine frontière entre le génie du jeu de mot et la gaudriole gênante) sur sa vie placée sous le signe du fantastique. LIRE LA SUITE

Tu es un cochon

« la répression sexuelle est extrêmement difficile à contester parce que les méthodes de répression sont devenues des stéréotypes, des types de comportement formels parfaitement admis et normaux. l’attitude émotionnelle qui consiste à voir dans la sexualité quelque chose de sale est tellement profondément inscrite dans la vie normale qu’une simple discussion à ce sujet est déjà impossible, vouée à l’échec, du fait de l’ancrage négatif de ces émotions dès la plus petite enfance. LIRE LA SUITE

Tous avec Gégauff !

« Interrogé par Radio Luxembourg sur les « évènements », Gégauff déclare: « Je suis pour l’ordre. »

Ça surprend, il s’explique:
« Je les trouve tous tellement infantiles ces exaltés. Tout va tourner en eau de boudin. J’ai le plus grand mépris pour les mouvements qui avortent et, comme je suis un peu un anarchiste de luxe, je n’aime pas beaucoup que les autres le soient. De même, je supporte très mal de voir mes vices chez autrui. Le désordre à bon marché m’ennuie et voir des esprits anarchistes s’embrigader et endosser l’uniforme comme le font ces garçons me paraît assez paradoxal et navrant. » LIRE LA SUITE

Travail Famille Retraite

« Je ne voulais pas devenir ce qu’étaient les autres, les gens. Ils me foutaient la trouille. Si vraiment il n’y avait que ça, le boulot, la famille, les gosses, la vieillesse et le trou au bout, alors c’était le désespoir. A moins d’offrir ça au petit Jésus, mais justement, le petit Jésus, y’en avait plus. Je croyais, je voulais de toutes mes forces croire à une vie autre, à une vie libre, bien à moi, une vie de vagabondage dangereux mais aimable dans le cher fouillis vert, maternel et nourricier. LIRE LA SUITE

The Infamous

1. GENESIS

Albert « Prodigy » Johnson naît le 2 novembre 1974 à Hempstead, Long Island, au sein d’une famille dédiée au monde du spectacle. Grand-père célèbre jazzman apprit à lire à Quincy Jones, Grand-mère jadis danseuse au Cotton Club et matronne d’une fameuse école de danse New-Yorkaise et Maman qui chantait dans The Crystals en 1962. Il était évident que le petit Prodige n’allait pas finir maçon. LIRE LA SUITE

Ein Schrecklicher Gedanke

« nous nous mettons nous-mêmes en travers de notre route. je suis mon propre bourbier. il faut que je sorte de moi. et cela ne se fait pas par des drogues ou quelconques expédients, ni par LSD comme beaucoup l’ont cru dans les années soixante, ni par la méditation, le mysticisme, ni par des actions politiques, ni par l’art, mais par la renonciation à une pratique de vie erronée. LIRE LA SUITE

Les Ritals

LE SUD C’EST PAS L’ITALIE

« Rome, à la rigueur, bon, il y a le pape, il y a le roi… Quoique, ces deux-là, ils auraient pu se donner la peine de monter un poil plus haut, jusqu’à Milan, par exemple. Mais encore plus bas, c’est chez les Marocains. Des petits merdeux tout noirs, tout frisés, la peau verte, l’œil de rat, menteurs, voleurs, feignants, baiseurs de leurs sœurs, maquereaux de leurs mères, pédés, mangeurs de saletés pourries, planteurs de couteaux dans le dos, parleurs tellement vite que t’entends rien LIRE LA SUITE